Législatives: Conspué par ses anciens alliés, Doudou Ka reçu avec des pierres à Adèane

Législatives: Conspué par ses anciens alliés,

0

Le directeur général du Fongip est un personnage honni à Ziguinchor. Ancien colistier de Benoit Sambou -tous deux parachutés dans la capitale du sud par Macky Sall-, l’homme qui voulait se faire la ville verte, s’est fait avoir par l’ire des populations avec les jets de pierres dont il a fait l’objet à Adèane, dans le département de Ziguinchor.

Membre de la société civile sans que l’on puisse savoir laquelle, Jules Ba, ce retraité de France est aujourd’hui le conseiller très spécial de Doudou Ka, au Fongip. Crédit photo: Diaspora.fr

 

Il se voulait le nouveau leader du sud, le patron de la très dynamique coordination de Ziguinchor et porte étendard de la région meurtrie qui, depuis 35 ans demande son indépendance au Sénégal. Finalement, il sera considéré comme le félon qui a trahi tous les espoirs et fini par écarter tous les fils de la Casamance qui avaient essayé de faire, de lui, un politique. Et les jets de pierres qu’il a subis, hier, à Adèane ne sont que le prélude de ce qui attend l’APR version Doudou Ka à Ziguinchor.

Après avoir été porté dans les coeurs et chanté dans toutes les villes et villages de la Casamance au point d’être considéré comme un adversaire de taille d’Abdoulaye Baldé, Doudou Ka, est aujourd’hui, la bête noire à abattre. Et, des militants aux responsables locaux de l’APR, tous sont dans l’entente pour le dégommer. « Cette situation a commencé, il y a, presque 3 ans, lorsque, après avoir obtenu son poste de DG au Fongip, Doudou Ka a commencé à nous voir comme des ennemis« , a déclaré, sous le couvert de l’anonymat, un de ses premiers lieutenants.

Alors qu’ils l’avaient porté en triomphe et n’avaient pas hésité à faire du porte à porte pour vendre son image, Doudou Ka, qui avait amené tout ce monde avec lui au Fongip, a commencé une chasse aux sorcières. Accusé de manque de loyauté ou soupçonné de faire de l’ombre au patron, ils ont été placés dans l’oeil du cyclone. S’ils ne sont pas poussés à la démission, ils sont constamment harcelés ou affectés loin de Dakar et de leurs bases politiques pour essayer de saper leur moral.

Première victime expiatoire de cette chasse aux sorcières, Lamine Souané, un jeune de la diaspora qui est retourné auprès des siens pour leur présenter Macky Sall et leur confier Doudou Ka, va voir brisé son élan en plein vol.

« Du jour au lendemain, il m’a envoyé des demandes d’explication et m’a accusé d’avoir livré des notes confidentielles aux journalistes« , a accusé Lamine Souané. Conséquence de ces lettres, Lamine Souané est renvoyé du Fongip. Depuis lors, il est en procès avec le DG. Les proches de ces frustrés qui, dans ce bras de fer, ont vu une trahison de la part du directeur général du Fongip, attendaient leur heure.

Elle est arrivé lors de l’installation du comité électoral de Benno de Ziguinchor. Alors que certains le voulaient coordinateur de la coalition, ses anciens lieutenants qui se retrouvés dans le camp de Benoit Sambou ou à la tête de mouvements de soutien à l’action du président Macky Sall se sont vertement opposés à lui; l’obligeant à renoncer au poste. Penaud, les seuls mots qu’il avait trouvé à dire à l’endroit de la presse sont: “Je me retire du comité, parce que je ne voudrais pas voir un seul responsable de Benno frustré”.

A la suite de Lamine Souané, d’autres responsables vont passer à la trappe: Tenguela Ba, accusé de ternir l’image du Fongip, a été obligé de présenter sa démission. Contacté pour avoir sa version des faits, Doudou Ka a déclaré n’avoir rien à nous dire. « Vous me parlez de mes ennemis. Je n’ai pas de temps à leur consacrer. Par contre, si vous m’accusez, je vais porter plainte« , a-t-il déclaré en guise d’information pour l’intérêt du public.

Et suivront de nombreux autres responsables locaux de Ziguinchor, employés au Fongip. Harcelés, par le directeur, certains d’entre eux se verront proposer à l’amiable, une porte de sortie désignée par l’ami d’une tante de Doudou Ka établi à Paris. Homme de paille du patron du Fongip, Jules Ba, un retraité en France, est recruté et bombardé conseiller spécial de son « petit neveu » – à préciser qu’ils n’ont aucun lien de parenté mais ils se sont connus à Paris chez la tante de Doudou Ka- sans que l’on ne sache à quoi il sert réellement.

Interpellé par nos soins pour avoir sa version des faits, Jules Ba a démenti les rôles qu’on veut (lui) faire jouer. « Et je ne voudrais pas que mon nom soit mis dans votre papier », a t-il suggéré en guise de menaces.

Sans une définition claire de ses fonctions, Jules Ba, qui s’est toujours retrouvé dans toutes les missions à l’étranger, est l’un des hommes les plus puissants du Fongip. Et c’est aussi lui qui vient proposer aux récalcitrants de démissionner; puisqu’ils ne sont pas en odeur de sainteté avec le Pape du Fongip.

A Grand Dakar, Lyndiane, Santhiaba et au delà, tous les grands responsables qui ont accompagnés Doudou Ka ont été mis en quarantaine au sein du Fongip; s’ils n’ont pas simplement été démissionnés. Et ce sont ces frustrés-là qui ont agité leurs bases pour faire de Doudou Ka un pestiféré à Ziguinchor comme à Adèane.

Laisser un commentaire