Cheikh Sarr : «Mon rôle au Rwanda»

À 168 km de la capitale tunisienne, Sport News Africa a rencontré l’ex-sélectionneur des Lions et des Lionnes du Sénégal, le chevronné technicien Cheikh Sarr. Il est invité par la Fédération rwandaise de basketball pour superviser les Amavubi en attendant la signature d’un contrat comme coach. Dans la salle Mohamed Mzali de Monastir, coach Sarr a fait savoir qu’il ne sera pas sur le banc du Rwanda durant cette fenêtre des éliminatoires mais certainement lors de la phase finale.

Entretien.

Coach, on annonce que vous êtes le nouveau sélectionneur du Rwanda. Qu’en est-il vraiment ?

Je suis vraiment étonné de voir ça dans la presse. Ce qui se passe est que je suis en supervision pour l’équipe du Rwanda. Ils sont déjà qualifiés pour l’Afrobasket parce que le Rwanda est le pays hôte. Je ne suis pas sur le banc du Rwanda. Je supervise. C’est vrai qu’il y avait, effectivement, un appel à candidature pour le poste de sélectionneur du Rwanda. Les Rwandais me veulent sincèrement. Ils souhaitent que je vienne aider le Rwanda en termes de structuration, de développement de la Direction technique. En plus, ils me veulent comme coach en même temps. Actuellement, mon agent s’occupe de tout ça. Il est en même temps en pourparlers avec le ministère des Sports et la Fédération rwandaise. Certainement, la signature pourra se faire entre le mois de juillet et septembre.

Donc, pour le tournoi de qualification à l’Afrobasket, vous ne serez pas sur le banc du Rwanda ?

Non ! Je ne serai pas sur le banc parce que le processus de négociations est en cours. Je laisse ça à mon agent. C’est un agent certifié par la FIBA. Il travaille avec eux. C’est tout ce que je peux dire pour le moment.

Mais, c’est certain que vous serez de la partie à Kigali à la phase finale ?

Certainement ! Mais à l’heure actuelle, je n’ai encore rien signé. C’est probable mais le processus n’a pas encore abouti et je ne peux donc pas l’affirmer. Pour le moment, je suis en mission de supervision. Je suis instructeur FIBA et le Rwanda me prend en charge pour cela. Je suis donc là en tant soutien technique pour le Rwanda.

Vous savez aussi que beaucoup de Sénégalais ont été surpris par votre limogeage en tant que coach principal des Lionnes du Sénégal. Comment vous avez vécu cette séparation ?

J’avais dit que je n’allais pas en parler. C’est un conflit à trois niveaux. Il y a un conflit dans la procédure. Un conflit de personnes et un autre conflit de relations. J’avais promis de rien dire. Je reste loyal à mon pays. Je ne suis pas là pour dénigrer qui que ce soit. On m’a dit que j’étais démis de mes fonctions pour insuffisance de résultats. Après l’Afrobasket 2019, tout le monde a entendu le président (Babacar Ndiaye) dire que j’allais effectivement continuer pour développer et rajeunir l’équipe. Mais après quelques temps, on a eu des difficultés. Ce qui s’est passé est qu’on a eu un conflit de personnes, de procédure et de relations. C’est ce que je peux dire. Je suis attaché à mon pays. Je donne tout pour le Sénégal. Mais, ce n’est pas moi qui décide.

Pour rajeunir et développer une équipe, il faut du temps…

Vous avez vu l’équipe du Soudan du Sud. Ils n’ont que des jeunes. Ils ont tous grandi aux États-Unis. C’est la tendance maintenant. Et vous voyez, ils ont failli battre le Nigeria (75-70). J’ai tenté de faire la même chose. J’ai voulu amener des jeunes avec le basket des skills et qui peuvent rester en équipe nationale pendant 10 ans. J’avais commencé avec les Léna (Niang), Fatou (Diagne) Yacine (Diop) etc. C’était un projet à long terme. Mais, après, ils y ont mis un terme. Donc, il y a un éternel recommencement au Sénégal. C’est un peu difficile. Je regrette que les choses se soient passées comme ça. Cependant, la décision ne me revient pas. J’ai une compétence. Mais il y a d’autres qui sont également compétents au Sénégal. Il faut leur donner aussi la chance de travailler pour le pays.

En tant qu’instructeur FIBA Afrique, comment vous jugez le niveau des équipes africaines ?

Il y a des équipes vieillissantes quand même. C’est le cas du Nigeria. Ils essaient d’intégrer de nouveaux joueurs mais les ténors ont commencé à perdre du rythme. Néanmoins, le niveau reste très élevé avec le Soudan du Sud qui a une excellente organisation et a de très bons joueurs. On a vu aussi l’équipe du Mali qui a beaucoup rajeuni. Elle a ajouté de la valeur avec beaucoup de jeunes Franco-maliens.
J’ai également vu à l’entrainement le Maroc. Ils se développent avec Naoufal (Uariachi) qui est instructeur FIBA. Il ne faut pas oublier la Tunisie qui est une très grosse pointure. Il y a aussi l’Égypte. Mais je pense que le Sénégal a une meilleure équipe actuellement. Sur le plan individuel surtout. Néanmoins, les Sénégalais savent désormais que ce n’est pas l’individualisme qui fait gagner les matchs. Il faut jouer en équipe. Défendre en équipe. Il faut aussi avoir un projet solide.

Le Sénégal sera-t-il le favori à la phase finale de l’Afrobasket ?

On va dire que le Sénégal fait partie des favoris pour l’Afrobasket au Rwanda. Intrinsèquement, il peut être est supérieur à la Tunisie, à l’Égypte et au Nigeria. Cependant c’est une question de projet de jeu. C’est cela qui nous fait défaut parce qu’on renouvelle sans cesse les entraineurs, les joueurs. Or, la régularité est nécessaire. S’il y a une constance, le Sénégal peut faire de belles choses. Car le  niveau africain est très bon. Il y a des joueurs NBA et d’Euroligue.
Nous avons également de grands entraineurs et des instructeurs qui viennent en Afrique. Les coachs locaux qui émergent aussi. Au Sénégal, Mamadou ‘’Pabi Guèye’’ (ndlr : sélectionneur adjoint du Sénégal qui sera sur le banc des Lions au Cameroun). Moustapha Gaye et Boniface Ndong sont aussi de bons entraîneurs. Boni, je l’ai vu durant les qualifications. Il a eu une bonne prise en main de l’équipe. Je leur souhaite vraiment de gagner. Mais, rien n’est donné en avance. Beaucoup d’équipes ambitionnent de gagner.

Quand est-il du Rwanda qui va organiser l’Afrobasket ?

C’est aussi une équipe qui a de la valeur. Elle se développe. C’est une équipe disciplinée. Les joueurs font beaucoup d’efforts. Ils fournissent beaucoup d’énergie. L’équipe a aussi une très grande organisation. Je pense juste qu’il faut une petite étincelle pour la faire briller. Le Rwanda organise et veut gagner. Mais en termes de potentiel le Sénégal, la Tunisie et le Nigeria sont devant… Et le Cameroun si des joueurs comme Joel Embiid et Pascal Siakam viennent, seront les favoris. Les joueurs de la NBA et ceux de l’Euroligue apportent un plus. Même le Cap-Vert a un très bon joueur qui est au Real de Madrid (Walter Tavares). Mais, il n’est pas encore venu avec l’équipe.

Sportnewsafrica.com

Laisser un commentaire