Journée Mondiale de l’enfance : Les journalistes à l’école de la sensibilisation

Journée Mondiale de l’enfance

0

La 27e édition de la journée nationale de l’enfance a été lancée, ce mercredi, lors de la session de partage avec les journalistes sénégalais à Dakar. Il s’agit, selon le directeur de la protection de l’enfant, Niokhobaye Diouf, de sensibiliser et d’imprégner la presse sur les préoccupations majeures, dans leur rôle de traitement et de diffusion de l’information.

Le 16 juin marquant la Journée de l’enfant Africain qui commémore le massacre des enfants de Seweto de 1976 par le régime de l’apartheid. Il s’agit, pour cette 27e édition, au Sénégal, d’impliquer, sensibiliser, d’imprégner les journalistes des préoccupations des autorités dans le traitement de l’information concernant l’enfance. D’où cette session de partage avec la presse de ce matin conformément au thème : « l’agenda 2030 pour le développement durable en faveur des enfants en Afrique : accélérons la protection, l’autonomisation et l’égalité des chances ».

Niokhobaye Diouf dira : « Nous avons jugé utile de partager les objectifs. C’est-à-dire imprégner les journalistes de nos préoccupations dans le traitement de l’information sur l’enfance. Savoir ce qui se passe et saisir toutes les opportunités qui leur sont offertes pour bien traiter l’information. » Car, constate le formateur Ibrahima Bakhoum « la manière dont la presse traite la question de l’enfance défavorise les enfants. Ce qui expose, davantage, la population à la banalisation de l’information concernant cette frange de la population. Quand on banalise la violence, les sévices faites sur les enfants, finalement on amènera les sénégalais à tourner la page. C’est-à-dire Ils n’accorderont plus d’importance à ce qu’on dit sur l’enfance à cause de la routine ».

Alors, poursuit, le professeur Bakhoum, « il doit s’agir pour les journalistes de savoir que protéger l’enfant, c’est protéger la population, les pères de familles, les mères de familles de demain.  Donc, on doit avoir une manière de faire beaucoup plus responsable, beaucoup plus détachée des aspects sensationnels, même quand il s’agit de stresse et de détresse. Il y a des angles de traitement à peaufiner encore. Voir l’intérêt particulier à mettre en avant, plutôt que de favoriser le sensationnel, sachant que l’enfant est un objet de conjecture et que son image reste un produit commerçable ».

Ainsi, la journée sera ouverte le 16 juin à Saint-Louis et sera fermée le 20 juin à Dakar, selon Niokhobaye Diouf, qui précise que des activités seront menées partout dans le pays.

Laisser un commentaire