Découvertes de pétrole au Sénégal: A la découverte de ces métiers du futur pour la jeunesse sénégalaise

 

 

 

L’annonce avait suscité beaucoup de vagues, le Sénégal est un pays pétrolier en devenir. Des travaux de la société britannique, Cairn Energy, avait annoncé la découverte d’un important gisement de pétrole au large du Sénégal, sur un bloc appelé «Sangomar profond».

 

Mr Ousseynou Diakhaté, le chargé de communication de la société Kosmos Energy qui a acquis en août 2014, une superficie au Sénégal qui est adjacente et est sur la tendance avec, les blocs en Mauritanie.

Il offre une opportunité de prolongement de jeu crétacé significative et permet l’exploration intégrée de la partie en eau profonde du bassin du fleuve Sénégal, où un énorme potentiel basé sur des sondages sismiques 3D propriétaires a été noté.

Cette annonce fait naître des potentiels outre que ce que le Sénégal a connu jusqu’ici. Un état de fait qui, par ricochet, va usiter de terrains nouveaux où des formations nouvelles permettront à la jeunesse sénégalaise de trouver d’autres orientations et ainsi participer efficacement à l’émergence chantée par les autorités du pays.

«Il a été découvert des hydrocarbures au large des côtes sénégalo-mauritaniennes, pouvez-vous revenir sur cet état de fait ?

En 2012, nous avons identifié une zone au large de la Mauritanie au potentiel gazier et pétrolier. Nous avons acquis trois blocs dans cette zone et commencé l’exploration.

Suite à des études sismiques et géologiques du fond sous-marin, nous avons identifié une large structure géologique au potentiel prometteur s’étendant jusqu’à la frontière maritime avec le Sénégal. En 2014, nous avons donc acquis deux blocs du côté sénégalais de la frontière.

En avril 2015, nous avons foré le puits d’exploration Tortue-1 à 120 kilomètres au large de la Mauritanie et avons découvert un gisement de gaz naturel de grande envergure. En 2016, le forage du puits Guembeul-1 au large du Sénégal a confirmé que ce gisement chevauchait la frontière maritime entre les deux pays.

Le forage d’un deuxième puits au large de la Mauritanie (Ahmeyim-2) a confirmé la présence d’au moins 15.000 milliards de pieds cubes de gaz de haute qualité et les données ont jusqu’ici montré que ces réserves de gaz se répartissent à égalité entre les deux pays.

Au total, nous avons annoncé la découverte d’environs 25.000 milliards de pieds cubes de gaz naturel dans une zone s’étendant sur 80km au nord et 80 km au sud de la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal.

Cité dans l’exploitation de ces hydrocarbures, comment est-ce-que Kosmos Energy est entré dans la danse ?

En 2012, nous avons acquis trois blocs d’exploration en Mauritanie sur lesquels nous avons effectué un programme de recherches qui nous a permis d’avoir une cartographie précise des structures géologiques des fonds marins. Nous avons ainsi détecté une structure géologique prometteuse s’étendant jusqu’au Sénégal.

Nous nous sommes rapprochés du détenteur de la licence de deux blocs au Sénégal, qui se trouvait être Timis Corporation.

Dans le cadre d’une opération conforme aux normes de l’industrie, Kosmos a acquis une participation de 60% et a accepté d’exécuter un programme de travail sur les deux blocs d’une valeur d’environ 400 millions de dollars. Cet engagement comprenait la mise en œuvre de campagnes sismiques 3D et la réalisation d’un maximum de trois puits d’exploration.

En acceptant de financer ce programme de travaux, Kosmos a pris un énorme risque financier, sans aucune garantie d’un retour sur investissement.

D’aucuns pensent aussi que le Sénégal a été lésé dans la distribution des parts de marché et y voient ainsi un pillage de nos ressources, quelles réponses données à ceux-là ?

