Le cinéaste burkinabé Idrissa Ouédrago est rappelé à Dieu

    Le cinéaste burkinabé Idrissa Ouédrago

    Figure emblématique du cinéma africain, Idrissa Ouédrago est décédé ce dimanche à Ouagadougou.

    Auteur d’une quarantaine de films, le réalisateur burkinabè et Grand Prix du Jury à Cannes pour « Tilaï » en 1990, est décédé dimanche à Ouagadougou, à l’âge de 64 ans.

    Il avait été récompensé dans les plus grands festivals de cinéma. Le réalisateur et producteur burkinabè  est décédé « des suites de maladie », a annoncé l’Union nationale des cinéastes du Burkina dans un communiqué. Au Burkina, il était appelé « le professeur » et il va laisser « un grand vide ».

    Idrissa Ouédraogo avait débuté sa carrière cinématographique en 1981 avec une fiction intitulée « Poko » qui avait obtenu, la même année, le prix du meilleur court-métrage au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

    Après avoir complété sa formation à l’Institut des hautes études cinématographiques (Idhec) de Paris et à la Sorbonne, il réalise en 1986 son premier long-métrage, « Yam daabo » (Le choix), suivi deux ans plus tard de « Yaaba » (Grand-mère).

    Laisser un commentaire