Editorial : Abdoulaye Baldé, la tragédie du dernier roi de Ziguinchor

Editorial : Abdoulaye Baldé, la tragédie

Kewoulo l’avait annoncé, peu y avait cru, beaucoup nous ont insulté, traité de vendus à la solde d’un certain…Benoît Sambou, le coordinateur mal aimé de l’APR à Ziguinchor et accusé d’être des opposants au « régime d’Abdoulaye Baldé ». Au finish, le temps, cet allié fidèle de la vérité, a fini par rendre son verdict: la saignée annoncée dans les rangs de l’UCS a eu lieu.

Désormais, Abdoulaye Baldé est seul à croire en son destin présidentiel. Alors que les alertes de Kewoulo auraient dues servir à lui ouvrir les yeux et à corriger sa démarche -y compris à procéder au nottoyage des écuries d’Augias- le dernier roi de Ziguinchor s’est entêté à dire à ses visiteurs nocturnes qu’il ne fallait donner aucun crédit aux élucubrations des journalistes. Et cet entêtement d’Abdoulaye Baldé a fini par fragiliser son parti. Et menace ses fondements. Désormais, rien ne pourra plus faire tenir ce royaume moribond de l’UCS. Après avoir atteint son apogée avec ce second mandat de maire de Ziguinchor, l’union des Centristes a entamé son déclin. Sa descente dans les abimes.

Après Tombong Guèye du Kassa et son adjoint- il y a quelques semaines-, c’est le directeur de cabinet du maire intermittent de Ziguinchor qui a rejoint les juteuses prairies beiges et marrons. Alors qu’il croyait encore compter sur la fidélité de son plus proche collaborateur, Abdoulaye Baldé a, au cours de la semaine, été choqué d’apprendre que son directeur de cabinet est, avec une trentaine de responsables de l’UCS, à Dakar cherchant, par tous les moyens, à rencontrer le chef de l’Etat pour une audience arrangée de longue date.

Comme Abdoulaye Baldé, Benoît Sambou  et Aminata Angélique Manga ont été mis devant le fait accompli. Choquée d’apprendre que c’est un certain Ansoumana Sané qui les a coiffé au poteau, Aminata Angélique Manga -dont ont dit devoir son poste de ministre à l’entregent d’Abdoulaye Baldé- a tenté de sauver son mentor; en essayant, par tous les moyens, de torpiller l’audience. Mais, ses nombreuses interventions auprès du Premier ministre, pour faire capoter la rencontre, n’ont servi à rien. Après 3 jours de vadrouille à Dakar, la délégation conduite par Ansoumana Sané a été reçue, ce jeudi, par le président Macky Sall. Et les délégués ont publiquement renié leur ancien patron et prêté allégeance à l’occupant du palais de Dakar.

Et, en venant rejoindre l’APR, Alioune Badara Ndiaye a amené dans ses bagages les vrais faiseurs de « la légende Baldé. » Cette arrivée massive de la cour de l’empereur déchu de Ziguinchor, dans les jardins du palais, est loin d’être terminée. Comme nous l’avions annoncé, ce sera bientôt le tour de Seydou Sané, le premier adjoint de la mairie. Et, s’il ne vient pas avec Tahibou Diédhiou, le 5 ème adjoint et responsable de la jeunesse UCS, le ralliement du président du Casa Sport sera suivi par celui du prédateur du foncier à Ziguinchor.

Si tous les autres cités plus haut ont rejoint le camp présidentiel pour bénéficier des prébendes et autres privilèges que procure le statut d’allié du pouvoir, -même s’ils ont tous déclaré avoir rejoint Macky Sall par « reconnaissance de son travail en Casamance »-, les deux derniers cherchent crânement un protecteur pour ne pas rendre comptes des dérives et méfaits qu’ils ont commis dans leur gestion du quotidien de la mairie de Ziguinchor. Parce que, le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, avait tout délégué à ses deux mastodontes de la mairie. Et il ignorait tout du fonctionnement de cette institution.

A eux deux, Seydou Sané et Tahibou Diedhiou ont fait et continuent à faire -discrètement depuis que Kewoulo les surveille- la pluie et le beau temps dans les jardins Rimini, actuel siège de cette mairie en dislocation. Et ils sont prêts à trahir Abdoulaye Baldé pour le futur président de la République. A la seule condition qu’il les couvre du harnais de l’impunité et leur permette de continuer à occuper à leurs postes respectifs. Cette succession d’actes de  trahison commis à l’encontre de l’enfant prodige du Kassa me rappelle, terriblement, la tragédie de ce roi Casamancais invité, par les siens, à s’asseoir sur un trône installé sur une natte couvrant un profond puits. Alors qu’il croyait être bien assis dans son fauteuil, pour discuter avec son peuple, il s’est retrouvé au fond du trou et enterré à la hâte. La légende raconte que sa malédiction continue de hanter la Casamance.

Laisser un commentaire