Incendie de Médina Gounass: « L’huile de cuisine pourrait être à l’origine du drame du Daaka »

0

Ancien patron des services de la protection civile du Sénégal, le commandant Amadou Canar Diop est l’un des rares experts a avoir fait face aux incendies répétés du Daaka de Médina Gounass. Il a longtemps été le commandant du groupement des sapeurs pompiers de Ziguinchor et a, à ce titre, été celui qui, en 1986, a été confronté au premier incendie du Daaka. Dans cet entretien exclusif accordé à Kewoulo.info, il revient, avec nous, sur les risques auxquels sont exposés les pèlerins à chaque Daaka. Entretien…

 

  • Vous avez été le commandant des Sapeurs pompiers qui, en 1986, a été le premier officier de la protection civile à faire face aux flammes qui ont ravagé le Daaka de Médina Gounass. Pouvez vous revenir avec nous sur cet événement?

  • Effectivement, nous avons fait face à un incendie très important au Daaka de Médina Gounass. Pour comprendre ce que c’est, il faut d’abord expliquer ce qu’est le Daaka: c’est une retraite spirituelle. Et, à cet effet, les populations quittent les domiciles pour se retrouver en brousse et habiter dans des huttes, loin de certaines commodités pour vivre leur foi. Alors, ils habitent dans des huttes. La principale cause de ces incendies est l’huile surchauffée.
  • A quoi ça sert cette huile surchauffée?

  • Vous savez, au Daaka, les femmes sont interdites de cité. Les hommes restent entre eux. Donc, ce sont les hommes qui font la cuisine. Et quand on sait que la plupart des hommes sénégalais ne cuisinent, presque, jamais, il faut croire qu’ils ne le font qu’une fois par an; pour ceux qui s’y trouvent. Ce ne sont pas des cuisiniers professionnels et, dans ce genre de rencontres, il arrive que un parmi eux prenne l’initiative de faire la cuisine pour tout le monde. Alors, n’étant pas experts en la matière, quand ils mettent de l’huile sur le feu, ils ont tendance à attendre que l’huile soit surchauffée. Et quand ils y mettent de la viande ou de l’oignon, dans cette huile surchauffée, ça a tendance à s’enflammer. Donc, tous les incendies importants signalés dans ces Daaka ont pour origine de l’huile surchauffée. Comme le Daaka se fait en brousse et que généralement le vent, en cette période, est important dans cette zone, ajouté à cela le fait que les concessions sont faites de pailles, et que cette dernière brûle comme de l’essence; voila autant d’association qui complique la situation et fait que le feu, qui se déclenche d’un point, se déplace rapidement; prenant au piège les pèlerins. C’est ça le mécanisme et la propagation se faire très rapidement au gré des sens du vent. Pour que ça s’embrase et tout devient facile. Maintenant, d’autres facteurs viennent compliquer la maîtrise de l’incendie.
  • Quels sont ces facteurs?

  • A cause du manque de bonbonnes de gaz dans la sous région, le Daaka constitue une foire extraordinaire de la sous région. D’ailleurs, c’est la foire la plus importante d’Afrique de l’Ouest pour le matériel agricole. En 1986, nous avons été confrontés à un dépôt de 800 bouteilles de gaz que j’avais voulu disperser un peu partout, pour éviter leur concentration. Mais, ça m’a créé des problèmes; parce qu’il appartenait à un chef religieux. Nous avons passé un temps fou à faire des conciliabules. Et lorsque l’incendie s’est déclenché, ces bouteilles ont explosé. Et le fait de les voir voler, comme des obus, partir dans tous les sens, a compliqué notre travail. Le gaz, l’huile surchauffée; mais la propagation se fait par brandon et par ces bonbonnes de gaz que les populations limitrophes viennent se procurer dans notre pays. Il y a un dépôt assez important à ce niveau. Il y a d’autres éléments -même s’ils sont marginaux: c’est une foire où on trouve des armes et des munitions. En cas d’incendie, ces munitions vendues explosent aussi; compliquant ainsi la tâche des secouristes. Ce sont des risques importants auxquels on fait face.
  • Quel a été le bilan que vous avez enregistré en 1986?

