Can 2019/Sénégal-Guinée Equatorial : La revanche du « Lion » ou la récidive du Nzalang

Can 2019/Sénégal-Guinée Equatorial

L’équipe nationale du Sénégal va affronter le Nzalang national de la Guinée Equatoriale pour débuter les éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations de 2019. La rencontre va se dérouler dans l’antre du stade Léopold Sédar Senghor, ce samedi. La revanche du « Lion » ou la récidive du Nzalang…

Le Sénégal croise sur son propre terrain de foot, la Guinée Equatoriale : pays co-organisateur de la Coupe d’Afrique des Nations de foot avec le Gabon de 2012.  Le pays où, quand le tonnerre gronde, c’est un signe de succès. Anecdote : la veille de la rencontre Sénégal-Guinée à la Can 2012, le chauffeur qui, d’habitude, nous conduisait aux entraînement des « Lions », conseillait votre serviteur et ses confrères d’implorer le ciel pour qu’il ne pleuve pas. « Si on veut que l’équipe du Sénégal gagne sa deuxième rencontre de cette compétition. » Car, disait-il, s’il pleut et que le tonnerre tonne, le Sénégal sera battu : le Nzalang signifie le tonnerre.

Malheureusement, le jour du match au Stade de Bata, la pluie tomba. Une forte pluie. La fraîcheur de la pluie rappelle à votre serviteur, la prédiction du chauffeur. Et le Sénégal sera battu par deux buts à un par le Nzalang nacionale qui avait sorti les « Lions » de la compétition, au finish. Puisque l’équipe du Sénégal était déjà éliminée avant la troisième rencontre contre la Lybie perdue par 2-0 aussi. La Zambie, détentrice du trophée de cette compétition, avait humilié Amara Traoré et sa pléthore d’attaquants à l’entrée en matière, (2-0). Inoubliable : trois matchs, trois défaite, sur le même score. Amara Traoré, qui manifestait qui ne voulait pas lâcher du lest, n’avait pas l’explication d’un tel sort.

Depuis le Sénégal n’a pas joué contre le Nzalang Nacional de la Guinée Equatoriale. Pourvu que ce samedi, le ciel n’ouvre pas ces vannes et que le tonnerre ne gronde pas en faveur du Nzalang. Depuis, également, la Guinée n’a pas participé à ce rendez-vous africain. Hormis celui de 2015 qu’elle abritait.

Et son désir de se qualifier aux joutes de 2019, ne fait pas l’objet de doute. Autant pour dire que la rencontre entre Nzalang et « Lions » ne sera pas facile pour Aliou Cissé. Même s’il reçoit à Dakar, au stade Léopold Sédar Senghor.

L’entraîneur semble miser déjà sur son attaque qui était presque inexistante lors du match amical international contre les cranes ougandaises. « C’est à eux de prendre leur responsabilité devant les buts contre la Guinée », disait-il. Mais, il devra faire avec l’analyse du premier vice-président de la fédération sénégalaise de football, Saèr Seck. Lui, par ailleurs, président de la ligue sénégalaise du football professionnel parle de « concentration maximale, une bonne préparation et une bonne organisation tactique » dans le jeu afin de prendre la revanche sur le Nzalang. « Même si, a-t-il fait remarqué, « l’état de la pelouse ne facilitera pas la tâche aux antagonistes « .

Un avis qui correspond à celui du joueur qui s’impose comme l’incontournable stoppeur dans l’axe défensif des «Lions. » Le binational qui préfère l’équipe nationale sénégalaise à celle de la France, Kalidou Koulibaly de Naples, exhorte les siens à « être positif ». Car, « il faut gagner pour les Sénégalais ».  Ce samedi sera le jour de vérité et le sélectionneur Aliou Cissé et sa bande doivent tuer le chat noir pour conjurer les secrets mystiques du Nzalang, le tonnerre.

 

Laisser un commentaire