« L’ambassadeur m’a demandé de ne pas parler de mon viol pour que je puisse continuer à rester au Liban », le récit terrifiant de Aminata Guèye

"L'ambassadeur m'a demandé

Longtemps exclues de l’actualité nationale, les Sénégalais du Liban sont depuis quelques mois au coeur de l’information sensible. Après les interviews exclusives que deux sénégalaises ont accordé à l’envoyé spécial de Kewoulo, à Beyrouth, les langues ont commencé à se libérer. Et des secrets, trop longtemps tus, ont commencé à faire surface. Et cette logorrhée verbale n’est pas du gout de l’ambassadeur, Abdoul Ahad Mbacké du Koweït, qui voudrait que les filles remettent le voile de la confidentialité sur tous les secrets. Même quand on est violée et abusée publiquement. Récit glaçant d’un trafic d’êtres humains que l’ambassadeur voudrait taire à jamais….

Elle s’appelle Aminata Guèye. Elle a 31 ans et elle est la sénégalaise la plus connue du Liban. Elle est, aussi, celle qui a divisé la communauté entre sceptiques et convaincus de la crédibilité de son témoignage. Et dont le poignant récit a permis d’instaurer le tabou débat de l’esclavage des domestiques sénégalaises; une servitude que l’ambassadeur Abdoul Ahad Mbacké ne veut pas entendre de ses oreilles, au point qu’il ait fait le déplacement de Koweit-City pour venir faire la morale aux « petites mains » des madames de Beyrouth.  Mais, cette soudaine popularité, Aminata Guèye ne l’a jamais souhaité. Elle l’a, à son corps défendant, subi. Et, désormais, elle essaie de se reconstruire à Keur Massar, loin des pratiques moyenâgeuses de la très lointaine capitale du « Pays du Cèdre.

A LIRE AUSSI: Beyrouth: Choqué par les révélations de Kewoulo, l’Ambassadeur Abdoul Ahad Mbacké organise une chasse publique aux sorcières

Acheminée comme domestique au Liban, Aminata Guèye a raconté avoir été recrutée dans la banlieue dakaroise par une connaissance travaillant comme aide ménagère au Pays du Cèdres. « Elle m’a mis en rapport avec un certain Albert Bocandé qui fait venir des filles au Liban« , a témoigné Aminata Guèye. Après s’être empressée de faire son passeport, la jeune fille a quitté le Sénégal, le 10 juillet 2017. Aidée, en cela, par un policier de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, sans savoir ce qui l’attendait à 10 heures de vol de Dakar. Alors qu’elle pensait découvrir l’eldorado, elle a été parquée dans une cellule de rétention aux frontières, pendant plusieurs heures, avec un groupe de jeunes filles qui attendaient que leur patron -qui est leur tuteur légal- viennent les y chercher.

Passé ce premier choc, elle a eu la surprise de sa vie lorsqu’elle a été livrée à un patron qui, après quelques heures passées ensemble, s’est séparé d’elle. « C’est parce que je ne comprenais ni le français ni l’arabe que mon patron a décidé de ne pas me garder chez lui. » S’est-elle justifiée. Avant de se débarrasser d’elle, le patron -qui a payé les frais de formalité et le billet d’avion- a pris le temps de laisser la sénégalaise nettoyer la maison de fond en comble. Ensuite, « comme j’étais nouvelle dans ce pays, il m’a conduit chez Albert Bocandé; puisque c’est lui qui nous a mis en contact. Voila comment je suis arrivée chez Albert où se trouvait de nombreuses autres filles, dont Aminata Diola et une certaine Mintou Fall. » Se rappelle Aminata Guèye.

Alors qu’elle s’attendait à avoir un répit dans la chaîne de déception qu’elle subit, Aminata Guèye s’est vue soumise à un honteux concours comme ceux pratiqués aux forts moments de la traite négrière. « Un jour, Albert nous a fait descendre Aminta Diola et moi. J’étais habillée en orange noir et l’autre Aminata en rouge noir. Les parents m’avaient choisi. Mais, les jumeaux préféraient Aminata Diola puisque on était recruté sur la base du physique et du flair. Comme ils ne parvenaient pas à se départager, la famille est repartie se concerter. C’est après cela, qu’Albert a reçu un coup de fil lui disant que la famille avait décidé de choisir Aminta Diola. » Se souvient Aminata. Après avoir accompagné sa copine qui rejoignait le domicile de ses nouveaux patrons, Aminata Guèye est remontée à l’appartement où elle s’est retrouvée seule avec Albert Bocandé.

