Congo: Un Sénégalais retrouvé abandonné dans les buissons à Brazzaville

Après le meurtre de deux sénégalais en Centrafrique, c’est celui de Mansour Nalla Ba qui interpelle les services du ministre des Affaires Etrangères du Sénégal. Et, dans l’attente des résultats d’enquête, c’est le non respect des consignes de sécurité par nos compatriotes établis à l’étranger qui fait débat à Brazzaville.

Il s’appelait Mansour Nalla Ba, il avait 36 et était l’aîné d’une famille orpheline de père et de mère. Originaire de Ourossogui, dans le Fouta, ce résidant de Brazzaville était porté disparu depuis le mercredi après-midi. Retrouvé, par un passant, dans les environs d’un stade de football, son corps a été identifié ce vendredi après-midi. Et, se basant sur les photos déposées -par des compatriotes au moment du signalement-, auprès des services du général Jean-François Ndenguet, le Directeur général de la police nationale, la police a contacté l’ambassade du Sénégal basée à Brazzaville. Et les services de Mme Batoura Niang Kane, l’ambassadeur, se sont affairés pour « les formalités permettant le rapatriement du corps. » Pour sa part, Me Moussa Bocar Ba, le maire de Ourossogui, a déclaré que « il est temps que le gouvernement sénégalais apprennent à se faire entendre pour protéger ses compatriotes à l’étranger.« 

Contrairement aux rumeurs de lynchage véhiculées par certaines sources, « les faits sont loin de ce qui a été dit. » A en croire des sources judiciaires congolaises, « aucune trace de violence n’a été identifiée sur le corps de la victime« . Alors que l’enquête vient juste de démarrer, de nombreux compatriotes basés dans la capitale congolaise croient savoir que les investigations n’aboutiront à rien du tout. « Notre principal problème ici, c’est l’insécurité et l’absence de suite judiciaire« , ont dénoncé de nombreux compatriotes contactés par Kewoulo. Pour sa part, une source proche des services de la police congolaise a laissé entendre que « en général la police fait bien son travail et trouve toujours les coupables. Mais, c’est la justice qui ne suit pas. Au bout de quelques jours de détention, les criminels sont souvent relâchés dans la nature. »

« En 2013, la grande majorité des criminels arrêtés sont des Tchadiens, Congolais de RDC, Centrafricains ou Camerounais; à l’exemption de groupes criminels congolais nommés « Bébés noirs. » Mais, ils réussissent toujours à s’en sortir« , accuse-t-on du côté de Brazzaville. Comme un peu partout en Afrique, enquêteurs et magistrats ne sont trop copains au Congo. Et les premiers pensent que les derniers cités sapent leur travail. De l’autre côté, de nombreuses sources contactées par Kewoulo ont affirmé que les policiers ne sont pas irréprochables. « Quand ils arrêtent un ouest-africain, ils le mettent sous les sièges de leurs BJ et n’hésitent pas à lui donner des coups de partout. C’est, cela, le traitement dégradant auquel le patron de la police congolaise continue de faire face. Malgré l’excellent travail qu’il fait, ses hommes sont parfois pris par de terribles dérives. » 

Alors que le pays fait face à de nombreux problèmes de sécurité à cause notamment des foyers de tension notés un peu partout dans la zone, en collaboration avec la police congolaise, l’ambassade du Sénégal -à Pointe Noire- envoie régulièrement des consignes de sécurité à nos compatriotes dans le pays. « Ils nous disent, régulièrement, de fermer les commerces à 20h dans certains quartiers, d’éviter de nous installer dans certaines zones insécurisées comme les quartiers de Diata, de nous abstenir de dormir dans leurs boutiques ou même de nous promener tout seuls. Mais, il faut reconnaitre que nos compatriotes n’appliquent jamais ces consignes« , a reconnu un représentant de la communauté sénégalaise à Brazzaville.

Alors que le Sénégal et ses citoyens bénéficient d’une attention toute particulière de la part des autorités congolaises, le Congo reste un pays très criminogène pour les Sénégalais. « Il y a moins de meurtres de maliens ou d’autres citoyens ouest-africains que de Sénégalais. Le problème est simplement que les Sénégalais sont têtus et ont du mal à comprendre qu’à l’étranger, il faut s’adapter aux réalités du pays d’accueil« , ont témoigné nos sources congolaises. Si Ivoiriens, Béninois, Maliens et autres ouest-africains semblent épargnés par ces meurtres, nos sources croient savoir que « c’est dû au fait que ces gens résident dans des quartiers sécurisés, ne dorment pas dans leurs commerces, ne sont jamais seuls à certaines heures et à certains de la ville de Brazzaville ou Pointe Noire. Les Sénégalais sont pour le moment réfractaires à ces consignes. »

Laisser un commentaire