Exclusivité Kewoulo : » J’ai mesuré les conséquences, mais ma conscience ne permet pas de laisser ces gens mettre le Sénégal en danger », Amadou Clédor Sène

Exclusivité Kewoulo :" J'ai mesuré les c

Recherché par tout Dakar après le lâchage de l’enregistrement sonore qui a enlevé ce qui restait de crédibilité à la coalition Mboolo Wade et mis à nu les plans de Macky Sall, Amadou Clédor Séne, tel un lion après une attaque victorieuse, est retourné dans son antre. Accompagné des siens, il apprécie son acte et mesure ses conséquences immédiates: la prison pour violation de données personnelles. Mais, le nouveau justicier -pour lequel il se veut- et gardien de la paix sociale, au Sénégal, est déterminé à poursuivre le combat citoyen…Entretien exclusif.

Amadou Clédor Sène n’est pas un kamikaze. Et, il n’est nullement dans une posture de recherche éffrenée de buzz. La mise sur la place publique de l’enregistrement sonore de son entretien, avec Pape Samba Mboup, est « un acte citoyen, d’alerte, posé de manière délibérée pour avertir les sénégalais des dangers qui peuvent découler de contestations qui pourraient survenir de lendemains de ces élections législatives de dimanche. »

Et l’ancien bras armé de l’opposant Wade -même s’il le réfute catégoriquement- ne veut pas qu’on lui dise qu’il a trahi la confiance de quelqu’un -Pape Samba Mboup- qui le considérait comme un frère, un ami. »Entre le Sénégal et un ami, qui se bat pour ses intérêts personnels, j’ai choisi le Sénégal ». Dixit.

Comme il l’avait fait avec Samuel Ameth Sarr qui, en 2011 après avoir délibérément saboté le secteur de l’énergie pour ses propres intérêts, avait amèrement gouté aux sorties médiatiques de son pote, Clédor. Aujourd’hui encore, il est revenu avec l’ancien ministre de l’Energie de Abdoulaye Wade.

A l’en croire, Samuel Sarr -qui est un homme d’affaires- est très lié au couple présidentiel et il a besoin de sauvegarder ses intérêts, y compris lorsqu’il faut mettre en péril ceux du Sénégal comme quand il a amené Franck Timis ou autre hommes d’affaire devenus tristement célèbres au sénégal. C’est ce qui explique sa participation à ce complot exécuté par le duo Pape Samba Mboup & Farba Senghor.

Cette semaine, après avoir convoqué une conférence de presse et laché la bombe qui a emporté ce qui restait de crédibilité à la coalition Mboolo Wade -après le passage médiatique de Mamadou Guissé-, l’ancien compagnon de taule de Pape Samba Mboup s’est dit déterminé à faire face à son grand frère de Deurklé. Et, même, si les conséquences immédiates de son acte, peuvent le conduire en prison, Amadou Clédor est serein.

« C’est le choix que j’ai opté. Je ne peux pas rester de marbre devant les dangers que ces tripatouillages peuvent créer dans ce pays. » A lâché fièrement le patron de Clairevision désormais dans la peau du héros. Et les zéros de la journée qui sont allés déposer une plainte régulière à la Section de Recherches de la gendarmerie de Colobane n’ébranlent pas sa détermination.

A l’aise avec ce dossier de divulgation de conversation, Amadou Clédor Sène a déclaré que « Pape Samba Mboup n’est qu’un pantin. » Et a travers lui, c’est l’Etat qui va agir pour le mettre en taule. « Depuis que je parle, il n’avait pas l’occasion de me faire taire. Avec cette affaire de protection des données personnelles, ils ont trouvé une belle occasion. Et ils vont activé Pape Samba Mboup« . A professé Amadou Clédor Séne.

Dans cet entretien exclusif qu’il a accordé à Kewoulo.info, loin de Dakar et du tumulte qu’il y a créé, c’est un patriote déterminé que nous avons rencontrés. Loin de l’image du meurtrier de Me Babacar Sèye et du mercenaire dont la parole ne serait que du vent; image que pape Samba Mboup voudrait nous ramener de l’enfer de 1993, c’est un homme conscient des dangers qui guettent le Sénégal et soucieux de préserver sa paix sociale que nous avons retrouvé.

A en croire le maitre de l’insurrection, « nous tendons directement vers les scénarios de 1988 et 1993 avec les fameuses histoires d’ordonnances qui avaient opposé le Parti Socialiste d’Abdou Diouf -alors au pouvoir- au Pds d’Abdoulaye Wade, dans l’opposition. »

En son temps, l’identification des électeurs voulue par le PS avait été contestée par l’opposition. Et le Conseil Constitutionnel qui devait se prononcer sur la constitionnalité ou non de la demande d’Abdou Diouf avait accédé à la requête du Prince régnant. Et, au lendemain de ces élections, Dakar comme le reste du pays avaient flambé.

C’est dans ce contexte-là que le juge constitutionnel, Me Babacar Sèye, a été assassiné par des tueurs non encore identifiés. Accusés d’être les meurtriers, Clédor Sène, Pape Ibrahima Diakhaté et Assane Diop avaient été condamnés à 20 ans de prison; là où la loi prévoit la perpétuité. Ils ont bénéficié d’une loi d’amnestie à l’arricée au pouvoir d’Abdoulaye Wade.

2 Commentaires

Laisser un commentaire