Covid-19: Les fonds d’aide sont là, mais le consul de Paris a refusé de nous associer à sa gestion », Abdourahmane Wade Alifsi

Covid-19: Les fonds d'aide sont là, mais

Considérée comme la plus importante des associations sénégalaises luttant pour l’intégration des sans-papiers en France, Alifsi est à sa 15 ème année d’existence. Autant d’année de lutte. Reconnue d’utilité publique, elle accompagne, chaque jour, des centaines de migrants Sénégalais comme d’autres nationalités à trouver leur place en France et dans la région parisienne. Et ce statut que lui reconnait, d’ailleurs, le Consulat du Sénégal à Paris n’a, pourtant, pas suffit à l’associer à la concertation nationale que Amadou Diallo, le consul général, a lancé pour la gestion des fonds envoyés par l’Etat du Sénégal pour venir en aide aux Sénégalais. Entretien avec des bénévoles qui changent vraiment la vie de leurs concitoyens.

Le directeur exécutif d’Alifsi est amer. Sur le visage serein de cet homme qui s’est confié à Kewoulo comme dans son discours plein de retenus se cache un homme en colère. Une colère saine et raisonnable comme on le sent dans le comportement de ces hommes justes victimes, malgré eux, de l’arbitraire. Et qui, par décence, n’aiment pas parler d’argent sur la place publique. Alors que son association aide bénévolement plusieurs centaines de sans-papiers dont 84% de Sénégalais, à faire leurs démarches vers l’intégration en France, Abdourahmane Wade et les siens se sont vus refuser l’accès au comité de gestion des fonds d’aide mis en place par le gouvernement pour venir en aide aux Sénégalais nécessiteux frappés par la crise sociale causée par cette pandémie du covid-19. Mis face à cette situation que rien ne justifie, Alifsi aimerait que l’opinion s’intéresse aux vrais ayant droits de ces fonds de 12,5 milliards qui risquent d’être perdus dans les dédales des alliances partisanes et militantes du consulat.

Ayant cumulé plusieurs années d’existence, Alifsi est le témoin vivant du long et exaltant parcours que, depuis plusieurs décennies, des sans-papiers sont obligés de subir pour espérer obtenir un hypothétique rendez-vous en préfecture. Même si rien ne leur garantie une régularisation à l’issue de ce rendez-vous, l’annonce de cet entretien est toujours considérée comme un grand moment de béatitude pour « les laissés-pour-comptes » de la société française. « Le simple fait d’accéder à cette étape est souvent considéré comme une grande victoire pour les sans-papiers. Quand on annonce sa convocation, à un sans-papiers, on voit que c’est une immense joie qui se dessine sur son visage. Et pour cette image là seulement, on se rend compte de l’utilité de notre travail« , a déclaré Abdourahmane Wade. Alors que le consulat du Sénégal, dont la vocation était de venir en aide à ses concitoyens, s’est transformé en une officine qui facilite l’identification de ses compatriotes pour permettre à la France de les expulser, Alifsi, elle, travaille à les maintenir sur le sol français.

« Parce que c’est un drame que de faciliter l’expulsion de personnes qui ont pris d’énormes risques pour venir jusqu’en France, dans l’espoir de changer leurs existences. Et celles des leurs. Parce que n’est pas par plaisir que les gens quittent leurs pays, c’est par nécessité qu’ils le font. Et lorsqu’ils arrivent dans les pays d’accueil, c’est un devoir que de les aider à s’intégrer« , a toujours clamé Abdourahmane Wade qui considère sa mission comme un sacerdoce; même si cela pourra lui causer l’inimitié des autorités consulaires sénégalaises quand ça les arrange. « Souvent, c’est le service social du consulat qui nous envoie des Sénégalais en situation irrégulière pour qu’on les aide et les accompagne dans leurs démarches« , a déclaré Abdourahmane Wade qui croit savoir que « c’est peut-être l’étiquette politique de (leur) président -Mady Gassama a fondé le mouvement MDS affilié à l’opposition sénégalaise- qui dérange » le consul qui est très coloré à l’APR.

Contrairement aux diplomates sénégalais installés dans les représentations consulaires, ces acteurs de l’intégration -dirigeants de Alifsi- n’ont ni salaire ni indemnité et parfois même pas de reconnaissance des autorités de leurs pays respectifs dont ils aident les natifs. Et cela n’a jamais constitué un blocage majeur pour Mady Gassama, le fondateur d’Alifsi, et les siens; focalisés qu’ils sont sur ce qui constitue, à leurs yeux, l’essentiel: l’être humain en détresse. C’est pour êtres humains, nés au Sénégal, et destinataires de ces aides mises en place par le gouvernement que Abdourahmane Wade a décidé de prendre la parole et de dénoncer le sectarisme -pour ne pas dire le clanisme, le népotisme- constaté dans la gestion des fonds qui leur sont, pourtant, destinés. Et cela, pour que, demain, il n’y ait personne qui puisse dire qu’il ne savait que tous les acteurs associatifs n’avaient pas été invités à la gestion de ces fonds covid-19.

Laisser un commentaire