  • Si je me rappelle bien, on a eu 2 décès principalement des commerçants. je me rappelle que l’un des commerçants a refusé volontairement de quitter son dépôt; préférant s’agripper aux sacs de sucre. Et le sucre explosé au contact feu et a fondu sur lui. L’homme s’était endetté pour avoir ce sucre et ne comptait pas voir cette quantité partir en flammes. Face à l’avancée des flammes, les populations étaient pourtant venues le chercher. Mais, il a refusé de les suivre. Et a péri, calciné, dans son commerce.
  • En 1991 on a connu le même scénario des flammes qui ont ravagé le Daaka. Cela était dû à quoi?

  • En 1991, j’étais revenu à la portion centrale et travaillais à la caserne de Malick Sy, à Dakar. Mais, de ce que j’en sais, c’est encore de l’huile chauffée.
  • En 2010, vous étiez à la protection civile. Quel a été le bilan et l’origine du drame?

  • Les origines étaient les mêmes. Je n’ai plus le bilan exact, en tête. Mais, à partir de cet incendie, on avait mis en place des systèmes de prévention. A Vélingara, on avait mis 1000 tentes. On a mis un dépôt la-bas, pour diminuer l’exposition; le risque par rapport à la paille. Mais le problème primordial est de prévenir l’incendie puisqu’on sait que la principale cause est la cuisine. On a essayé de former les cuisiniers occasionnels de sorte que lorsque la marmite est surchauffée, il suffit d’y remettre le couvercle pour remettre le feu dans la cuisine, dans la marmite elle-même et diminuer le risque. Si on avait continué à les sensibiliser et à les former juste avant le Daaka et après, on diminuerait ces risques d’incendie. L’autre élément est le fait d’organiser des patrouilles durant tout le Daaka. mais, ne pas partir dans l’idée de faire des constructions dans le Daaka. Parce que ça changerait l’esprit même du Daaka. Y construire des bâtiments avec climatisation, cela changerait l’esprit. Puisque l’esprit c’est une retraite spirituelle loin des commodités. Une climatisation éloignerait de la vie d’ascète que l’on promeut la-bas.
  • Que suggérez-vous, commandant, pour éviter ce genre de drames aux Daaka de Médina Gounaas?

  • Je suggérerai qu’on avance des forages, qu’on créé, à un kilomètre, avant une zone maraîchère. Après cette zone, créer une zone paysagère, en plaçant des arbres. Et entre les deux, on y transfère la foire, le marché. Et tout au tour de ces zones, on regroupe les cuisines. Toutes les cuisines doivent être ensemble. Cela changerait le micro climat et le risque sera amoindri. Et cela n’empêchera pas les autres de rester dans leur retraite spirituelle.
  • Commandant, l’opinion a déploré le manque de moyens ou le retard de réactions des Sapeurs pompiers. Que suggérez-vous, pour qu’on puisse avoir des services de premiers secours de qualité au Sénégal?

  • Les sapeurs pompiers viennent pour intervenir. Moi, j’aimerais qu’on anticipe pour éviter les interventions sinon les réduire. Moi, j’ai vécu un feu au Daaka, c’est toute une stratégie parce que le feu se propage très rapidement au gré du vent. Même si on mettait une vingtaine de fourgons, un bataillon de Sapeurs Pompiers et qu’on n’anticipe pas pour éviter, autant que possible, le départ de l’incendie et qu’on ne mette pas les moyens pour l’étouffer dès sa naissance, le développement serait pareil. Et les impacts risquent d’être toujours douloureux. Je crois que le problème serait de s’activer sur les préventions, sur l’anticipation, sur l’organisation et sur la sensibilisation que de mettre les moyens sur l’intervention. L’intervention est du dernier ressort. Mais, si on ne prend pas des mesures en aval, on ne fera pas changer les choses.
  • Commandant ne serait-il pas envisageable de voir les Sapeurs Pompiers et les protections civiles du Sénégal se moderniser pour disposer d’avions et d’hélicoptères pour procéder à des évacuations sanitaires d’urgence vers les structures adéquates quand on sait la vétusté des centres de santé et hôpitaux de la zone de l’incendie?

  • C’est possible. Il y a bien un hélicoptère de l’armée pour les évacuations sanitaires d’urgence. Il suffisait, dans l’organisation, de mettre un plan de commandement et de leur attribuer des numéros utiles de l’alerte à temps, l’hélicoptère va se poser. Ils sont stationnés à Touba, à Tivaoune. Ce sont des réanimateurs qui sont dans cet avion et ils sont au service de tout le Sénégal. C’est un problème d’organisation. C’est l’anticipation avant le drame. On doit revenir, impliquer les acteurs, impliquer ceux qui ont du vécu pour anticiper sur ces événements et les minorer.

Laisser un commentaire