Chronique: Ces embarrassants aveux du ministre Seydou Guèye et de Moustapha Diakhaté sur le fonctionnement de la justice

Chronique: Ces embarrassants aveux du ministre

1

Les opposants l’avaient chanté sur tous les toits, une partie de la presse l’avait laissé entendre et, minoritaires, des voix jusque-là silencieuses se sont élevées au sein de la magistrature pour dénoncer la mise sous coupe réglée de la justice. Et il m’arrivait d’en douter.

Finalement, c’est clair dans ma tête: la justice sénégalaise n’est pas indépendante, elle est caporalisée au gré des humeurs du palais de la République. C’est Seydou Gueye, le porte parole du gouvernement et proche parmi les habitués du président Macky Sall qui a fait cet aveu de taille: « la justice vient d’accorder la liberté provisoire …Dans ces différentes affaires, le Procureur de la République n’a pas jugé nécessaire de s’opposer à la décision du Juge, mais l’action publique n’en est pas pour autant éteinte. » Et celui qui occupe la place de l‘intéllo du gouvernement s’est même offert le culot de nous donner des leçons de civisme; à défaut de les suivre, il a promis de lourdes sanctions.

Pour une fois que l’entourage du président a laissé tomber le masque, il nous a fait découvrir l’hideux visage de la dictature rampante qu’il est en train de mettre en place, pour continuer à diriger le Sénégal. Par la terreur, s’il le faut.

Mais, que ce soit clair: cette jeunesse malsaine, qui a tenu tête à Abdou Diouf, conspué Abdoulaye Wade malgré la dangerosité de ses hommes et l’immensité de ses moyens, ne reculera jamais devant ces apprentis terroristes de la pensée. Malgré les intimidations, nous tiendrons bon. Et défendrons le faible contre l’oppression du fort. Contre ces tyranneaux de la pensée qui veulent que nous nous infligions les réflexes de l’autocensure.

Nous allons toujours tenir et montrer la voie du refus au peuple souverain du Sénégal. Nous nous indignerons des projets d’installation de la pensée unique dans la nation; parce qu’elle est synonyme de capitulation intellectuelle.

Ce qui se prépare dans ce pays ne présage rien de bon. En rendant public ce honteux communiqué digne des régimes staliniens, le gouvernement a avoué, sans ambages, qu’il est à la base des démêlés judiciaires de Ouleye Mané, de Amy Collé Dieng et de Penda Ba qu’on nous avait, pourtant, dit qu’elles étaient « poursuivies par le procureur qui s’est auto saisi. » Finalement, ce n’était donc pas vrai!

En faisant, ici, l’étalage de son ignorance du principe de l’indépendance des pouvoirs qui régissent une République, en communiquant publiquement à la place du parquet sur des dossiers pendant devant la justice, Seydou Gueye a reconnu que, même si le président Macky Sall n’a pas porté plainte, c’est sur recommandation du palais que les « insolentes du Net » ont été appréhendées et placées en détention; en flagrante violation des lois pour le cas Amy Collé Dieng.

Par conséquence, peu importe la gravité des faits pour lesquels elles sont poursuivies, c’est le gouvernement qui peut décider, sur un coup de fil, de faire poursuivre -via son procureur- ou non « les personnes irrespectueuses » à l’endroit des institutions et des personnes qui les incarnent.

C’est grave. Très grave pour l’honneur et l’intégrité de notre justice. Parce que, en faisant cette malencontreuse sortie, le ministre Seydou Guèye, cet homme-là que je considérais -jusque-là- comme l’un des plus savants parmi les intimes de Macky Sall, a étalé toute son ignorance du fonctionnement élémentaire d’un Etat de droit. Du principe de la séparation des pouvoirs.

Par cette déclaration dégradante, pour la justice, Seydou Gueye vient d’égaler voire de dépasser son camarade Moustapha Diakhaté qui occupait -jusque là- une bonne place sur ma liste des réactionnaires -parce que le podium est occupé par un trio qui s’est tu depuis quelques temps- les plus maladroits parmi les fidèles du président Macky Sall.

J’ai failli tomber de mon fauteuil lorsque, aux premières heures de cette affaire des « Insolentes du Net« , j’ai entendu Moustapha Diakhaté déclarer, prétentieux : »je fais partie des premières personnes à avoir entendues les propos de Penda Ba. Et, aussitôt j’ai appelé le procureur, le ministre de la justice et des forces armées pour qu’ils fassent le nécessaire. » Diantre! Qui est-il dans l’arsenal judiciaire sénégalais pour avoir les pouvoirs d’actionner le procureur de la République et lui demander d’appliquer de lourdes sanctions?

Soyons clairs: ces malencontreuses déclarations avilissent l’image de notre démocratie que nous voulons majeure. Et ces aveux circonstanciés de Seydou Gueye comme de Moustapha Diakhaté font passer nos juges pour des marionnettes. Des caudataires moutonniers. Des pantins de service.

Il est urgent que le gouvernement se trouve des communicants de métier et arrête d’instrumentaliser la justice. Et lorsqu’il le fait, pour des raisons purement politiques, le président Macky Sall doit avoir la décence de demander à ses hommes de nous épargner l’étalage d’aveux accablants de leur conspiration de palais sur la place publique. C’est le minimum de respects qu’ils doivent au Sénégal, en attendant le réveil du peuple.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire