Irak: la vengeance des Yézidis après la déroute de l’Etat islamique

2017 fut l’année de l’effondrement territorial du groupe Etat islamique qui a perdu les régions qu’il contrôlait en Syrie et en Irak. Une défaite militaire suivie d’actes de vengeance comme en témoigne une enquête de l’organisation de défense des Droits de l’Homme, Human Rights Watch.

Lorsque le groupe Etat islamique contrôlait le nord de l’Irak, des membres de la minorité yézidie ont été assassinés et plusieurs milliers de femmes yézidies ont été contraintes à l’esclavage sexuel. Les jihadistes vaincus, des actes de vengeance ont eu lieu ces derniers mois visant notamment des tribus sunnites irakiennes accusées d’avoir collaboré avec le groupe Etat islamique.

« Il y a juste un an, j’étais avec un groupe des anciens, des Yézidis, qui m’ont dit qu’ils avaient une liste de gens et de tribus, et qu’ils allaient les tuer quand ils en  auront la possibilité », témoigne Belkis Wille qui travaille pour Human Rights Watch en Irak.

Cinquante-deux membres d’une tribu ont soudainement disparu

C’est probablement ce qui s’est passé en juin dernier lorsque 52 membres d’une tribu irakienne ont soudainement disparu. Selon des témoins, ces hommes, femmes et enfants ont été assassinés par des miliciens yézidis d’après une enquête de l’organisation de Défense des Droits de l’Homme, Human Rights Watch. «Maintenant dans les régions yézidies, ce sont les milices yézidis qui sont présentes pour protéger leurs citoyens, et ces milices ont le soutien du gouvernement de Bagdad», poursuit Belkis Wille.

Human Rights Watch demande aux autorités irakiennes d’enquêter sur cette affaire et d’empêcher les actes de vengeance entre communautés.

Laisser un commentaire