Incendie aux Parcelles Assainies: Des dégâts et une perte énorme de vies humaines

0

 Quatre filles et un garçon, membre d’une famille, ont perdu la vie dans un incendie. A l’origine du drame, l’insouciance de Mansour, un déficient mental, ayant abandonné une bougie allumé dans la chambre. C’était ce mercredi à l’unité 17 des Parcelles Assainies.

Douleur et consternation chez la famille Dias, à l’unité 17 des Parcelles Assainies. Cinq de sa progéniture, dont quatre filles et un garçon, sont morts asphyxiés par la fumée. A l’origine du drame, l’insouciance de Mansour, un déficient mental. Ce dernier avait abandonné une bougie allumé edans la chambre.

Bilan: une maison enflammée, 4 filles et un garçon morts sur le coup. Les badauds appellent les sapeurs-pompiers qui ne font que constater les dégâts à leurs arrivés. «Nous avons tardivement su qu’il y avait des enfants à l’intérieur. Nous avons constaté leur mort en même temps que les Sapeurs pompiers», témoigne une sexagénaire, voisine des victimes, sous le couvert de l’anonymat.

Le délégué de quartier, Alboury Diaw, d’abonder dans le même sens et soutient   que: «le drame est lourd. Elles sont cinq personnes de la même famille qui sont mortes dans ces conditions horribles ».

Il aussi ajouté que : «c’est un membre de la famille, du nom de Mansour, un déficient mental, qui aurait allumé une bougie et l’aurait laissée dans la chambre. Les enfants enfermés, ne pouvaient rien faire. Ils sont étouffés par la fumé. Alors ils sont morts par asphyxie. C’est vraiment triste ».

Si la famille endeuillée invoque sa foi, en répétant que «c’est leur destin»,  Bocar Cissé, un autre témoin ami du chef de famille des Dias, lui, regrette l’absence du père des victimes.

Ce dernier est en détention provisoire à la prison centrale de Thies.  Et prie le gouvernement de le libérer. «Le père de famille est en prison à Thiès. Il est condamné depuis cinq ans pour un délit qu’il n’a pas commis. Maintenant, nous voudrions vraiment demander à l’Etat de le libérer ou de lui accorder une liberté provisoire pour qu’il puisse au moins assister au deuil de ses enfants ».

La mère des cinq enfants dont une fille de 17 ans morts dans cet incendie, est plongée dans un sommeil profond. Son frère cadet, visiblement abattu, les yeux bués de larmes, confirme : « Depuis ce matin, elle dort. Elle est terriblement scandalisée par la mort de ses enfants. Elle s’est levée tôt le matin pour aller trouver un extrait de naissance à l’un d’eux ».

Ici, c’est la consternation. La douleur est profonde. La psychose est bien réelle. On jase, on pleure, on console. Les autorités politiques et étatiques à l’instar de Moustapha Diakhaté et Mbaye Ndiaye, apéristes et Thierno Bocoum sont venus s’enquérir de la nouvelle.

Le porte-parole de Rewmi de manifester sa tristesse : « Nous venons de constater le drame comme tout le monde. Je suis attristé. Il est difficile de perdre d’une manière instantanée, tous ses cinq enfants dans un incendie ». Ainsi, il a lancé un appel à l’endroit des autorités étatiques en guise de soutien à la famille éplorée.

Il dit : « Cette famille a besoin de soutien. C’est claire. L’Etat doit les venir en aide pour qu’ils puissent porter le deuil. On doit situer toutes les responsabilités et prendre des mesures idoines pour que pareille chose ne se reproduise plus ». Les sapeurs-pompiers ont emmené les corps des victimes.

Pape Amadou Seck

Laisser un commentaire