A LIRE AUSSI: Exclusif: « Nous n’avons pas le droit d’aimer, de nous marier ou d’avoir des enfants au Liban»

« A force de pleurer, j’ai fini par m’assoupir. C’est là que Albert m’a trouvé, dans le lit, et s’est couché sur moi. Aussitôt, je me suis débattue. Mais, comme il était plus fort que moi, il m’a dit: « même si tu cries personne ne t’entendra puisque, dans l’immeuble, il n’y avait que des Bangladesh. Aussi, puisque je connais ce pays mieux que toi, je pourrais te créer toute sorte de problèmes. » A raconté Aminata Guèye, au micro de Kewoulo. Après avoir subi ce viol, Aminata Guèye a affirmé avoir voulu en parler avec ses copines. Et, même si elle en a pas parlé, ouvertement, avec elles, la domestique a toujours laissé entendre qu’elle connaissait d’Albert un lourd secret dont la révélation sera dommageable à l’entraîneur de basket. La cohabitation a continué jusqu’à ce qu’un nouvel employé est venu recruter…pardon acheter Aminata Guèye des mains d’Albert.

« Un jour, en venant avec mon patron qui m’a ramené en voiture, j’ai vu Albert récupérer de l’argent avec mon patron. Un autre jour, Albert m’a appelé pour savoir quand est-ce que mon patron, parti en France, allait revenir lui remette la seconde partie de son argent. Et quand je lui ai demandé de quel argent il s’agissait, il m’a dit que cela ne me concernait pas. » A raconté Aminata Guèye. Aussi, Aminata Guèye a soutenu que celui qui se présentait comme son bienfaiteur avant de la violer lui a pris 300$ -150.000 FCFA_ représentant deux mois de salaire. « Il m’a dit que je dois lui payer cette somme parce que c’est lui qui a fait mes papiers. Quand j’en ai parlé avec mon patron, il m’a dit que c’était faux. Donc, il me doit mon argent« , a insisté Aminata. Alors qu’elle croyait que ce sont ces deux seuls événements qui allaient la lier à Albert, elle découvre que ce dernier cherchait, par tous les moyens, à la dénigrer auprès de son patron pour obtenir son expulsion.

« Je suis allée le voir et je l’ai menacé de révéler mon viol à sa femme, s’il n’arrêtait pas de s’approcher de mon patron pour me dénigrer« , a déclaré Aminata. Après un répit de deux mois, Albert est revenu à la charge, auprès du patron libanais, pour obtenir l’expulsion d’Aminata. Cette fois-ci, la jeune domestique -qui pleurait dans son coin- a décidé de s’en ouvrir à l’ambassadeur du Sénégal au Koweit. En poste depuis plusieurs décennies, l’ambassadeur, Abdoul Ahad Mbacké, traîne la double casquette de marabout et de diplomate au Proche-Orient. C’est auprès de cette auguste personnalité que la jeune fille est allée se plaindre. « Mais, son secrétaire, Mame Ngor Guèye, m’a dit de ne pas évoquer le viol devant le public. Et que l’ambassadeur est au courant de tout et allait régler la situation », a raconté Aminata.

Alors qu’on attendait de l’ambassadeur Abdoul Ahad Mbacké qu’il sanctionne rigoureusement le mis en cause et alerte les services judiciaires libanais comme sénégalais, l’ambassadeur a dit à la victime de taire son viol. « Il m’a dit qu’il allait voir avec Albert Bocandé comment me trouver un autre employeur. Et me permettre de rester à Beyrouth. Mais, Albert a dit à l’ambassadeur qu’il refusait de me permettre de rester au Liban.  » A déclaré Aminata Guèye. Conséquence directe de ce refus formel d’Albert, Aminata Guèye est arrivée le 22 aout 2018 à Dakar. Depuis lors, elle a décidé de mener le combat de la dignité; loin du pays du cèdre. Et de ses turpitudes.

3 Commentaires

  1. Quelle triste histoire .mais bocande’ c’est sénégalais. . Je ne comprends plus si ceux qui doivent nous défendre nous poussent dans la gueule du loup

  2. Qu’est ce que vous ne comprenez pas?
    Ce qui se passe au Liban et en Arabie saoudite n’est un secret pour personne tout le monde sait que ces 2 pays prennent les noirs pour moins que des chiens beaucoup moins même
    Tout le monde sait cela y compris les consuls et les ambassadeurs

Laisser un commentaire