Crise au PIT: « Samba Sy a planté un coup de couteau dans le dos du ministre Mansour Sy »

Crise au PIT: "Samba Sy a planté un coup de couteau

1

Le pont de la fraternité est tombé à Khar Yallah, siège du Parti pour l’Indépendance et du Travail. Après plus d’une trentaine d’années de compagnonnage, pour certains, les camarades de Ahmeth Dansokho se dirigent vers une guerre fratricide dans laquelle, le PIT risque d’y laisser plus d’un communiste. Après la sortie médiatique de Ibrahima Sène, qui assure que, c’est la volonté populaire qui a conduit au remplacement de Mansour Sy, à la tête du ministère du travail, c’est l’ancien directeur de cabinet du ministre sortant qui a accepté de faire face au jury de Kewoulo.info. Et Amath Camara n’est pas du tout tendre avec Samba Sy.

Quarante-huit heures après la sortie médiatique d’Ibrahima Sène, chez nos confrères du quotidien l’Enquête, c’est le secrétaire général-adjoint, chargé de l’organisation et des élections du PIT, qui est entré dans la campagne de communication.

Face au jury de Kewoulo.info, le directeur de cabinet du ministre sortant a déclaré que « le remplacement du ministre Mansour Sy, par Samba Sy, est le résultat d’une trahison » montée de toute part par l’ancien Secrétaire général. « Ce que Samba Sy a fait à notre président, c’est un coup de poignard dans le dos« , a déclaré Amath Camara dans le grand oral de Kewoulo.info

Comme l’a révélé Kewoulo.info en exclusivité au lendemain du remaniement, Amath Camara a reconnu que c’est le Secrétaire général du PIT -qui a reçu la correspondance de la présidence- qui avait besoin d’un nom pour le poste de ministre du travail, un poste réservé par les alliés au Parti de l’Indépendance et du Travail.

Alors que le poste était occupé par « Mansour Sy dont le travail a été salué par tous les acteurs comme par ses camarades de parti« , c’est un groupe d’activistes, mené par Samba Sy, qui a organisé un putsch pour évincer leur président, Mansour Sy, du gouvernement.

Pour en arriver là, le Secrétaire général a couvert son action d’un semblant de légalité. « Samba Sy m’a appelé pour me dire que le président lui avait téléphoné pour lui demander un nom pour le poste. Et, il nous assuré avoir organisé la consultation du comité exécutif pour choisir un nom. Alors que nous attendions qu’on se réunisse, on a appris que c’est son nom qu’il a donné à la présidence pour occuper le poste de ministre« , a déclaré Amath Camara.

Si le chargé de l’organisation et des élections reconnait qu’une consultation téléphonique avait été organisée dans la journée du mercredi, il nie que ce soit par la voie démocratique que Samba Sy a été choisi pour remplacer Mansour Sy.

« Sur les 19 membres du comité executif, seuls 5 avaient clairement dit leur préférence pour Samba Sy. 5 s’étaient abstenus ou injoignable. Et les 9 autres ont clairement préféré Mansour Sy. Mais, Samba Sy a trahi la confiance de tous en se présentant au poste« , a confié Amath Camara.

Pour lui, cette situation inédite va causer la perte de PIT. Et ouvrir un précédent dangereux pour la survie du mouvement. « Désormais, ce sera coup pour coup. Et puisque c’est un coup porté au PIT, c’est le parti qui réglera ce problème par son comité arbitral »  

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire