Gambie: les familles des victimes du régime Jammeh s’expriment

Gambie

Les premières élections législatives post-Jammeh se déroulent jeudi 6 avril 2017, en Gambie. Il s’agit du tout premier scrutin depuis la victoire d’Adama Barrow et la fuite de l’ancien dictateur Jammeh en Guinée Equatoriale.

En quatre mois, le pays s’est transformé et les langues commencent à se délier. Dix « jungulars », l’armée secrète de Yahya Jammeh qui effectuait la plupart des exactions, ont été arrêtés par l’armée gambienne, et, grâce à leurs indications, les forces de l’ordre ont commencé à exhumer les corps d’opposants disparus, un soulagement pour leurs familles.

Manneh Jagne a assisté, le 1er avril, à l’exhumation de trois corps dans la région de Foni. Parmi eux se trouve sans doute son frère, Njaga Jagne, disparu depuis deux ans.

Même si cette expérience était très dure pour Manneh et sa famille, c’est aujourd’hui le soulagement. « C’est très dur de l’avoir vu dans cet état. Je n’ai pas dormi depuis deux jours. Jusqu’à maintenant ma mère se plaignait tout le temps qu’elle mourrait sans savoir où mon frère est enterré. Aujourd’hui, on l’a retrouvé, et on va pouvoir l’enterrer de façon décente », déclare Manneh Jagne.

« J’aimerais savoir comment ils ont été tués »

Njaga Jagne avait participé à la tentative avortée de coup d’Etat du 30 décembre 2014 contre l’ancien président par Yahya Jammeh. Officiellement il avait été tué dans l’attaque du 30 décembre 2014 mais son corps n’avait jamais été retrouvé. Son frère Manneh espère pouvoir bientôt connaître la vérité. « J’aimerais savoir comment ils ont été tués, si c’était pendant l’attaque ou s’ils ont été tués différemment. C’est quelque chose qui me trotte dans la tête. Nous aimerions que justice soit faite. Cela pourrait soigner les blessures de notre famille », pense le frère de la victime.

Ces dernières exhumations portent à quatre le nombre de corps retrouvés depuis la fuite de Yahya Jammeh. Selon Bubacarr Sarr, de l’unité criminelle de la police, les recherches devraient continuer. « Nous travaillons actuellement sur 33 dossiers. Nous avons ouvert des investigations et, pour sept dossiers, nous avons de sérieuses pistes. Nous allons très bientôt continuer les exhumations, dans d’autres endroits », assure ce représentant de la police gambienne.

Les corps resteront à la morgue de Banjul jusqu’à l’arrivée de médecins légistes étrangers, capables de les examiner

Laisser un commentaire