L’histoire de la villa à 150 millions, affaire Me Sèye : Ce que Clédor et Samuel n’ont pas dit

L’histoire de la villa à 150 millions, affaire Me Sèye

0

Fin 2009, les coupures intempestives d’électricité noircissent le tableau du bilan de Wade. Sortant de l’ombre, Clédor Sène, dans un entretien-fleuve concédé à Week-end Magazine, vidait son chargeur sur l’alors ministre de l’Energie.

Il accusait le ministre d’Etat de saboter le travail de la SENELEC pour exercer un chantage sur les autorités de l’époque aux fins d’obtenir la libération de son « père adoptif » Pierre Aïm, qui avait des démêlés avec la justice, à la suite de transactions douteuses sur le sucre. Les plus avertis flairaient un chantage de la part du meurtrier désigné de Me Babacar Sèye, puisque dans la même interview, celui-ci prétendait qu’il était fauché comme un rat d’Eglise pour avoir épuisé les fonds qu’il recevait de Wade après avoir été scandaleusement gracié en 2002 avec ses co-détenus.

Enfonçant un coin dans l’arc, Sène menaçait de mouiller Samuel Sarr, avec qui il a fait la prison, relativement à l’assassinat de l’ancien vice-président du Conseil constitutionnel. Quelque temps après, en février 2010, le défunt hebdomadaire « Koch », alors managé par Abou Abel Thiam, informait que Clédor Sène avait perçu une somme de 150 millions de F Cfa, comme si on avait acheté son silence. Mieux, renseignait toujours le canard, Clédor voulait, avec cet argent, se payer une villa quelque part à Dakar.

C’est à juste raison que, dans son communiqué-réponse à Clédor Sène, Samuel soutient qu’il n’a pas rencontré ce dernier depuis 2009 (année de l’interview réalisée par Week-end Magazine). Sept ans après, on peut, à la décharge de Samuel Sarr, confirmer que son accusateur s’est trompé de date puisque les faits ne se sont pas déroulés en 2011. Entre temps, le département de l’Energie était entre les mains de Karim Wade, qui lancera le fameux Plan Takaal.

N’empêche, il demeure un procès en suspicion légitime à l’encontre de « l’Eternel wadiste » pour savoir pourquoi il n’avait pas jugé de battre le fer alors qu’il était chaud en apportant un démenti formel quand les journaux « Koch » et « Week-End Magazine » lui attribuaient un rôle peu enviable, eu égard à son rang ministériel, auprès de son ancien co-détenu.

Dans le même créneau de révélations, il sied de verser les allégations de Pape Samba Mboup, dans les colonnes de « Dakaractu », il y a de cela quelques jours, quand l’ex-chef de cabinet de Abdoulaye Wade soutenait avoir libéré 5 millions de F Cfa au profit de Abdoulaye Mamadou Guissé. Mboup prétendait que Samuel, dont le nom revient toujours, était le bailleur de la coalition « Mbolom Wade ». Il conforte quelque part la thèse de Clédor Sène afférente au financement de certaines listes en direction des Législatives de 2017.

En définitive, cette guerre, sur fond de réminiscences de l’assassinat crapuleux du juge Sèye, entre personnalités de l’entourage de premier cercle de Me Abdoulaye Wade, n’a pas encore livré tous ses secrets.   Une grande figure religieuse du Sénégal contemporain ne disait-il pas que les meurtriers de feu Babacar Sèye ne dormiront jamais la conscience tranquille ?

dackaractu

 

Laisser un commentaire