Procès Imam Ndao : Le témoignage d’un père de présumé djihadiste provoque la…

Procès Imam Ndao : Le témoignage

Le procès de l’imam Ndao et de ses 29 co accusés a repris ce mardi 8 mai avec l’audition de Modou Diop. Le vieux de 66 ans est père d’un présumé djihadiste, cité dans ce dossier. Entendu à titre de témoin, Diop n’a pu retenir ses larmes, en reparlant de son fils, qui a, probablement, rejoint les combattants de l’islam depuis 2016. Son témoignage a ému la salle d’audience.

« Je suis le père de Abdou Lahad Diop. Il est parti depuis deux ans, sans qu’on ne sache où il se trouve.  Et depuis, je ne sais rien de lui. C’est un dimanche après-midi qu’on a constaté sa disparition. Il était assidu à la mosquée. C’est quelques jours après qu’un certain Mama Sow (El Hadj Mama Sow, un des accusés), un de ses amis, m’a informé que Lahad et lui s’étaient préparés à partir. Un voyage qui, selon lui, s’expliquait par leur désir de changer d’horizon parce qu’ils ne pouvaient plus rester dans le pays. Acculé par ma famille, Mama Sow avait expliqué qu’il était resté parce qu’il n’était pas encore prêt à partir », a déclaré le Vieux Diop.

Qui se remémore avec tristesse de ce fils qui ne lui avait jamais causé le moindre souci. « Lahad est de tous mes enfants, le plus exemplaire. Il étudiait au Lycée moderne de Dakar (Limodak en classe de Première). Vu que mes enfants voulaient  lyncher Mama Sow pour l’obliger à parler, j’ai pris ma responsabilité et suis parti à la gendarmerie de la Foire. On l’a écouté puis relâché. Il avait au préalable annoncé que son ami allait être joignable au bout de deux jours. Tel ne fut pas le cas. On a lancé les recherches sans succès. Et quelques temps après j’ai été convoqué par la Dic (Division des investigations criminelles). J’ai continué mes recherches avant de tout laisser tomber. Quelques temps après, je me suis rendu dans les locaux de la Dic. On m’a demandé de m’approchait de la première Chambre sise au Palais de justice où l’enquête était en train d’être bouclée. Ce que j’ai fait, accompagné de sa sœur ».

« J’ignore, s’il est vivant ou mort »
La voix étreinte par l’émotion, Diop explique : « Depuis son départ je n’ai eu aucune nouvelle de lui. Je n’ai eu aucune information le concernant. D’habitude, j’amène mes enfants mineurs, à la mosquée aux heures de prières. Aujourd’hui, ce qui me choque le plus, c’est que je ne puisse avoir aucune information de lui, ni la moindre nouvelle le concernant. J’irai le chercher où qu’il puisse se retrouver. J’ignore cependant, si aujourd’hui encore, il est vivant ou mort. Sa maman en est malade. Je suis taximan et, j’ai tout fait pour payer les études de ses deux aînés en France. Ce qui m’inquiète c’est qu’il n’a jamais été obnubilé par l’argent. Il est très correct. Je ne cesse de me demander les réelles motivations de son départ. J’avais beaucoup d’espoir en lui. Le jour où je l’ai entendu appeler à la prière, ce jour là, je n’ai pu retenir mes larmes, tellement j’ai été agréablement affecté par sa voix », a confié le père de Lahad Diop au juge.

Laisser un commentaire