Culture: Au cœur de Dakar, « le bois sacré » résiste à l’acculturation tous azimuts de nos mœurs

Culture: Au coeur de Dakar, "le bois sacré"

Face à la bétonisation généralisée de la capitale sénégalaise, un havre de paix résiste encore à la modernisation galopante de Dakar. Protégé par des génies, « le bois sacré » du parc Hann échappe aux pollutions sonores et atmosphériques qui asphyxient Dakar et promet de sauvegarder la culture africaine des agressions du mondialisation.

Loin du tintamarre, de l’odeur suffoquante du gasoil qui colle aux habits et aux narines comme des klaxons intempestifs des indisciplinés automobilistes sénégalais, le bois sacré de Hann, a Dakar, est un petit paradis terrestre qui offre paix intérieure et bien-être. Il garantit, aussi, le dépaysement total à ses visiteurs.

Installé là, à la veille du Fesnam, l’endroit désigné par le conservateur du parc de Hann pour accueillir des expositions d’art est devenu un véritable « bois sacré » au coeur de la forêt vierge dakaroise.

Comme les hommes, leurs masques et autres objets d’art, les génies sont arrivés en même temps que le gardien des lieux a mis les pieds dans ce havre de tranquillité. Originaire -par ses parents- de la Casamance et natif de la Médina,  à Dakar, c’est Ibrahima Sagna qui a, en charge, la responsabilité de veiller sur les lieux comme sur les humains qui viennent visiter l’antre des génies de Hann.

« Au début, cet endroit avait été aménagé pour permettre aux élèves et étudiants de découvrir notre art et les objets qui ont servi nos aïeux« , a déclaré le gardien du bois à notre reporter.

Mais, le succès connu par « le bois sacré », en ces temps de perdition totale des valeurs, a fini par transformer le temporel en presque régulier. Et, comme le conservateur d’un musée qui intrigue et fascine à la fois, l’homme -qui veille sur l’endroit- semble avoir vécu toute sa vie ici. En compagnie du vent qui agite les feuilles comme des cris stridents d’oiseaux qu’on ne voit jamais à cause d’une végétation touffue.

Au « bois sacré », face aux intrigants regards des statuts et autres masques, on se croit épié, accompagné et, parfois, protégé. Même si les religions semblent être un frein à la fréquentation de ce lieu, le gardien du « bois sacré » pense que tout le monde doit découvrir l’endroit et perpétuer notre culture.

Pour lui, « il n’y a aucune idolâtrie dans la fréquentation du « bois sacré », parce que avant tout, c’est la perpétuation de notre culture. Moi, je suis musulman et je crois en un Dieu unique, Allah. Et je suis africain et veux que nos traditions nous survivent. »

Discret voire distrait quand on lui parle de la vie au delà des bois, les yeux du gardien s’illumine quand on pose des questions sur ses pensionnaires visibles comme abstraits, des génies protecteurs à côté desquels de nombreux étudiants viennent préparer leurs examens. Et les adultes le règlement de leurs problèmes personnels, urgents.

Laisser un commentaire