Entretien avec Seydou Guéye : parrainage, condamnation de khalifa Sall, éducation, santé, …

Entretien avec Seydou Guéye : parrainage

Surbooké la semaine dernière du fait des longues négociations avec les acteurs de la santé et de l’éducation, Seydou Gueye, le ministre secrétaire général et porte-parole du gouvernement, s’est entretenu avec nos confrères  du journal l’As.. Il évoque les chances de Macky sall, son candidat au premier tour de la présidentielle prochaine, du parrainage des candidats, des réalisations du pouvoir et du verdict du procès de Khalifa Sall.

Votre candidat, le président Macky Sall a t-il des chances de passer au premier tour le 24 février prochain ?
  • Le président Macky Sall a des chances réelles. Il a fait d’énorme réalisations grâce à l’impulsion du PSE. Aujourd’hui, il n’y a pas un seul secteur de la vie socio- économique qui ne soit pas impacté par son action. C’est une véritable révolution qui est en cours dans notre pays. De ce point de vue- là, la réélection du président Macky sall dès le premier tour le 24 février 2017 reste donc à notre portée et nous n’avons pas d ‘inquiétudes particulières. Sans prétention, on peut dire que le niveau de réalisations est exponentiel.
    Et pourtant vos détracteurs vous reprochent une mal gouvernance Préoccupante.
    C’est juste un procès d’intention absolument pas conforme à la réalité. Par contre, c’est la situation de l’opposition qui est régressive et préoccupante. Le président sall est en train de faire de la bonne gouvernance la matrice et une donnée fondamentale des politiques publiques. Le Sénégal sous le président Macky sall, c’est essentiellement du sérieux en économie, la suppression des niches de gaspillage des ressources, au profit des dépenses d’investigation qui augmentent d’année en année en faveur des populations, une crédibilité renforcée auprès des partenaires.
Et Karim Wade ?
  • Quel que soit le Wade il, sera battu.
Malgré les sommes importantes injectées dans l’éducation et la santé, ces deux secteurs restent instables. Que faire d’autre?
  • La structure de notre population et son taux de croissance constituent de vrais défis. C’est ainsi que le président sall a consacré à ces secteurs des ressources importantes. Les allocations au secteur de la lutte contre l’ignorance sont passées de 155 milliards en 2011 à plus de 550 milliards en 2018 et destinées à l’éducation nationale à l’enseignement supérieur et à la formation professionnelle. Aujourd’hui, pour le secteur de l’éducation, les négociations avec les syndicats avancent et laissent augurer de sortie de crise, à la faveur d’un suivi hebdomadaire stratégique assuré par monsieur le premier ministre et de la décision du président Sall de porter l’indemnité des enseignants à 85 .000f et la retraite des médecins a 65 ans.
– Pourquoi vouloir changer le code électoral ? pourquoi ne pas augmenter la caution et supprimer le parrainage ?
  • Nous avons le choix de ne pas susciter la démocratie censitaire, nous voulons promouvoir une démocratie citoyenne, qui garantisse l’égalité de tous les citoyens et dans le cadre du parrainage nous mettons fin à la discrimination qui n’imposait le parrainage qu’aux candidats indépendants. Nous voulons faire aujourd’hui le parrainage pour tous et rétablir l’égalité entre tous les candidats à la candidature, d’autant mieux que ce mécanisme est assorti des garanties requises par rapport à notre standard démocratique : la première, c’est la présence du représentant du candidat à la candidature lors de l’examen des listes. Après la décision de l’autorité habilitée à examiner les candidatures, les voies de recours restent ouvertes. On ne sera plus dans la situation que celle connue par Youssou Ndour et Abdourahmane sarr en 2012. L’enjeu et le sens de cette réforme, C’est de mettre fin à une discrimination. Le Sénégal mérite des élections rationalisées et bien organisées, une compétition à bases égales. Il faut marcher au rythme du monde si on veut faire avancer notre démocratie. IL faut respecter les sénégalais et avoir du respect pour soi-même.
Que pensez-vous de la condamnation de Khalifa Sall à cinq ans ferme ?
  •  Le droit a été dit. Le maire de Dakar co-inculpés a été condamnés non pour des faits politiques mais pour des faits avérés dans le cadre de leur gestion des derniers publics, en l’occurrence, un système de fausse facturation. Il s’est agi du procès de la gestion financière et non du procès de Khalifa sall. A mon sens, C’est une remise au niveau essentiel dans cette affaire utile pour la bonne information des sénégalais. Il n’a jamais été question d’actes ou de faits politiques qu’ils auraient posés. Le juge ne leur a posés. Le juge ne leur a posé aucune question politique, ni sur leur appartenance politique ni sur leurs activités. Il ne s’est intéressé qu’aux actes de gestion qui n’étaient pas conformes aux prescriptions légales, et aux éléments du dossier. En définitive, cette décision rendue en première instance est susceptible d’appel et peut aller jusqu’en cassation puisque telle est la règle dans une affaire de droit commun.
– Quelle appréciation faites-vous du message du chef de l’État adressé à la nation ce 3 avril ?
  • Il a oublié de parler de questions importantes et actuelles. Non, c’est un message essentiel qui cadre bien avec le contexte de notre fête nationale. Le message à la nation du chef de l’État n’est pas destiné à faire un bilan de ses réalisations :il doit dessiner à grand traits des lignes d’un avenir commun encore plus engageant pour tous et chacun.
    C’est ce que le président a fait avec brio car il est fort d’un bilan élogieux avec des performances inédites.

Laisser un commentaire