Cheikh Sadibou Niang, pdt de Doolel sa Bopp : « El hadji Diouf n’a pas été démocrate pendant les investitures, c’est pour quoi… »

Cheikh Sadibou Niang

0
25

Le leader du mouvement «Doolel Sa Bopp» a livré les raisons de son départ de la coalition Leral de Maître El’hadji Diouf et évoque ses remords et ses regrets.

Les investitures sur les listes pour les élections législatives continuent de révéler ses secrets. Et cette fois-ci, le diable politique a fouillé dans les rangs de la coalition Leral de Maître El hadji Diouf. Et exhibé les micmacs qui ont causé le départ de Cheikh Sadibou Niang. Dans un entretien accordé à Kewoulo.info, le président du mouvement Doolel Sa Bopp a déclaré qu’ils avaient coalisé avec le PTP de Maître El hadji Diouf pour les élections législatives.

« Mais, a-t-il déploré, finalement, nous avons désisté pour la bonne et simple raison que nous avons constaté qu’El hadji Diouf a fait comme bon lui semble. » Ce que croit comprendre l’officier supérieur de la gendarmerie, à la retraite, est que dans une coalition, « les leaders des partis doivent discuter sur des décisions importantes qu’ils doivent prendre, en respectant les chances et les égalités. Et qu’ensemble, démocratiquement, on fasse les investitures normalement».

Pourtant, ce ne sont pas des postes qui le préoccupent. « Car, dit-il, nous sommes dans une coalition. Dans ces élections législatives, même si on avait un seul poste de député, on aurait applaudi. Car, en 2012, je l’avais soutenu. Et je n’ai été député ni quoi que ce soit ».

« Mais cette fois-ci, a déclaré le colonel à la retraite, l’avocat a franchi le Rubicon. » Très remonté contre son ancien allié, le colonel Niang a déclaré qu’El hadji Diouf s’est accaparé de tout pendant les investitures. « Il a vraiment favorisé son parti. Tous les premiers investis sont membres du Ptp. Ce n’est pas normal. Lui s’est investi comme tête de liste. Il a ensuite mis Khady Balla Gaye en deuxième place. On n’est d’accord. Ce n’est pas conforme au respect de la parité. En troisième place, il a investi son adjoint, après qui il a mis en quatrième place un autre militant de son parti. Avant de me proposer la cinquième place. Et j’ai préféré lui laissé et de me retirer. Par ce que notre leader n’a pas respecter le principe de la démocratie».

Surtout que « nous ne sommes pas de cette catégorie de politiciens qui aiment poser un lapin aux gens, à leurs collaborateurs. Nous sommes formés comme des militaires. Notre dignité ne nous permet pas de faire certaines choses. Je ne le dis pas parce que je suis fâché. Mais, comme les militants de Doolel sa Bop me demandent souvent les raisons de mon départ, je suis dans l’obligation d’expliquer. Comme on l’a fait quand nous formions la coalition Leral. Tout le monde était au courant. »

Pour être clair, termine notre interlocuteur pour regretter, «je ne suis pas investi sur les listes pour les élections législatives. Alors, je ne participe pas à ces élections. Il voulait que je reste dans la coalition et participe à ces élections, avec lui. Malheureusement, lui, il verse dans l’individualisme. Je crois que même l’ancien ministre (Mamadou) Makalou est parti. Quand je vois toutes les populations qui me demandaient de m’investir au niveau départemental, j’ai des remords. Elles me disent que c’est vous qui nous aidez. Vous avez beaucoup fait dans le social. Franchement, je regrette à cause de ça. El’hadji Diouf avait pourtant voulu m’investir comme tête de liste départemental. J’avais refusé« .

 

 

Laisser un commentaire