Free Roaming / Abdou Karim Sall : « Des résultats salutaires sont enregistrés »

Free Roaming / Abdou Karim Sall : « Des résul

0

Les acteurs qui mènent le projet Free Roaming en Afrique de l’Ouest sont en conclave à Conakry pour «évaluer de la mise en œuvre de ce projet», selon un communiqué parvenu à notre rédaction. Ce, pendant deux jours.

Il s’agit d’un atelier d’évaluation dudit projet. Et c’est le directeur de l’Autorégulation des Postes et des Télécommunications, (ARTP) du Sénégal d’honorer son pays d’avoir dignement dirigé la mise en œuvre de ce projet ouest africain. « J’exprime ma profonde gratitude à l’endroit de M. Abdou Karim Sall pour non seulement l’implémentation et le suivi du projet en question, mais aussi la mobilisation et les efforts consentis dans le cadre de la mise en œuvre du Free Roaming dans l’espace CEDEAO », a déclaré le DG de l’Autorité de Régulation des Postes et des Télécommunications (ARPT) de la Guinée, M. Antigou CHÉRIF.

En effet, cet atelier déterminé par le protocole d’accord d’Abidjan, signé le 28 novembre 2016, consiste à procéder à l’évaluation à «mi-parcours» afin d’améliorer le Free Roaming et de mieux le propager dans d’autres pays de la sous-région comme le Benin qui a manifesté son intérêt d’intégrer le cercle des cinq pays membres; en l’occurrence, le Sénégal, le Mali, la Guinée, le Togo et la Côte d’Ivoire. Abdou Karim Sall, pour sa part s’est félicité «des résultats salutaires qui sont enregistrés.»

Puisqu’il faut encore s’atteler à relever d’autres défis dans le cadre de ce projet Free Roaming en Afrique de l’Ouest, cet atelier de deux jours (jeudi et vendredi) permettra de faire des recommandations susceptibles d’aider les consommateurs à mieux comprendre le projet du Free Rooming et ses nombreux enjeux pour l’intégration entre pays dans l’espace CEDEAO.

A la cérémonie de clôture, prévue ce vendredi, le directeur général de l’ARTP devra tirer le bilan à la fin de la rencontre. Mais aussi dégager les perspectives qui vont booster tous les efforts consentis vers un marché commun ouest-africain, faciliter la libre circulation des biens et des services et surtout améliorer le contrôle de la sécurité pour nos États.

 

 

Laisser un commentaire