France: la victime du meurtre était le souffre-douleur de son lycée

France: la victime du meurtre était

Clément, lycéen de 16 ans cible de brimades, avait été retrouvé mort en mars 2017 à Ham (Somme). Celui qui l’aurait tué a été écroué jeudi.

Il était mineur au moment des faits. Et il a eu 18 ans il y a tout juste une semaine. Ce jeune homme a été mis en examen jeudi soir et écroué pour homicide volontaire sur un lycéen, Clément Brisse, 16 ans. Cet élève apprenti avait été retrouvé mort le 30 mars 2017, non loin d’un étang dans le parc Délicourt à Ham (Somme), à deux pas du lycée professionnel Jean-Charles-Peltier où il était scolarisé.

Le corps de Clément portait une blessure causée par arme blanche à l’abdomen et une autre, mortelle, au cou. Faute d’avoir retrouvé l’arme dans le parc et l’étang, les gendarmes de la section de recherches d’Amiens ont vite orienté leur enquête vers un meurtre. D’autant plus que Clément Brisse était devenu le bouc émissaire de son lycée. Un autre jeune, toujours mineur, a lui aussi été arrêté et mis en examen pour faux témoignage. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

« Ses parents n’ont jamais cru au suicide de leur fils. Aujourd’hui, on sait que l’arme a été emportée par son meurtrier présumé. Il y a des éléments matériels confondants contre lui et des témoignages circonstanciés », détaille Me Guillaume Demarcq, l’avocat de la famille de Clément.

« J’en ai marre de cette vie »

Le jeune homme interpellé gravitait dans l’entourage immédiat de Clément, il était dans la même classe que lui et avait déjà fait l’objet d’une première garde à vue au cours de l’enquête. Pour l’instant, il nie toute participation aux faits, selon nos informations, mais le sang de la victime a été retrouvé sur l’une de ses chaussures.

Le 30 mars 2017, Clément, interne au lycée Peltier, élève d’une section adaptée d’agent polyvalent de restauration, a été vu partir dans la matinée vers 10 heures avec un autre camarade, et n’a jamais regagné l’internat, qu’il devait rejoindre à 17 h 30 au plus tard. Cet élève avait ensuite expliqué que Clément avait « disparu » dans le parc. Dans la soirée, les gendarmes découvraient son corps.

Depuis plusieurs mois, l’adolescent fragile était la cible de bien des brimades de la part de camarades. « Ils lui ont même fait avaler des médicaments cachés dans des gâteaux. Les enseignants savaient qu’il était dans une situation difficile », lance, très en colère, Boris Ducornet, son oncle maternel. Brimades, humiliations, Clément aura tout enduré en silence jusqu’à ce que l’un de ses tourmenteurs lui tonde les cheveux. Un adolescent plus âgé en stage à l ’extérieur du lycée que Clément redoutait par-dessus tout . Là, ses parent s ont demandé à rencontrer la direction du lycée Peltier. « Et la direction leur a dit que tout allait très bien, et circulez, il n’y a rien à voir. On voit comment cela s’est terminé. Une tragédie », peste Me Guillaume Demarcq qui n’exclut pas de poursuivre les responsables de l’établissement, dont certains ont été mutés.

Clément Brisse, souffrant d’un léger handicap, décrivait ses souffrances sur les réseaux sociaux : « Je préfère être dans un désert plutôt que de vivre ma vie d’enfer », écrivait le jeune homme en décembre 2016, indiquant aussi : « J’en ai marre de cette vie. Je risque même de me suicider. » Un appel au secours entendu par ses proches mais pas par la direction du lycée.

Laisser un commentaire