Colombie : la coulée de boue mortelle n’est pas liée au phénomène climatique «El Nino»

    Colombie

    La catastrophe a provoqué la mort d’au moins 254 personnes. Cependant les pluies diluviennes ne seraient pas dues à un événement «El Nino». En revanche, la responsabilité humaine est pointée du doigt et notamment la déforestation massive pratiquée dans la région.

    La coulée de boue a tout emporté. Habitations, arbres, véhicules ont été dévastés par l’avalanche de terre qui a fait 254 morts, dont 43 enfants, ce week-end, à Mocoa, capitale provinciale du sud de la Colombie. Depuis plusieurs jours, la région de Putumayo est touchée par des pluies diluviennes qui ont provoqué les crues de trois fleuves, Mocoa, Mulato et Sangoyaco, situés en amont de la ville.

    Alors que plusieurs médias ont fait un lien de causalité entre cette catastrophe et «El Nino», ces fortes pluies ne peuvent toutefois pas être reliées à ce phénomène climatique. «Le dernier événement «El Nino» s’est terminé il y a un an, et aujourd’hui il n’y en a pas en cours», explique au Figaro Éric Guiyardi, directeur de recherches CNRS au Laboratoire d’Océanographie et du Climat. «De plus, nous sommes en avril, ce n’est pas le mois où habituellement «El Nino» a le plus d’impact». «L’affaiblissement des vents, qui empêchent les remontées d’eau froide dans le Pacifique, ainsi que le réchauffement inhabituel dans le Pacifique sud, qui entraîne une modification de la circulation atmosphérique» serait plutôt à l’origine de ces fortes pluies, selon le chercheur.

    Pourquoi, dès lors, un lien a-t-il été établi avec El Nino? «Ce genre de phénomène arrive rarement quand il n’y a pas d’épisode «El Nino» en cours. De plus, tous ces pays, comme la Colombie ou encore le Pérou, sont organisés en «El Nino Watch». Cela leur permet de réagir très rapidement lorsqu’un événement se produit. Là, tout s’est déclenché de la même manière, comme s’il y avait un événement ‘El Nino’», reprend Éric Guiyardi.

    Ce phénomène climatique El Nino est qualifié de «récurrents» par les chercheurs. Il apparaît tous les deux à sept ans et dure approximativement un an. «On est actuellement face à une barrière de prévisibilité. Il y a un petit risque qu’«El Nino» réapparaisse en fin d’année mais on ne pas être plus affirmatif avant l’été», précise le directeur de recherches.

    Une catastrophe naturelle aux causes humaines

    Outre l’affaiblissement des vents, cette coulée de boue pourrait être liée à un phénomène bien moins naturel: la déforestation. En effet, dans un rapport publié il y a neuf mois, l’autorité environnementale de la région, Corpoamazonia, avait alerté les pouvoirs publics du risque encouru. Putamayo est la cinquième région du pays en termes de pertes végétales. Plus de 9000 hectares ont été déboisés depuis 2015, selon le magazine Semana Sostenible.

    «Quand nous enlevons la couverture végétale, la terre, qui est composée en grande partie de cendres volcaniques, s’imprègne d’humidité et d’eau de pluie qui peuvent causer des ravages», explique au quotidien local El Epectador, Luis Alexander Mejía, directeur de Corpoamazonía. Cette déforestation massive est due notamment à l’élevage mais aussi aux cultures de coca

    Laisser un commentaire