Justice: Deux gardes pénitentiaires et un « tonton » pour payer l’évasion des 4 trafiquants de drogue Bissau-guinéénnes

Justice: Deux gardes pénitentiaires et un "tonton" pour payer

Le tribunal correctionnel de Dakar a jugé hier, dans la matinée, une rocambolesque affaire d’évasion à la prison pour femmes de Rufisque. Dans le box des accusés, les matons Aliou Faye, Angélique Bassène et le visiteur Ibrahima Coumbassa, affectueusement prénommé « tonton » par les professionnels de la prison, avaient le mauvais rôle de se retrouver à se défendre.

Après avoir passé 6 mois en détention préventive, les prévenus qui ont comparu libres sont poursuivis pour avoir facilité l’évasion des détenues Madeleine, Bienvenue, Marie Dulcina Béatrice et Elisabeth: des femmes condamnées pour trafic international de drogues dures, cocaïne. Et qui devaient, toutes, purger des peines de 10 ans de prison ferme. Dans son réquisitoire, le procureur a rappelé que c’est dans la nuit du 5 et 6 février 2012, vers les coups de 4 heures du matin, que les matons ont remarqué la disparition des 4 détenues occupant la chambre 3 de la prison pour femmes de Rufisque.

Et aussitôt l’alerte donnée, une équipe de gardes pénitentiaires s’est directement rendue au domicile de Ibrahima Coumbassa pour l’interpeller. Et le conduire manu militari à la prison pour l’interroger. « C’est vers 4 heures du matin que 4 personnes à bord d’une Mercedes sont arrivées à mon domicile pour me demander de les suivre« , a déclaré le retraité, surpris de se retrouver dans le box des accusés.

Un tonton et deux gardes pour fermer les yeux sur l’évasion

Contrairement à son étonnement de se voir mêler à ce dossier, plusieurs faits et gestes effectués par le prévenu ne militent pas à prouver son innocence: Ibrahima Coumbassa, qui s’est lié d’affection avec Madeleine, était le contact permanent entre les détenues et leurs familles restées en Guinée Bissau. « C’est lui qui recevait l’argent destiné au quotidien des dames. C’est lui qui vendait les produits fabriqués par ces dames et destinés à la vente, en dehors de la prison« , ont conclu les enquêteurs de la Section de Recherches de la Gendarmerie nationale qui ont instruit le dossier.

A cela s’ajoute le fait que le dimanche, veille de leur évasion, Ibrahima Coumbassa était venu, en dernier visiteur, à la prison. Et y a amené 15 baguettes de pain pour ses protégées. En quittant les lieux, il a récupéré des habits leur appartenant. Comme Coumbassa, la garde pénitentiaire Angélique Bassène a commis des actes qui, aux yeux de l’administration pénitentiaire, étaient qualifiés de « négligence » et conduit à sa radiation. Des « négligences coupables » que le procureur de la République veut, maintenant, requalifier en « association de malfaiteurs » et « complicité d’évasion. » Et demander la peine de 2 ans ferme à son encontre.

Son tort à Angélique Bassène,  c’est d’avoir ouvert la cellule n°3 et permis à ses pensionnaires de se rendre dans des toilettes externes à la cellule, alors que « celle-ci disposait de WC non fonctionnel » a précisé l’acte d’accusation.  Pendant ce temps, elle a laissé ouverte la cellule en question au départ comme au retour des détenues; si retour il y a eu lieu. Mais, puisque la porte principale du quartier de la détention était fermée par un gros cadenas -dont la clé était sous la garde du chef de Brigade, Dieynaba Camara, une pénitentiaire qui, bizarrement, n’est pas visée par la procédure-, Angélique Bassène veut que le tribunal la voit comme une victime collatérale.

Des détenues trop grosses pour escalader les murs

Aussi, après cette porte de la détention où ne séjournent que des femmes, il y a une cour à traverser avant d’arriver à la porte principale. Et sortir dans la rue. En dehors de cette sortie autorisée et surveillée, c’est un grand mur long de 3 mètres qui sécurise les lieux. Et l’ensemble de ce parcours est gardé par un poste de police. Il se trouve que c’est le pénitencier Aliou Faye qui était de garde ce jour-là. Et, comme par hasard, l’homme avait quitté son poste de travail -d’où il avait vue sur toute la prison- dans la nuit « pour, dit il, se rendre chez lui et visiter sa famille« .

Et pour sa défense, il a déclaré que les évadées ne seraient pas passés par là porte principale; puisque c’est lui qui avait fermé les portes; en mettant le crochet et en y joignant un cadenas. Pour lui, les prisonnières auraient escaladé le mur de la prison grâce à une chaise retrouvée sur place. Mais, à en croire le procureur de la République comme le président du tribunal, « les dames n’auraient jamais pu quitter la prison, en escaladant le mur. Sinon elles se seraient fracassé la jambe. Le seul constat est que ces détenues ont quitté la prison avec la complicité des matons qui leur ont largement ouvert les portes. »

Pour asseoir sa thèse de la complicité, le procureur a dit que « vu la corpulence de détenues et le fait que l’une d’elles soit infirme, il est impensable qu’elles puissent quitter la prison en escaladant les murs. » Aussi, le procureur a révélé que le sieur Ibrahima Coumbassa a reçu un virement bancaire d’un frère de l’une des détenues, soit 120.000 FCFA attesté par une banque. Si ce même Ibrahima Coumbassa se retrouve à se rendre en Guinée Bissau où il était allé remettre leurs affaires aux évadées, il n y a pas de doute que la complicité d’évasion est largement démontrée.

Des trafiquantes internationales de cocaïne

Quand on sait que les détenues étaient incarcérées pour trafic international de drogues et ne pouvaient donc pas quitter la prison avant 2018 et 2019, il y avait de quoi les inciter, en cette année 2012, à vouloir humer l’air du dehors. « C’est pourquoi, ils vous ont soudoyé pour que vous les laissiez partir« , a déclaré le procureur. Pour Angélique Bassène, sa responsabilité ne peut nullement être engagée puisqu’il ne lui appartenait pas de vérifier la fermeture des actes principaux.

Cette version du procureur -à vouloir asseoir une complicité d’évasion- a été battue en brèche par les avocats de Coumbassa comme de la dame Angélique Bassène. Pour les Robes noires, « ce dossier n’est  basé que sur des hypothèses. Et puisqu’il n’est nullement prouvé qu’il y a complicité dans cette affaire, un doute raisonnable est permis. » Et en droit, puisque le doute doit bénéficier au prévenu, les avocats ont demandé la relaxe pure et simple de leurs clients. Après avoir écouté toutes les parties, le tribunal a renvoyé l’affaire au 18 janvier pour rendre son verdict.

 

Laisser un commentaire