Somalie : l’ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

L’élection présidentielle somalienne a permis de désigner un nouveau président, mercredi. Il s’agit de l’ancien Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo. Le président sortant a reconnu sa défaite, selon la BBC

L’ancien Premier ministre somalien, Mohamed Abdullahi Farmajo, a été élu président, mercredi 8 février. Désigné par les parlementaires du pays, soit 275 députés et 72 sénateurs, il a obtenu 184 voix contre 97 pour le président sortant Hassan Cheikh Mohamoud, qui a reconnu sa défaite, selon la BBC.

Après l’annonce des résultats, raconte notre envoyé spécial sur place, Thaïs Brouck, la population a « crié, dansé, chanté » pour saluer le départ du président sortant. Un femme a expliqué : « C’est bien de changer, c’est positif pour la Somalie. » Un autre habitant s’est félicité qu’avec un nouveau président, le pays « retrouve une voix dans le concert des nations ».

Le président élu, âgé de 55 ans, est issu du clan Darod. Il possède la nationalité américaine après avoir longuement vécu aux États-Unis. « Farmajo avait été ambassadeur de la Somalie aux États-Unis à la fin des années 1980, rappelle Thaïs Brouck, et fut le Premier ministre du pays d’octobre 2010 à juin 2011. »

Mohamed Abdullahi n’est pas non plus connu pour être très conciliant. « Quand il était Premier ministre, il a multiplié les critiques vis-à-vis de l’Amisom (la Mission de l’Union africaine en Somalie), de l’Ethiopie et des États de la région. Il sera donc certainement beaucoup plus rétif dans les discussions régionales. » Une réticence compatible avec la sensibilité des députés qui l’ont élu, selon Roland Marchal qui prévient : « On a un petit Trump, si j’ose dire. Il faut garder à l’esprit que les députés qu’il l’ont élu sont aussi proches de certains courants plus radicaux que les Frères musulmans. Il a autour de lui des gens qui font partie de l’islamisme armé des années 1990 et qui, au début, au tout début, dans des conditions politiques très différentes d’aujourd’hui, ont eu des relations assez bonnes avec Shebab. Mais (le groupe des) Shebab n’était pas non plus ce que c’est devenu aujourd’hui. »

La tâche qui l’attend est immense, le pays est exsangue, et les institutions internationales alarment quant à une famine qui menace plus de cinq millions de personnes. » La famine avait ravagé la Somalie entre 2011 et 2012, conduisant à la mort de plus de 250 000 personnes

Laisser un commentaire