Ministère des Affaires étrangères Les chanceliers: un corps oublié !

des Affaires étrangères Les chanceliers: un corps oublié !

Texte alternatif de la bannière


Derrière le silence des murs de l’imposant Ministère sis à la place de l’indépendance de Dakar se cachent des fonctionnaires dévoués, taciturnes et rompus à la tâche.

Ce bâtiment, chantre des télégrammes officiels et des notes verbales envoie et reçoit des milliers de messages au Sénégal et dans le monde quotidiennement .
Ces fonctionnaires en charge de l’application de la politique extérieure du Sénégal sont regroupés au sein du cadre des Affaires étrangères. Ce cadre, selon le statut général des fonctionnaires, est composé du corps des conseillers, de celui des conseillers adjoints et du corps des chanceliers.


Toutefois, Si les conseillers semblent s’épanouir pleinement dans leur travail, celui des conseillers adjoint a disparu et bientôt ce sera le tour du corps des chanceliers des Affaires étrangères.
En effet, formés à l’école nationale d’administration par voie de concours au même titre que celui des conseillers, les chanceliers ne bénéficient d’aucune considération de la part des autorités du Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

Certaines ne daignent même pas donner suite à leur demande d’audience lorsqu’ils cherchent à les rencontrer quel que soit le motif de la demande d’audience. Comme si des instructions avaient été données, l’autorité sollicitée sera toujours occupée pour le chancelier quelle que soit l’insistance; alors que ce sont des collègues avec qui vous avez partagé le même bâtiment pendant des années.


Aux affaires étrangères comme dans les postes diplomatique et consulaire, les rôles qui leur sont dévolus leur sont concurrencés par les autres corps de l’administration en détachement. Mais au bout de quelque temps, ces personnes en détachement sont promues devant les chanceliers en service depuis plus de quinze années.


Si le plan de carrière du conseiller des affaires étrangères est plus ou moins bien tracé: 1er conseiller au premier poste, à la seconde affectation ils sont 1er conseillers et promus ministre conseiller avant la fin du séjour. Ensuite ambassadeur, le chancelier lui n’a aucun avenir car les textes appliqués seulement à leur compte bizarrement, disent qu’ils ne peuvent être que deuxième conseiller après quinze ans de service.

À cause de ce texte incongru, beaucoup de chandeliers émérites sont partis à la retraite sans jamais avoir le titre de consul, de vice-consul ou même de chef de bureau consulaire. Au meilleur des cas, après plus de vingt cinq ans de service, ils prennent leur retraite en qualité de 2er conseiller ou premier conseiller s’ils sont amis à l’autorité.


Actuellement, parmi les quinze consulats dont dispose le Sénégal dans le monde seuls Casablanca et Lusaka ont un chancelier comme consul. Dans tous les autres, le consul, le vice-consul et les conseillers ne sont pas du corps. Le corps des chanceliers des affaires étrangères est le seul corps de l’administration sénégalaise où tout le monde a la même grade quels que soient l’ancienneté ou le parcours.

Toutes les promotions de chanceliers de 2002 à 2016, soit huit promotions sont toutes au même grade dans les ambassades et consulats, ils sont tous premiers secrétaires et sont confinés à des taches de confections et de conditionnement, jamais de conception.


Finalement pour échapper à cette humiliation, toutes les promotions avant 2003 sont parties à part trois qui sont à 2 ou 3 ans de la retraite. Les autres doyens, par ailleurs très jeunes, partent tous dans les institutions internationales telles que l’ONU, la Bad, l’Uémoa etc. où ils occupent des postes de très haute responsabilité tels que: président de commission ou chef du protocole: poste qu’ils ne peuvent avoir dans leur pays d’origine.


Pendant ce temps, les consulats, spécialité de ce corps délite, sont dirigés par des gens qui ne connaissent rien de la diplomatie et qui n’ont même pas la curiosité intellectuelle de lire, au moins une fois, la convention de vienne de 1963. La moitié des difficultés que rencontrent les sénégalais de l’extérieur pourrait être évitée.

Si ces représentations consulaires étaient dirigés par les chanceliers qui ont été formés pour ce travail.
Espérons que le deuxième mandat du président de la République qui, dit-on, sera moins politique, prenne en charge ce problème qui a instauré un malaise et un découragement très profond après de ces agents de l’État et que tous ces manquements seront corrigés pour le bien de la diplomatie sénégalaises.

Laisser un commentaire