France: Corruption autour de Ports africains, Vincent Bolloré mis en examen

Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi 25 avril, sans contrôle judiciaire, dans l’enquête sur l’obtention de concessions en Afrique, a annoncé son groupe dans
un communiqué.

L’homme d’affaires Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi soir à Paris dans l’enquête sur des soupçons de corruption dans l’attribution à son groupe de concessions portuaires en Afrique de l’Ouest, a annoncé son porte-parole dans un communiqué.

Le porte-parole n’a pas précisé les chefs de mise en examen du milliardaire de 66 ans, qui a quitté le bureau des juges sans être placé sous contrôle judiciaire.   « Vincent Bolloré qui reste présumé innocent pourra avoir enfin accès à ce dossier dont il n’a jamais eu connaissance et répondre à ces accusations infondées », a ajouté son porte-parole dans le communiqué.

Encore aux commandes du groupe Bolloré, l’industriel breton avait été placé en garde à vue mardi matin avec deux autres cadre de son groupe, qui ont eux aussi été déférés devant les magistrats instructeurs mercredi.

Trois possibilités s’offraient aux juges

Les juges Serge Tournaire et Aude Buresi pouvaient d’abord considérer que Vincent Bolloré avait répondu à toutes les questions des enquêteurs durant sa garde à vue. Il pouvait ressortir libre du bureau des deux magistrats.

Deuxième option, le milliardaire breton pouvait être placé sous le statut de témoin assisté. Autrement dit, il restait mis en cause dans cette information judiciaire sans être mis en examen. Ce statut excluait enfin tout contrôle judiciaire, détention provisoire ou port d’un bracelet électronique.

Dernière possibilité, c’était la mise en examen. Elle pouvait intervenir si les juges considèraient que des indices graves et concordants prouvaient son implication dans les faits qui lui sont reprochés.

Laisser un commentaire