Dégâts collatéraux des manifestations pro-Khalifa Sall: cinq bus de 3D vandalisés, la direction annonce une plainte

Depuis le 24 février jusqu’à maintenant, au moins cinq bus de la société de transport public Dakar Dem Dikk (3D) ont été vandalisés, notamment dans les manifestations de pro-Khalifa Sall, maire de la ville de Dakar et de pro-Bamba Fall, maire de la Médina.

Depuis un mois après une première plainte, Me Moussa Diop, le patron de DDD, revient à la charge avec une deuxième plainte toujours contre ces partisans des maires de Dakar et de la Médina. En effet, le 24 février dernier, au sortir d’une conférence de presse du maire de Dakar, trois bus de la société 3D ont été vandalisés par les manifestants.

Aussi, lors d’une confrontation du maire de Dakar et ses co-accusés dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, devant le juge d’instruction, trois autres bus ont été arrêtés sur le boulevard Général De Gaulle et vidés de leurs clients. N’eût été l’intervention des éléments de sécurité, ces bus auraient été caillassés. Et avant-hier, suite au pourvoi en cassation du Parquet général qui a maintenu Bamba Fall en prison, deux bus de Dakar Dem Dikk ont été saccagés.

Très remonté contre ces actes de vandalisme, Me Moussa Diop pour qui le lien est fait, ne compte pas rester les bras croisés. « C’est à eux de démontrer qu’ils n’ont rien à voir dans cette affaire. On ira au tribunal s’il le faut. Il y a des habitudes auxquelles il faut mettre fin. Qu’ils se préparent avec un pool d’avocats, parce qu’on va déposer une plainte dès aujourd’hui », a annoncé Me Moussa Diop.

D’après le patron de 3D, c’est parce qu’il y a des « langages orduriers qui poussent les gens une certaine révolte ».

« Quand on se permet d’insulter la première institution de ce pays, d’insulter le premier ministre et même de se targuer d’impoli, que feront les autres ? Ça veut dire que, quand le professeur brûle une loi, l’étudiant a le droit de casser un bus », a lancé Me Diop.

Aussi, Me Moussa Diop en appelle à la responsabilité de tout un chacun. « Quand les bus manquent, il y a des doléances qui pleuvent, quand les bus sont là, certains s’évertuent à les casser. En 5 minutes, on détruit un bien qui coûte quasiment 80 millions de francs Cfa. Ces biens qu’ils cassent sont ce qu’ils vont revendiquer demain « , a souligné Me Diop.

Vox Populi

Laisser un commentaire