Ndiemé Lame: « Le Sénégal devrait octroyer des allocations aux handicapés s’il veut qu’ils arrêtent de mendier »

Ayant  pour but «d’aider ceux qui sont en situation d’handicap en leur aidant à affirmer haut et fort leur possibilité de vivre pleinement et entièrement en tant que citoyen avec une autonomie maximale», Insertion handicap est une actrice majeure dans l’autonomisation des personnes handicapées. Surprise et choquée par la grosse vague d’interpellation dont des personnes handicapées sont victimes, Mme Ndiemé Lame a décidé de briser le silence. Dans cette entretien exclusif, accordé à Senenews, la présidente de Insertion Handicap a expliqué les actions que son association a eu à mener pour aider les personnes vivant avec un handicap au Sénégal et se positionnée dans le débat. Entretien…

Senenews: Parlez nous de votre association

L’association Insertion handicap a été créée depuis 2009.  C’est une association basée en France et elle est composée de 6 membres actifs. Nous avons un représentant au Sénégal en l’occurrence Mr  Babacar Mbaye qui est au centre des handicapés de la Médina. Lui même est une personne vivant avec un handicap. Notre association parraine des enfants et collecte des dons en France. Nous les amenons au Sénégal pour les personnes en situation d’handicap,  les pouponnières et les hôpitaux.

Quels genres de dons faites-vous? 

Depuis 2011, nous payons la scolarité de 14 enfants handicapés (fournitures, habillements). Nous amenons aussi des produits d’hygiènes pour les bébés, des habits  et des denrées alimentaires.

Des handicapés ont été arrêtés jeudi dernier et amenés au commissariat pendant l’opération retrait des enfants de la rue. Quel est votre sentiment par rapport à cette situation?

Je suis vraiment triste et écœuré par ce que nous ne pouvons pas aider tout le monde. Contrairement au Sénégal,  ici en France les handicapés ont des allocations et la sécurité sociale à 100%. Au Sénégal, si les handicapés ne travaillent pas,  ils sont obligés de mendier avec leurs enfants. Ce que nous pouvons faire pour eux, en ce moment, c’est juste leur octroyer des dons.

Selon vous qu’est ce que l’état doit faire pour ces handicapés? 

D’après les dernières informations que j’ai eues, les handicapés ont des cartes d’égalité des chances qui leur permet de bénéficier de soins gratuits. Je ne sais pas comment cela se passe mais,  je pense que l’état devrait leur octroyer aussi des allocations. Il y’a aussi les dons qu’il peut leur faire, notamment, en denrées alimentaires, habillement etc. Mais aussi le plus important, c’est d’essayer de prendre en charge les enfants. 

Mais, avec les cartes d’égalité des chances les handicapés ne reçoivent que 25.000 f tous les trois mois. Pensez vous que cela est suffisant?

Franchement, avec la vie chère qui est au Sénégal, je pense que ces 25.000f son insignifiants d’autant plus que la plupart des handicapés sont des pères et mères de famille. C’est très peu, le gouvernement doit trouver des solutions pour essayer d’augmenter cette somme. 

Ne pensez vous pas que ces aides encouragent les handicapés a être paresseux?     

Les handicapés ont des difficultés pour se déplacer et certains n’ont pas fait d’étude leur permettant d’accéder à un emploi rémunéré. Les travaux qui nécessitent la mobilité ne sont pas donnés aux handicapés. Franchement leur cas critique et difficile.

Quels sont les actions que votre association a eu à mener au Sénégal?

Mis à part les dons, la dernière action qu’on a eu à mener, c’était au mois de mars, nous étions au centre Talibou Dabo et nous avions acheté l’appareillage d’une fille qui a été amputée des deux pieds. C’est l’association qui a tout pris en charge. Nous avons eu aussi à organiser des spectacles et des récoltes de dons dans des magasins, mairies et autres. Aujourd’hui, une fois de plus, j’aimerais lancer un appel à tout le monde pour aider et encadrer les personnes en situation d’handicap.

Avec Senenews.com

Laisser un commentaire