Reportage : A la découverte de la ville mythique de Diaobé-Kabendou

    Située sur la route nationale N°6, la communauté villageoise de Diaobe-kabendou appartenait à la communauté rurale de kounkané, dans le département de Vélingara. Eloignée de 30 km de cette dernière ville, Diaobé se trouve à 90 km de Kolda, la capitale du Fouladou. Et cette bourgade érigée en commune depuis 2008 compte 30. 000 habitants. La ville proprement dite s’étend sur 12 km2 avec une densité de 1500 habitants au km2.

    Grace  au marché hebdomadaire de Diaobé, « Loumou », la commune est devenue depuis quelques années le carrefour d’intenses échanges économiques et commerciaux transfrontaliers entre les États membres de l’OMVG: la Gambie, le Sénégal, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Cette position confert à la commune un micro espace d’intégration sous-régional. Ce sont les flux humains, occasionnés par les échanges commerciaux, qui sont à l’origine du brassage de la population.
    14269314_191094511302272_1322384662_n
    L’économie locale est constituée par des activités de la production agricole, maraîchère, horticole et pastorale ainsi que des activités de transformation artisanale de produits agricoles et leur commercialisation; surtout pendant les journées du « loumou. » Aussi, à Diaobé se développent des métiers de l’artisanat, de service et de transport des biens et personnes. L’économie locale se développe aussi grâce aux périmètres agricoles aménagés du bassin de l’Anambé qui permettent une riziculture intense et un élevage moderne.
    Le « poids lourd » de l’économie est le marché hebdomadaire qui, grâce à son rôle d’échanges transfrontalières de produits alimentaires et manufacturés provenant des pays du micro espace, se positionne comme le socle de l’économie régionale. Le secteur de l’éducation est très pauvre car toute la commune ne dispose que de 2 écoles préscolaires,  13 écoles primaires et de 2 établissements secondaires.
     diaobe
    Le taux d’analphabète est très élevé surtout chez les femmes. De plus en plus, on assiste à l’abandon de la scolaritépar les filles. Aucune école de formation professionnelle et technique d’apprentissage n’existe dans le secteur. La santé est un problème majeur, car il n’y a que deux postes de santé mal équipées, une ambulance vétuste et une petite maternité à Diaobé. Dans cette célèbre ville du Sénégal, on manque de médicaments, de lits, de personnels qualifiés alors qu’en plus de la population, on compte 20.000 visiteurs par semaine venues spécialement pour le marché hebdomadaire qui fait courir toute la sous région.
    14287759_191094537968936_1672851773_n
    A Diaobé, la distribution d’eau potable est très faible avec, seulement, deux forages répartis entre Diaobé et Médina Samba Kandé, Kabendou. Pour le reste de la population, il ne boit que l’eau provenant de puits traditionnels. Le déficit d’infrastructures et d’équipements hydrauliques pourraient compromettre à atteindre les objectif de développement du Millénium. (OMD).
    Le commerce est très dynamique au niveau de la commune. Dans la simple commune de Diaobé, on compte 270 boutiques de vente au détails, 25magasins de vente de gros, deux marchés communaux et un marché hebdomadaire international qui fait de la commune un centre national de transformations et d’d’échanges de produits agricoles, forestiers, halieutiques, transformés et de produits dits  alimentaires provenant des pays de la sous région.
    14269451_191094194635637_25533379_n
    Mais, avec l’emplacement des différents syndicats, les femmes qui forment la dynamique du commerce des vêtements, de produits agro-maraîchers -crû- halieutiques, transformés forestiers (huile de palmes et fruits) sont poussées à l’occupation anarchique du marché; cohabitant avec de l’insalubrité et de l’insécurité. Le tourisme est une activité inconnue dans la commune, alors que chaque semaine plus de 20.000 personnes séjournent dans cette ville qui ne dispose ni d’hôtel ni d’auberge conformes au normes d’accueil de passagers de court séjour.
    14215545_189364528141937_1144474706_o
    Ce sont des cases éclairés à la bougie ou de lampes à pétrole et des rares fois par de l’électricité qui servent de gites. L’activité industrielle est quasiment inexistante dans la commune: il n’y a que des décortiqueuses de riz, des  moulins à mil, des presses à huile ou à pattes d’arachides qui tournent dans cette ville. Tous les produits artisanaux ne sont transformés qu’avec des équipements d’un autre âge. Les femmes sont très actives dans la transformation et la commercialisation. Elles constituent 60% des acteurs dans le secteur.
    La faiblesse du financement et leurs qualifications font défaut. La commune à de fortes potentialités de maraîchage pratiqué à petite échelle dans les abords des vallées, cours des concessions familiales. Les principaux produits potagers cultivés ici sont: le piment, le combo, la salade, l’aubergine, la tomate, la patate douce, la carotte etc…C’est un secteur exclusivement dominé par les femmes qui exploitent des blocs individuels ou collectif.
    Amadou Manka
    Correspondant Permanent à Diaobé

    Laisser un commentaire