Les contrats de recherche et de partage que nous avons conclu avec le gouvernement du Sénégal sont conformes aux meilleures pratiques de l’industrie, ainsi qu’au code pétrolier Sénégalais. Ces contrats sont publics, ils ont été publiés par Kosmos et le gouvernement du Sénégal et sont visibles sur notre site depuis leur signature.

Dans tous les pays où nous travaillons, Kosmos Energy s’engage à opérer selon les meilleures pratiques internationales de l’industrie.

Lorsque Kosmos entre dans un nouveau pays, nous travaillons pour gagner le respect et la confiance du gouvernement et de la population locale, et visons à impacter de manière positive les parties concernées du pays d’accueil.

Nous travaillons actuellement avec le gouvernement et la population du Sénégal pour faire de cette ressource majeure un atout qui pourra aider à transformer l’économie locale et à créer des emplois locaux.

Nous nous engageons dans un programme de renforcement des compétences locales et mettons en œuvre des projets à vocation sociale. Par ailleurs, nous avons ouvert un bureau au Sénégal composé à 85% de ressortissants locaux.

Parlant des retombées pouvant découler de ces hydrocarbures-là, comment l’Etat devra-t-il préparer le terrain ?

Le Sénégal doit se préparer à la gestion du secteur pétrolier et gazier afin que tous les sénégalais puissent en bénéficier.

L’état doit s’engager dans un programme de renforcement des compétences à long terme afin d’assurer une gestion optimale des ressources gazières, et Kosmos Energy y contribue déjà activement.

Kosmos travaille actuellement avec le gouvernement du Sénégal pour développer un programme de renforcement des capacités à long-terme, afin de préparer les générations futures aux opportunités importantes que présente le secteur.

Ces découvertes vont engendrer d’autres champs d’études, lesquels selon vous ? Comment convaincre la population estudiantine, apparemment tournée vers les Lettres, à s’approprier ces métiers du futur ?

Le secteur pétrolier et gazier offre des opportunités professionnelles très intéressantes et variées, que ce soit dans l’exploitation-production, le traitement du brut, le raffinage, le transport ou la distribution ou encore le stockage.

Dans nos principaux bureaux au Ghana et en Mauritanie, par exemple, la totalité du personnel est composée de ressortissants locaux.

Nous pensons donc qu’il est important de promouvoir les avantages d’une carrière professionnelle dans l’industrie pétrolière afin d’encourager les générations futures à poursuivre des études dans le domaine des STIM (Sciences et Technologies de l’Information et Mathématiques).

Beaucoup de pays producteurs de pétroles sont enclins à des crises car ayant une économie basée presque totalement sur cet hydrocarbure, comment le Sénégal pourra éviter un tel cas de figure ?

Nous nous engageons également à être une force œuvrant pour le bien dans les endroits où nous opérons. Il est important que tous les sénégalais puissent profiter du nouveau secteur pétrolier et gazier local.

Le Sénégal connait une croissance régulière sans avoir bénéficié de revenus tirés des hydrocarbures. Il présente toutes les caractéristiques d’un pays avec une économie diversifiée, grâce notamment à l’agriculture, la pêche et les services. Les revenus tirés de l’exploitation du gaz devraient, au même titre que les autres secteurs déjà performants de l’économie sénégalaise, contribuer au PIB du pays de manière très positive.

En 2013, l’Institut mondial McKinsey a publié un rapport intéressant qui souligne que les économies extractives doivent remédier à trois problèmes principaux. Premièrement, les économies extractives doivent mettre en place des institutions et une gouvernance du secteur des ressources naturelles qui soient efficaces. Deuxièmement, elles doivent favoriser des conditions saines pour les affaires qui permettent la création de valeur grâce à des coûts de production compétitifs, une stabilité politique et fiscale et des politiques locales adaptées. Troisièmement, elles doivent utiliser la valeur générée par leurs ressources pour construire une prospérité économique à long terme en investissant les revenus d’une façon avisée».

 

Laisser un commentaire