La réintégration du Maroc, principal défi du sommet de l’Union africaine

    La réintégration

    Les débats du sommet de l’Union africaine, qui s’ouvre lundi en Éthiopie, devraient porter principalement sur le retour du Maroc au sein de l’organisation. Une possible adhésion qui ravive la rivalité avec son voisin l’Algérie.

    Trente-trois ans après l’avoir quittée, le Maroc pourrait faire son retour dans l’Union africaine (UA). Les 54 chefs d’État membres de l’institution, qui ouvre son 28e sommet, lundi 30 janvier, à Addis-Abeba (Éthiopie), doivent s’exprimer sur cette réintégration.

    Le royaume chérifien (alors dirigé par Hassan II, père de l’actuel monarque), a quitté l’OUA, ancêtre de l’UA, en 1984. Il entendait ainsi protester contre l’admission au sein de l’institution de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) proclamée par le Front Polisario au Sahara occidental, un territoire que Rabat considère comme sien.

    Le retour du Maroc est l’épilogue d’un vaste processus entamé il y a une dizaine d’années, lancé publiquement par le roi Mohammed VI en juillet 2016, formalisé en septembre auprès de l’UA et qui mobilise depuis lors tout l’appareil d’État marocain. En six mois, le souverain, qui sera présent lundi à Addis Abeba, a enchaîné les tournées diplomatiques sur le continent où il n’a eu de cesse de proclamer son engagement envers ses « frères » africains.

    Promesse de méga-contrats, d’œuvrer à « la paix et à la sécurité », de nouvelle « coopération sud-sud », de « développement durable »… le Maroc a déployé les grands moyens pour convaincre de sa vocation subsaharienne et de la nécessité de « retrouver sa place au sein de sa famille institutionnelle continentale ». Le royaume a déployé « une vision de longue durée » qui lui permis « de se positionner comme un acteur important non seulement avec l’Europe, mais aussi en Afrique subsaharienne », ajoute Gillles Yabi.

    D’autre part, la réintégration de la sixième puissance économique du continent pourrait être une aubaine pour l’UA, qui cherche à devenir financièrement indépendante, mais a perdu en la personne du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi un généreux bienfaiteur. L’UA est actuellement financée à 70 % par des donateurs étrangers, selon l’Institute for Security Studies (ISS).

    Laisser un commentaire