Congo: Macky Sall envoie ses adversaires à aller se plaindre sur la planète Mars

Entouré des siens, Macky Sall a encore lancé des piques à l’endroit de ses opposants. Face à ses militants qui lui ont assuré une éclatante victoire, il a demandé à ses adversaires d’aller se plaindre devant la planète mars. Morceaux choisi d’un échange épique avec ses supporters.

Il est vraiment d’attaque. Après le passage -en force- de sa loi sur le parrainage sans que le Sénégal ne soit « à feu et à sang » comme l’avaient laissé craindre ses opposants, le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, s’est senti légitimé par les populations qui, ce 19 avril, avaient « refusé de suivre les politiciens dans leur volonté de brûler le Sénégal. » Bien que se voulant mesuré dans son propos « pour ne pas être traité de provocateur » par « les pleurnichards » de l’opposition, le chef de l’Etat, qui faisait face à ses militants, dans la salle des congrès de Brazzaville, a demandé à ses adversaires d’arrêter d’essayer de nous faire peur.

Contrairement à ses adversaires qui jouent aux pyromanes, le chef de l’Etat a déclaré que « les populations -qui connaissent qui est qui dans ce pays, pour les avoir fréquentés-, ont décidé de ne plus être utilisées à des fins qui ne les concernent pas. » Entouré d’une foule toute acquise à sa cause, Macky Sall a déploré le fait que ces mêmes opposants critiquent tout ce qu’il entreprend; alors qu’à chaque fois qu’ils les appelle à une table de discussion pour mettre en place des projets consensuels, ils refusent systématiquement.

Maintenant que l’opposition sénégalaise semble avoir perdu la bataille de l’opinion, -avec le désaveu du 19 avril- Macky Sall pense qu’il ne reste aux opposants que d’aller se plaindre auprès des institutions internationales. « Ils sont allés à la Cedeao, aux Nations Unies. Maintenant, ils peuvent aller sur la planète mars » a déclaré le président Macky Sall, soutenu dans sa fermeté par des applaudissements nourris de la salle. Pas du tout tendre avec ses Njabot– les membres de la famille- le patron de l’APR a déploré que ce discours de l’opposition, tendant à faire croire en l’existence d’une dictature au Sénégal, ne bénéficie d’aucun échos dans l’opinion.

Pour le président, les journalistes sont les meilleurs témoins qui pourraient démentir ces affirmations mensongères. Pour preuve, depuis son arrivée au pouvoir, Macky Sall a affirmé que « pas un seul journaliste n’a été inquiété » pour ses dires et ses écrits. « C’est la même chose pour les opposants » qui passent tout leur temps à pourfendre son régime.

Contrairement à l’effet escompté par l’opposition qui veut internationaliser des débats internes, le président Macky Sall a martelé que « ce n’est pas Paris, Washington ou Johannesbourg qui va nous dire ce qu’on doit faire au Sénégal. »

Sur un ton moqueur, même s’il a promis de ne pas faire dans la provocation, le président s’est demandé « sur quelle planète on est là? Il faut que les gens reviennent à la raison. Le Sénégal est un pays souverain et ne peut se soumettre à aucun diktat. » A répété le président Macky Sall, visiblement très heureux de se voir entouré par une communauté sénégalaise toute acquise à sa cause. « Je ne me fais aucun doute que nous allons gagner les élections, ici, au Congo. Je n’ai aucune inquiétude sur ce point« , a déclaré le président Macky Sall.

Aussi, requinqué par les acquiescements de la salle, le président a demandé à ses adversaires d’arrêter « ce cirque qui consiste à fabriquer des fakes news dans des officines. » Pour le locataire du palais de Dakar, si l’opposition n’arrête pas ce jeu dangereux qui consiste à diffuser de fausses nouvelles pour saper le moral des populations -certainement avec la déclaration d’Abdoul Mbaye sur la fausse mort d’un manifestant le 19 avril- ils verront où cela va les mener. « Les gens ne vont pas les suivre dans leur anarchie. On a eu l’exemple la dernière fois. » A conclu le président.

Revenant sur la légitimité de son projet de loi, Macky Sall a déclaré que « vouloir organiser une élection présidentielle avec 100 listes, c’est vouloir bloquer le système. » Aussi, face à la débandade remarquée dans les rangs de l’opposition, le président a déclaré qu’on en est qu’au début de leur calvaire. « Lorsque la campagne débutera, ils verront« , a conclu le président Macky Sall.

Babacar Touré 

Envoyé spécial à Brazzaville 

Laisser un commentaire