Jour 4 du procès de Khalifa Sall : « Que Khalifa Sall soit libéré… provisoirement »

Jour 4 du procès de Khalifa Sall :

Ce vendredi 26 janvier 2017 marque le quatrième jour du procès du maire de Dakar, Khalifa Sall et ses co-accusés. Depuis  l’exposé du procès au tribunal correctionnel de Dakar, les avocats de la défense et ceux de l’Etat ont épilogué lors des débats d’audience sur la recevabilité ou non de la constitution de la partie civile de la mairie et celle de l’Etat.

Hier, les avocats de Khalifa Sall qui avaient tout au long de la journée la parole avaient soulevé des exceptions relatives aux nullités de la procédure face aux nombreuses « violations de bases » de leur client. Aujourd’hui, les avocats de la défense se sont orientés sur la demande de liberté provisoire sous cautionnement de leur client.

« Que Khalifa Sall soit libéré… provisoirement »

A 9 heures 10 minutes, le procès a repris de là où il s’était arrêté hier judi. La non-acceptation du cautionnement du maire de Dakar s’est encore invitée dans les débats d’audience du tribunal correctionnel de Dakar. Pour les avocats de la défense, « il n’y a aucune raison pour que cette garantie ne soit acceptée. C’est juste une preuve d’inégalité des citoyens de la loi ». Et pour justifier leur base sur cette demande, Me Ciré Clédor Ly pose des arguments sur lesquels, son client a été auditionné sans la présence de ses avocats.

«Khalifa SaIl n’a pas non plus bénéficié de son droit de se faire assister par ces avocats tout au long de la procédure. Ses droits ont donc été bafoués. Tel a été le cas pour Mbaye Touré et tous les autres co-prévenus de l’affaire dite de la caisse d’avance », relate la robe noire.

Ainsi, estime-t-il, «ces procès-verbaux n’ont pas satisfait les conditions de leur existence légale donc ils encourent à une annulation». Raison pour laquelle, les avocats de la défense sollicitent à cet effet, «la nullité du réquisitoire introductif du procureur. Son élection en tant député est jugé arbitraire par ses avocats. Toutes les règles de procédure de l’assemblée ont été violées relativement à la levée de son immunité. Khalifa Sall a été  privé de son droit d’être entendu par la commission ad hoc. Ce droit parlementaire est en effet prévu par la constitution. Son parcours verbal d’audition encourt donc l’annulation».

«Partant de ces violations de bases» tout au long de la procédure de leur client, les conseils du maire ne voient aucun inconvénient à ce que le cautionnement de Khalifa Sall soit accepté. Ainsi, les avocats de la défense ont demandé de nouveau la liberté provisoire de leur client pour « détention arbitraire ».

Laisser un commentaire