Congo : Premier jour de visite et première victoire diplomatique pour le Sénégal

Arrivé au Congo pour la journée d’hommage au sergent Malamine, le président sénégalais a été accueilli par deux présidents.

Samedi 28 Avril 2018. Il est 18 heures lorsque, en provenance de Dakar, La Pointe Sarène, l’avion de commandement de la République du Sénégal, atterrit sur le tarmac de l’aéroport de Maya-Maya. Debout sur le tarmac et entouré des précurseurs du service du protocole sénégalais, l’ambassadeur du Sénégal, Mme Batoura Kane Niang a des fourmis dans les jambes. Elle ne tient pas en place. Elle est pressée de voir son président fouler le sol congolais. Et recevoir les honneurs du chef de l’Etat, Denis Sassou-Nguesso, comme du peuple congolais, tout entier.

Artisane passionnée de cette visite présidentielle, voilà deux bonnes années que, en compagnie de Mme Belinda Ayessa, elle rêve de voir flotter -pour l’éternité- le drapeau de la République du Sénégal dans l’enceinte du mémorial Pierre Savorgnan de Brazza. En hommage à la bravoure d’un soldat, en mémoire du passage -à Mfoa- d’un homme dont la générosité a, aujourd’hui, permis l’existence du Congo. Venu de Gorée, en simple supplétif de l’armée française, le Sergent Malamine Camara est, désormais, l’un des pères fondateurs de la République du Congo ; à coté du roi Makoko 1eret Pierre Savorgnan de Brazza. Déifié sur les rives du fleuve Congo, ce parfait inconnu du Sénégal est le héros à titre posthume de cette visite mémorielle.

Et pour lui, Denis Sassou-Nguesso n’a pas fait dans le détail. De l’aéroport de Maya-Maya au centre de conférence de Kintélé, le parcours est jalonné par des soldats lourdement armés. Comme le président Macky Sall, 11 autres chefs d’Etat sont arrivés ou attendus sur ce même tarmac pour le sommet sur le fonds bleu du fleuve Congo. Mais, le président Denis Sassou-Nguesso n’a de temps que pour le Sénégalais. Il veut l’honorer et élever son « bon sergent Malmine » au rang de citoyen d’honneur de la ville de Brazzaville. Et, réaliser, ainsi, le rêve de deux braves dames qui se sont faites le serment de réhabiliter le premier maire de la ville de Brazzaville, le Sergent Malamine Camara.

Quelques minutes avant la descente d’avion de la délégation sénégalaise, le président Denis Sassou Nguesso et son cortège s’étaient rendus sur le tarmac de l’aéroport commercial pour y récupérer le président centrafricain venu avec un avion de ligne. Avec Faustin-Archange Touadéra, ils sont là, les yeux rivés sur l’homme qui descend les marches de la Pointe Sarène, les bras grandement ouverts et le sourire sur tous les visages. «Enfin ! Il est là.» A, certainement, soupiré Mme l’ambassadeur mesurant à sa juste valeur les efforts diplomatiques ayant conduit à ce succès.

Après les accolades, passage sur le tapis rouge. Ensuite, les honneurs militaires. Les fanfares jouent l’hymne de la République centrafricaine. Celui sénégalais et la délégation quitte le tarmac. Devant l’aéroport de Maya-Maya, un bruyant comité d’accueil est en place. Quelques dizaines de centrafricains envahis par des centaines de sénégalais, pressés de voir le président Macky Sall. Dans le salon d’honneur de l’aéroport, en plus des trois chefs d’Etats, était assis Ali Bongo Ondinba du Gabon. Lui aussi avait patienté que Sassou Nguesso accueille sa star du jour : Macky Sall. Après une demie heure d’entretien, entre chef d’Etats, Macky Sall quitte l’aéroport et se dirige vers la sortie. A la vue de sa voiture, les Sénégalais se rapprochent du cortège qui s’est aussitôt arrêté pour saluer la foule. Mais, les services du protocole comme la sécurité présidentielle déconseillent un bain de foule à cet endroit, à cette heure tardive. Elle repart.

Amassés sur le parcours, les Brazzavillois saluent le Sénégal et son président. Et observent l’incessant ballet diplomatique que vit leur pays depuis le matin. Petit détour au palais des Congrès. Le président Macky Sall s’éclipse dans sa loge. L’homme qui en est sorti est un mélange de président du Sénégal et chef de parti, candidat à un second mandat présidentiel. Il écoute les doléances des Sénégalais qui, tous, n’ont qu’une seule sollicitation : pouvoir rentrer au pays et participer à sa construction. Des sempiternelles doléances des Sénégalais de l’extérieur sont inconnues ici. Le pays a intégré «ses cousins Sénégalais » et l’ambassadrice est une maman pour tous les ouest-africains qui n’ont pas besoin de protocole pour la rencontrer et lui soumettre leurs problèmes.

Après avoir pris note des sollicitations, le Président promet d’aider les Sénégalais désireux de rentrer à revenir au pays. « Mais, comme l’a dit Mme Dramé, pas avant la future présidentielle. Puisque vous êtes inscrits ici sur les listes électorales, il faut voter et nous aider. Après, seulement, vous pourrez rentrer», a déclaré le Président, applaudit par ses citoyens. Sortie de cette rencontre fortement colorée de politique, la délégation se retire dans ses quartiers, au centre de conférence de Kintélé, l’ancien village boueux village du président devenu le centre de Conférence internationale après que Denis Sassou-Nguesso ait visité le Centre de Diamniadio au Sénégal. Alignés à l’entrée du centre de conférence où doit se tenir le sommet, les portraits des chefs d’Etats trônent. Celui de Macky Sall est le dernier qu’on aperçoit et rentrant à l’intérieur du complexe.

Babacar Touré

Envoyé spécial à Brazzaville

Laisser un commentaire