Etats-unis : il paie 10 000 dollars pour sa mort pour que son cerveau soit téléchargé dans un ordinateur

    Etats-unis : il paie 10 000 dollars pour sa mort pour que son cerveau soit téléchargé dans un ordinateur

    Un milliardaire américain a décidé de payer plus de 10 000 dollars pour sa mort. Il tient la promesse qu’un jour tout le contenu de son cerveau sera téléchargé dans un ordinateur afin qu’il soit préservé pour toujours.

    L’entrepreneur de Silicon Valley, Sam Altman, est sur la liste d’attente des candidats qui souhaitent télécharger le contenu de leur cerveau dans un ordinateur afin que leur conscience puisse continuer à vivre après leur mort.

    Ce projet, mis en place par la start-up Nectome (créée en 2016 par les chercheurs du MIT AI) espère offrir un moyen de préserver le cerveau et toutes ses mémoires en utilisant un processus appelé « cryoconservation stabilisée par l’aldéhyde ».

    M. Altman, fondateur de Y Combinator, a déclaré au MIT Technology Review : « Je suppose que mon cerveau sera téléchargé sur cloud ». Selon le fondateur de Nectome, Robert McIntyre, le processus impliquera une « technique d’embaumement de haute technologie » qui entraînera la mort du client. La personne vivante sera branchée à une machine qui la pompe avec des produits chimiques d’embaumement, une méthode qui est « 100% fatale », affirme l’entreprise.

    « L’expérience utilisateur sera identique au suicide médicalement assisté », a déclaré M. McIntyre. Nectome a déclaré sur son site : « Notre mission est de préserver votre cerveau pour garder tous ses souvenirs intacts ».

    « Nous croyons qu’au cours du siècle actuel, il sera possible de numériser cette information et de l’utiliser pour recréer votre conscience ». La société a déclaré qu’elle prévoyait de connecter les personnes atteintes de maladies en phase terminale à une machine cardiaque et pulmonaire et de pomper le mélange d’embaumement dans leurs artères situés au cou pendant qu’ils sont vivants mais sous anesthésie générale.

    Après avoir consulté des avocats, la société estime que le processus sera légal puisqu’il relève de la loi californienne. La fin de vie autorise le suicide assisté par un médecin pour les patients en phase terminale.

    Actuellement, Nectome n’a pas de méthode pour « télécharger » les cerveaux qu’il stocke. Mais, il espère démontrer une simulation entièrement téléchargée d’un « réseau de neurones biologiques » en 2024. L’idée de télécharger un cerveau humain sur un ordinateur a gagné en popularité chez certains scientifiques. Le futurologue Dr Ian Pearson a déclaré à The Sun qu’il croit que dans 50 ans, ils seront en mesure de transférer les contenus du cerveau dans le cloud.

    Laisser un commentaire