Maguette Dia: « le Gouvernement doit revoir sa politique de retrait des enfants de la rue »

Nèenè gallo, Maguette Dia, Sénégal, tailbés,

SENENEWS.COM- Créée en 2015, l’association Nèenè gallè a pour objectif de venir en aide aux enfants Talibés, améliorer leurs conditions de vie en faisant des demandes de dons financiers auprès de la population ou de matériels médicaux dans les hôpitaux autour d’eux et les apporter aux enfants talibés. Dans cet entretien exclusif accordé à SeneNews.com, depuis la capitale française, la présidente de Nèenè gallè, Maguette Dia s’est indignée des images de la récente rafle des enfants de la rue de Dakar par le ministère de la famille de la femme et de l’enfance et de la direction de la protection des droits des enfants. Ce retrait intervient suite au lancement de l’opération de retrait des enfants de la rue. Maguette Dia n’a pas manqué de proposer des solutions au Gouvernement pour l’épanouissement des enfants Talibés. Elle a demandé l’apport divin pour la construction très prochaine d’un centre d’accueil et d’hébergement pour les enfants Talibés par son association dans la capitale sénégalaise. Entretien …

Nèenè gallè ou le paradis des enfants

L’association Nèenè gallè a été créée depuis un an en France, et basée en France. Nèenè gallè a pour but de venir en aide aux enfants de rue du Sénégal, notamment aux enfants Talibés. Nous avons constaté que ces enfants qui trainent dans les rues du Sénégal ont un quotidien très difficile.

Comment avez-vous accueilli la décision du gouvernement sénégalais de retirer tous les enfants de la rue ?

J’ai suivi les informations sur les réseaux sociaux et les télévisions. J’ai vu la vidéo où on ramassait des enfants dans la rue. Cette image, pour moi, est insoutenable. Car, on voyait certains enfants qui pleuraient. Si les enfants pleurent comme ça, c’est qu’ils se sont sentis égarés. C’est à dire qu’ils ne comprenaient pas, ils ne savaient pas ce qui leur arrivaient. Ils ont été dans la rue tout le temps et du jour au lendemain on vient les ramasser avec force. Eux même ne comprenaient pas ce qui leur arrivait.

C’est bien que le gouvernement décide de retirer les enfants de la rue. Mais, jusqu’à présent, tout ce que je vois c’est qu’on a pris juste les enfants de la rue, après c’est quoi la suite ? On les a pris, on les a enlevé des rues du Sénégal, et après c’est quoi la suite ? Ce qui est important c’est qu’on nous dise quel sort est réservé à ces enfants pris manu militari dans les rues ? L’Etat a-t-il créé des centres pour accueillir ces enfants ? Et si oui combien de centres a-t-il créé ? C’est quoi le programme qu’ils ont créé pour ces enfants ? Sur ce, j’aimerais attirer l’attention du gouvernement pour lui dire que si cette campagne est favorable et pour eux et pour les enfants, là on sera pour. Mais, si c’est seulement pour leurs intérêts, alors nous sommes contre cette mesure. Je ne suis pas aussi rassurée que des enfants soient enfermés dans des centres; car ils ne sont pas rassurés, ils ne savent pas ce qui peut leur arriver dans ce centre.

Financer les daaras et des familles et des appoints en nourriture n’est pas l’essentiel

Si l’Etat fait des financements pour les familles et des Daaras (le Gouvernement a lancé ce financement ce 9 juillet Ndlr), est ce qu’ils ont construit de nouvelles écoles pour pouvoir accueillir ces enfants ? La vérité est que ces enfants aimeraient aller à l’école. Quand je partage mon temps avec ses enfants, ils me disent ouvertement qu’ils aimeraient aller à l’école. Certains de ces enfants se cachent derrière les écoles françaises et regardent leurs camarades dans les classes. Tout ceci pour vous prouver que ces enfants ont la pressante envie de mettre pied à l’école. Certes, le Gouvernement sénégalais donnera des vivres et quelques billets de banques aux familles. Mais, c’est quoi réellement l’avenir professionnel de ces enfants ?  C’est là où se situe ma grande inquiétude et interrogation.

