Election législative: Boubker Bengelloun candidat de Diasporas Plurielles pour les députés Sénégalais d’Europe

Election législative: Boubkeur Benjalloum candidat

L’élection des députés des Sénégalais de l’extérieur qui occupe toutes les attentions dans la diaspora a un client de taille. Grand Ben est candidat à la future élection des députés de la région Europe de l’Ouest.

Après le parti au pouvoir -APR- qui est en train de se choisir des candidats, pour le 31 juillet prochain, c’est un acteur majeur de la société civile sénégalaise, en hexagone, qui vient d’annoncer sa participation à la future élection législative: Boubker Bengelloun est le candidat de Diasporas plurielles. Dans cet entretien exclusif, Boubker Bengelloun pense qu’il faut une large coalition pour venir à bout de Macky Sall et de sa coalition Benno Bokk Yakkar.

Comme la tour Eiffel à Paris, Boubker  Bengelloun fait partie de ces monuments incontournables que tout Sénégalais, résidant en France, risque, un jour, de croiser, de le visiter pour soi ou pour une connaissance. Né à Dakar, Boubker Bengelloun a très tôt quitté le Sénégal pour la France.

En hexagone, cet enfant issu de père marocain et d’une mère sénégalaise n’a pas hésité d’aller au contact de ses compatriotes. Dans le 18 ème arrondissement, il est impossible de passer deux jours sans voir pointer la silhouette de « Grand Ben » comme l’appellent, affectueusement, ses compatriotes.

Aussi bien à l’aise en Oulof qu’en Français, malgré ses 40 ans de présence en France, cet ingénieur en mécanique informatique appliquée est resté ce jeune dakarois attaché aux valeurs et traditions de son pays. C’est pourquoi, Grand Ben est plus visible dans les cérémonies religieuses que dans les séminaires ou autres rencontres mondaines.

Loin d’être un calcul politique -comme certains, surtout à l’APR qui l’ont commencé depuis l’annonce de cette élection législative-, l’amour de Boubker Bengelloun pour ses compatriotes trouve ses origines dans le parcours de l’homme. Arrivé en France, il a découvert que la communauté sénégalaise était abandonnée à elle-même, presque oubliée de ses autorités consulaires. Face à cette injustice, il a décidé de militer, de s’engager pour changer les choses.

Animé par des idées de gauche, il a très tôt milité dans des partis marxistes clandestins au Sénégal. L’AJ-PADS de Landing Savané a été l’un de ses premiers partis politiques. « Et pour ce parti il a tout sacrifié, allant jusqu’à envoyer une bonne partie de son salaire aux Marxistes« , a déclaré une source proche de AJ.

« Mais, des divergences profondes qui l’ont opposé à Landing Savané et à Mamadou Diop Decroix vont le pousser à la démission. Déçu par les politiques, il a décidé de s’approcher de l’humain dans l’espoir de tout lui apporter et ne rien attendre de lui. A Dakar où il a fait un bref retour, Grand Ben, séduit par des idées de gauche, va mettre en place la première section de l’UTLS de Dakar Marine, un syndicat opposé à la toute puissance de Madia Diop, « le demi dieu de la CNTS. »

Alors qu’il avait le bagage intellectuel nécessaire et certainement relationnel pour militer au parti socialiste et se voir offrir un poste à haute responsabilité par Abdou Diouf, Boubker Bengelloun a rejoint la France où, auprès de sa communauté, il a été de tous les combats. Le refus d’un troisième mandat de Abdoulaye Wade, le rapatriement des corps de personnes décédées en France, au Sénégal, comme la demande de traitements égaux des droits des retraités sénégalais de France portent, en partie, ses réflexions.

Généreux et activiste acharné pour la cause de ses semblables, Ben est, aussi, l’un des meilleurs acteurs sociaux qui s’activent sur le terrain pour permettre à ses compatriotes de régler de nombreux problèmes vitaux auxquels ils sont confrontés. Bien qu’il ne soit pas encore investi par son mouvement l’idée de voir Bengelloum siéger à la place Soweto à Dakar séduit les ressortissants Sénégalais de Paris.

« Ca fait presque 6 ans que je le connais et il n’a jamais changé de veste et d’objectifs. Il a beaucoup contribué pour la diaspora. Avec lui, à l’Assemblée Nationale, c’est sûr que la cause des Sénégalais d’Europe de l’Ouest sera bien entendue. Parce que lui, au moins, il n’a pas attendu les élections pour s’approcher des Sénégalais. Il est de tous les combats, tous les vendredis, il est dans le 18 eme à chercher des choses pour changer la vie de ses compatriotes,  comme des grandes nuits religieuses organisées à Paris. » A témoigné Abass Barro, le coordonnateur de l’Esprit Y’en à marre de Paris.

Laisser un commentaire