Confidences de Hollande : Sarkozy, «de Gaulle le petit», lui sort par les yeux !

    Confidences

    François Hollande se confie. Il déteste son «cynisme» mais voterait pour Nicolas Sarkozy en cas de duel avec Marine Le Pen.

    Nicolas Sarkozy qui se drape dans le costume de sauveur des Français ? Réplique en forme d’uppercut de François Hollande : « C’est le petit de Gaulle. On a eu Napoléon le petit, eh bien là, ce serait de Gaulle le petit. » L’ancien président est l’ombre chinoise de ce livre. Omniprésent. Hollande éprouve une aversion viscérale, une obsession pour ce « lapin Duracell, toujours en train de s’agiter ». Intarissable, il abhorre son goût de l’argent, « sa grossièreté, sa méchanceté, son cynisme ». Même la salle de bains de l’Elysée, refaite par le couple Sarkozy, le révulse : « Quel mauvais goût ! »

    Jamais il ne lui pardonnera d’avoir mis le PS et le FN sur le même plan. « Une faute », lâche-t-il. Il en excuserait presque Nadine Morano — « une Le Pen en plus maigre » — pour ses propos sur la « race blanche » : « Comme un enfant, [elle] écoute les conversations des parents et les répète. »

    Naïf, le président ? Après son arrivée à l’Elysée, il n’a pas voulu procéder à une chasse aux sorcières dans les services internes. Mais il s’est vite rendu compte que ce palais était un nid d’espions, qui renseignaient son rival sur ses allées et venues. Courant 2014, il voit son agenda privé fuiter dans le « JDD ». Puis c’est une photo volée avec Julie Gayet, prise de l’intérieur du palais, qui paraît dans « Voici ». Aux deux auteurs, Hollande confie sa certitude : Sarkozy a monté un cabinet noir contre lui ! A sa tête, un certain Sébastien Valente, paparazzi proche de Carla Bruni et… photographe officiel de l’ex-président. « Il me poursuit, souffle Hollande, il est mandaté par eux. »

    Il n’apprécie pas les juges

    Une enquête interne avait été diligentée à l’Elysée, et cinq employés attachés à son service privé mutés. On découvre dans l’ouvrage le suspect principal des fuites : le propre médecin-chef du président, le docteur Sergio Albarello, discrètement muté fin 2014. Un fervent supporteur de Sarkozy…

    On pourrait penser, dès lors, que le chef de l’Etat se régale des affaires qui polluent la campagne de son ennemi préféré. Certes, il s’amuse en privé à revisiter sa célèbre anaphore : « Moi, président de la République, je n’ai jamais été mis en examen […]. Je n’ai jamais espionné un juge, je n’ai jamais rien demandé à un juge, je n’ai jamais été financé par la Libye. »

    Dans une révélation qui va faire des dégâts en pleine primaire à droite, il confirme que, oui, François Fillon aurait bien demandé au secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet, d’accélérer les procédures judiciaires en cours pour empêcher le retour de Sarkozy. « Il (NDLR : Fillon) a dit à Jouyet : Mais comment ça se fait que vous ne poussiez pas la justice à en faire davantage ? » rapporte le président à Davet et Lhomme le 23 juillet 2014. « C’était ça, le message de Fillon, c’était : Si vous ne faites rien, il reviendra », leur répète-t-il le 29 décembre 2014. Le président refuse catégoriquement toute intervention sur la justice. Les affaires, jure-t-il, il ne s’en mêle pas.

    Pourtant, surprise, Hollande n’apprécie pas les juges ! « Une institution de lâcheté, ose-t-il dans une phrase choc. C’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux… On n’aime pas le politique. » On croirait entendre Sarkozy sur les « petits pois ». Hollande n’est pas, du reste, en si grand désaccord avec son prédécesseur. Sur les questions d’identité notamment, même si leurs solutions divergent radicalement. « Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute », concède en privé le président socialiste. « Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là », lance-t-il encore. Au final, il appellerait à voter Sarkozy sans états d’âme en cas de second tour avec Marine Le Pen.

    Lui, le passionné de foot, a aussi un problème avec la « communautarisation » de l’équipe de France et les jeunes joueurs, à qui il donnerait bien des cours « de musculation du cerveau ». « Ils sont passés de gosses mal éduqués à vedettes richissimes, sans préparation. »

     

    Avec Leparisien

    Laisser un commentaire