Sénégal: Après l’avoir théorisé, Pierre Goudiaby lance « la nouvelle route de l’acier et de aluminium » en Afrique

Sénégal: Après l'avoir théorisé, Pierre Goudiaby

C’est ce qu’on appelle du pragmatisme. Après avoir, pendant la dernière campagne présidentielle, théorisé la Révolution économique et industrialisation du Sénégal et déclaré la possibilité de son développement rapide grâce à ses minerais et à ses ressources naturelles, l’architecte Pierre Goudiaby Atépa est à la phase de concrétisation du projet phare de son programme REIS. Hier, il a profité d’une tribune dressée dans un hôtel dakarois pour lancer « la nouvelle route de l’acier et de l’aluminium », un projet qui implique 3 des 16 pays de l’Afrique de l’Ouest.

La Révolution économique et industrielle du Sénégal, (REIS) prônée par Pierre Goudiaby Atépa, candidat malheureux de la dernière présidentielle, est en train de voir le jour. Contrairement à ceux qui pensent que « les promesses électorales n’engagent …pas leurs auteurs« , l’architecte, Pierre Goudiaby Atépa, attache une importante capitale à la concrétisation de la parole donnée à un peuple trop longtemps abusé. C’est avec conviction que, entouré de ses collaborateurs, il a, hier, donné une conférence publique dans l’enceinte d’un hôtel grand dakarois pour parler de son fameux projet de fabrication de l’aluminium au Sénégal. Comme théorisée, lors de la dernière présidentielle à laquelle il a été recalé, Pierre Goudiaby Atépa a décidé de démarrer son projet d’industrialisation du Sénégal.

Ce projet pharaonique, qui doit réunir des « pays frères » comme la Guinée Conakry et la Sierra Léone, permettra, grâce au port minéralier de Sendou, de créer des grandes industries sidérurgiques au Sénégal dans lesquelles de l’acier et de l’aluminium seront fabriqués. Grâce à sa position de carrefour et surtout à ses infrastructures routière et maritime, le Sénégal, riche de son gaz et d’autres minerais rares, importera de la bauxite guinéenne et d’autres minerais sierraléonaise pour fabriquer l’aluminium et de fer. Pour, ensuite, les vendre sur le marché international. Malgré que pareils investissements demandent souvent beaucoup de moyens, Pierre Goudiaby Atépa voudrait que, en dehors de l’Etat, les privés puissent porter ce projet.

En attendant que les usines commencent à tourner, le promoteur a décidé de mettre en place une société, ouverte à tous, au capital d’un milliard de $ US (de dollars américains) pour réaliser l’étude de faisabilité du projet. « Et ce capital pourrait être amené à 3 milliards de $ US, soit 1800 milliards de F CFA« , a déclaré l’initiateur du projet. Conscient de la lourdeur de sa tache, le bâtisseur a appelé les acteurs privés, sénégalais comme africains, à se joindre à lui. La même invitation a été faite à l’Etat du Sénégal qui, pour marquer son ambition d’aller vers l’apaisement du climat social, taire les querelles de chapelles et amorcer le développement du pays, a dépêché deux délégations: le ministère de l’Intérieur comme celui des Affaires Etrangères ont tenu à rehausser la manifestation par leur présence. Et, pour Pierre Goudiaby Atépa, « si la volonté politique des tenants du pouvoir manque parfois à la réalisation de certains projets en Afrique, les initiatives du privé doivent, elles, être accompagnées par des opérateurs économiques privés. »

Premiers pays étrangers prêts à s’être engagé dans ce projet monumental, l’Inde des Mahatma. A en croire le célèbre architecte, « les indiens ont décidé de rejoindre les chemins de l’acier et de l’aluminium. » Considéré, par certains comme une utopie, cet engagement de Pierre Goudiaby Atépa, à réaliser la Révolution industrielle et économique du Sénégal, trouve sa source dans le fait que l’homme est révolté par le fait que « le Sénégal, qui est l’un des pays les plus riches du monde, de par son sous-sol, ne puisse pas nourrir ses enfants. Et que certains se retrouvent à vendre des chaussettes pour se nourrir; s’ils ne prennent pas, au péril de leur vie, des pirogues pour rejoindre l’Europe. »

Aussi, panafricaniste dans l’âme, Pierre Goudiaby Atépa qui veut tracer ses empreintes dans les pas de Thomas Sankara, Patrice Emery Lumumba et autres Kwamé Nkrumah croit que « l’envergure de ce projet est tout simplement extraordinaire. » A en croire Pierre Goudiaby Atépa, « si on (les) écoute, le cours du fer et de l’acier dépendra de l’Afrique. Parce que, ce que (ils ne peuvent) pas comprendre c’est (qu’ils soient) les détenteurs des matières premières et que (ils aient) à subir les diktats de l’extérieur, de l’étranger qui vient les prendre les chez (eux)« .

Conscient de la portée symbolique et historique de cet acte qui est une véritable révolution des mentalités, Pierre Goudiaby Atépa voudrait que « les Africains comprennent les enjeux du moment et mènent cette bataille historique de l’indépendance économique du continent. » Aussi, le patron de Sénégal Rek voudraient que les Africains se souviennent que « il y a 3 milles ans que (leurs) ancêtres maîtrisaient déjà le fer. » Et il ne comprend pas pourquoi les descendants de ces grands bâtisseurs de pyramides continuent d’exporter le minerai de fer qui sort de leur sous sol vers l’Occident. Pour revenir leur acheter les produits finis au prix fort. Pour Pierre Goudiaby Atépa, comme la Chine qui avait lancé « la route de la soie » pour entamer son développement, « il est temps que les Africains trace la nouvelle route de l’acier et de l’aluminium. »

LAISSER UN COMMENTAIRE