L’Etat doit créer des centres d’accueil et d’hébergement

Je pense que l’Etat doit créer des centres d’accueil et d’hébergement. En faisant cela, l’Etat créera des emplois en même temps. Dans ces centres d’accueil et d’hébergement, ces enfants auront tout ce dont ils ont besoin. Une sorte de foyer. Cela va éviter les Daaras et les enfants ne traîneront plus dans la rue.

Même dans les Daaras les enfants ne sont pas en sécurité

Moi je suis rentrée dans certains Daaras ou le danger était présent. Le toit était sur le point de tomber sur la tête des enfants. Même dans les Daaras les enfants ne sont pas en sécurité.

Les enfants talibés doivent bénéficier de l’école française

Notre association, Nèenè gallè veut que les enfants aillent à l’école française. Sinon,  ce nous aimerions que les professeurs se déplacent pour venir leur donner des cours de français dans leurs Daaras. Je suis persuadée que les enfants sont attirés par les cours de français. Souvent, quand je suis avec eux, ils s’essayent de déchiffrer quelques mots en français. Ces enfants, on est obligé de les inscrire car c’est eux, plus tard, qui changeront les choses au Sénégal. Ce sont ces enfants là qui deviendront des députés, maires, ministres, … bref, ce sont eux qui prendront des décisions pour faire avancer le pays. Aussi faut-il préciser que les inscrire à l’école ne veut pas dire qu’ils vont arrêter l’école coranique. Je suis d’accord qu’ils continuent de suivre les cours coraniques, c’est très important. Mais, à côté qu’ils apprennent le français aussi. Savoir lire et écrire au lieu de les laisser trainer dans la rue.

D’où est venu cet amour pour les enfants

Au fait, c’est lors d’un  de mes voyages à Dakar, faut-il le rappeler, je vis en France, que j’ai rencontré l’un de ces enfants talibés, Moussa dans les rues. Cet enfant je l’ai personnellement pris en charge. Par rapport à cela, j’ai eu comme idée de créer une association pour pouvoir solliciter tout le monde et voir ce qu’on peut faire pour améliorer leur quotidien partant de là leurs conditions de vie.

Comment se fait la mobilisation en France pour venir en aide à ces enfants talibés ?

Ici en France, nous ferons des demandes de dons auprès de la population, auprès de nos proches, ainsi que dans les hôpitaux, les cliniques. Nous demanderons aux écoles de faire des exposés avec les enfants pour voir derrière ce qu’on peut récolter : des fournitures scolaires pour les enfants talibés du Sénégal.

Une grande manifestation le 15 octobre en France pour récolter les dons 

On a prévu de faire une grande manifestation le 15 octobre prochain où on fera des appels au don. Ce sera des dons matériels et des dons financiers. Nous allons récupérer tout:  des vêtements les chaussures les jouets, avec les hôpitaux on va récupérer des médicaments que les Talibés auront besoin pour améliorer leur santé. Avec l’argent récupéré, on pourra leur offrir de quoi manger pour éviter qu’ils sortent dehors  chercher de la nourriture, nous allons renover aussi des daaras avec l’argent récolté lors de ces rencontres.

Nous sommes en contact permanent avec quelques marabouts du Sénégal

Nous avons une équipe au Sénégal et les membres fondateurs sont en France. Nous sommes en contact avec les Daaras pour connaitre leurs besoins. Nous travaillons aussi avec Cheikhou Sarr, un homme qui travaille beaucoup avec les enfants Talibés. Nous sommes aussi en contact avec le président de l’association Petites Gouttes, Momar Fall, qui est aussi déterminé pour son travail. Le bureau de Nèenè gallè est composée d’une présidente, moi même, d’une vice-présidente Fatima Coulibaly, d’une trésorière, Kalloga fatim et d’un secrétaire Dia Mamadou. Nous avons une dizaine de personnes au Sénégal qui coordonnent toutes les activités sur le terrain.

 

Avec Senenews

PARTAGER
Article précédentEpinay : il s’accuse du meurtre de son frère
Article suivantPape Samba Mboup très en colère contre Farba Senghor : « Qu’il ne me pousse pas à la radicalisation »
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire