Beyrouth: Choqué par les révélations de Kewoulo, l’Ambassadeur Abdoul Ahad Mbacké organise une chasse publique aux sorcières

Beyrouth: Choqué par les révélations de Kewoulo

Les relations entre Abdoul Ahad Mbacké, l’ambassadeur du Sénégal au Koweit, et ses compatriotes du Liban s’est, pendant ces dernières semaines, considérablement détériorée. Enervé par les récits d’esclavage et de non assistance à compatriotes en danger concernant les ménagères, Abdoul Ahad Mbacké est venu à Beyrouth intimider les témoins de Kewoulo. Récit d’une panique généralisée….

A l’origine de cette inimitié entre Abdoul Ahad Mbacké et nos compatriotes du « Pays du Cèdre » se trouve la dernière visite inopinée du marabout diplomate à Beyrouth. Comme feuille de route, l’ambassadeur se devait de venir savonner deux compatriotes qui ont osé évoquer la sensible question de l’esclavage dont sont victimes nos compatriotes travaillant comme domestiques au Liban. Dans des interviews filmées, deux de ces domestiques sénégalaises avaient profité des caméras de Kewoulo pour se plaindre de l’esclavage moderne dont elles font l’objet dans les pays du golf au vu et au su des officiels sénégalais qui ne font rien pour les sortir des griffes de leurs bourreaux arabes.

A LIRE AUSSI: Exclusif: « Nous n’avons pas le droit d’aimer, de nous marier ou d’avoir des enfants au Liban»

S’étant senti « humilié » par cette sortie médiatique qu’il n’avait pas vu venir et énervé qu’un journaliste -le directeur de publication de Kewoulo- puisse venir jusque dans sa juridiction -c’est l’ambassadeur du Koweit qui est responsable du Liban- et mettre à nu des comportements moyenâgeux qu’il voulait taire, Abdoul Ahad Mbacké a fait une descente dans la capitale libanaise. En compagnie de ses collaborateurs, il a convié la communauté sénégalaise à une rencontre extraordinaire. Ce 4 aout 2018, ce sont plusieurs dizaines de nos compatriotes qui ont fait le déplacement de l’hôtel Phénicia pour venir exposer leurs doléances et recueillir les conseils de l’ambassadeur.

« Mais, au lieu de chercher à régler nos problèmes, il s’en est pris directement à Mme Awa Sène et Amy Sy qui se sont soumises à l’interview de Kewoulo« , a déclaré une compatriote ayant participé à la réunion. Interpellés par nos soins pour comprendre les raisons d’une telle action qui n’a aucun fondement légal, Abdoul Ahad Mbacké comme son secrétaire, Mame Goor Guèye n’ont pas daigné répondre à nos sollicitations.

Pour sa part Awa Sène comme Amy Sy ont confirmé que l’ambassadeur leur a reproché d’avoir « évoqué des sujets qu’elles ne maitrisent pas. » Et qui ne devaient être mis sur la place publique. Ami et proche collaborateur de l’ambassadeur, Albert Bocandé qui a joint la rédaction de Kewoulo pour se défendre des accusations de traite d’êtres humains que lui reproche une dizaine d’ex-employés de maison de Beyrouth, a confirmé l’information. « Tout ce que ces femmes ont raconté dans ce film est faux. D’ailleurs, elles ne vous diront jamais comment l’ambassadeur leur est rentré dedans. Elles ont été humiliées« , a déclaré Albert Bocandé. Et lorsqu’on lui dit que lui-même fait l’objet d’une plainte au pénal déposée au Sénégal pour viol, trafic d’êtres humains et abus de confiance, Albert Bocandé perd son latin. Et menace de poursuivre les filles pour diffamation.

Organisée dans la salle de  conférence de l’hôtel Phénicia de Beyrouth, la rencontre -qui devait durer de longues heures- a été interrompue net au moment où, racontant son calvaire, Aminata Guèye a voulu narrer sa mésaventure avec l’entraineur de basket -Albert Bocandé- qui veut la faire expulser du Liban. « L’ambassadeur m’a dit de ne pas citer de nom alors que je lui disais, clairement -et devant toute la salle-, que Albert Bocandé m’a pris 300 dollars sous prétexte que c’est lui qui m’a fait mes papiers de séjour au Liban; alors qu’il n’en est rien. Quand je lui ai dit que ce gars -qui est son ami- était en train de détruire la vie de nombreuses jeunes filles qu’il livre en esclavage aux arabes, toute la salle a acquiescé. Et l’ambassadeur a dit qu’il y a des choses qui ne doivent pas être dites en public. Ensuite, il a levé la séance et m’a reçu en audience privée pour me dire qu’il allait arranger les choses avec Albert pour que je continue à rester au Liban.  » A déclaré Aminata Guèye.

Comme elle, de nombreuses compatriotes contactées au Liban ont confirmé l’épisode de l’expression de la colère noire de l’ambassadeur. Et Albert Bocandé, le principal accusé, a reconnu qu’Abdoul Ahad Mbacké a déclaré à Aminata : « si tu veux rester au Liban et trouver du travail, il faut qu’on trouve un arrangement avec Albert« . Lorsqu’on lui a demandé s’il était si important que celà pour empêcher à quiconque n’est pas à ses petits soins de pouvoir rester au Liban, Albert Bocandé a botté en touche et a esquivé la réponse. Pour Albert Bocandé, tout ce qui a été dit sur lui, concernant des mauvais traitements et de trafics d’êtres humains, est faux.

Voici, en intégralité les vidéos sources de la colère de l’ambassadeur

3 Commentaires

  1. La vérité finit toujours par triomphé tôt ou tard ,inutile de faire semblant ou de faire l’aveugle !!!!! ça sent les pétrodollars !!!
    Merci Babacar Touré

Laisser un commentaire