Massacres de Beslan: la Cour européenne des droits de l’homme condamne Moscou

En 2004, en Ossétie du Nord, à Beslan, des rebelles pro-tchétchènes avaient pris toute une école en otage. L’assaut mené par les forces de sécurité russes s’était soldé par un bain de sang: plus de 330 civils tués, dont 186 enfants, et quelques 750 blessés. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé, mercredi 12 avril 2017, que la Russie avait fait preuve de « graves défaillances » dans le traitement de cette prise d’otages, condamnant Moscou à verser 3 millions de dollars aux plaignants.

 

Plus de 400 citoyens russes avaient saisi la Cour européenne des droits de l’homme parce que, expliquaient-ils, l’enquête menée par la justice russe s’était enlisée voilà des années. Ces survivants et ces proches de victimes cherchaient toujours des réponses à leurs questions, des réponses que la cour a apportées, mercredi 12 avril 2017, sans prendre de gants avec Moscou.

Selon la CEDH, les autorités russes disposaient de suffisamment d’informations précises indiquant qu’une école de la région allait être attaquée et les autorités n’ont pas empêché les terroristes de se rencontrer pour préparer l’attaque ou de se déplacer le jour de la prise d’otages. La sécurité de l’école n’a pas été renforcée, le public et le personnel n’ont pas été prévenus de la menace.

Aussi, il y a eu de « graves défaillances » dans la préparation et le contrôle de l’assaut, avec un usage disproportionné de la force, et des armes lourdes (canons d’assaut, lance-grenades, lance-flammes) utilisées par les troupes d’assaut qui ont fait des victimes supplémentaires parmi les otages.

Moscou dénonce des conclusions « purement hypothétiques », « en inadéquation avec les preuves fournies par les autorités russes », souligne que « pour un pays qui a été attaqué, ces formulations sont absolument inadmissibles », et indique qu’elle fera appel d’ici trois mois.

Jusqu’à ce jour, malgré le nombre élevé de victimes – plus de 330 civils tués dont 186 enfants, et quelques 750 blessés -, aucun officier responsable de l’assaut n’a été inquiété.homme, au gymnase de l’école de Beslan, en 2009.

Laisser un commentaire