Bateau Le Joola: «On s’est donné rendez-vous à la chambre 12 du pavillon M, ils ne sont jamais venus »

C’était à une semaine des examens de la session d’octobre 2002 et j’étais étudiant à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Pour les besoins de l’examen, j’e devais quitter Ziguinchor où j’étais venu chercher un extrait de naissance de moins de 3 mois. Cette rotation était l’avant dernier bateau qui devait rejoindre Dakar avant les examens.

J’avais prévu de prendre ce bateau pour avoir, au moins, quelques jours de préparation avant d’affronter la session d’octobre. Mais, comme je ne devais pas être parmi ces victimes, un blocage est survenu. C’était le signe du destin. Je n’avais pas eu les moyens de décoder les signaux du destin.

Deux choses m’ont fait rater ce bateau: l’une, c’est que ma maman devait me donner de l’eau bénite pour mes examens comme le font certainement tous les étudiants sénégalais voire africains. L’autre, plus complexe est le fait  que j’ai été bloqué  au niveau de la maire de Ziguinchor.

Un monsieur du nom de N… s’était engagé à me faire mes papiers rapidement et je lui avais remis la somme de mille Francs en guise de bakchich. Et il n’a pas tenu parole. J’avoue que ce jour-là, je m’étais disputé avec le fonctionnaire car considérant son comportement comme étant de l’escroquerie pure et simple.

Croyant m’avoir calmé, il m’a donné rendez-vous le lendemain. Du coup, c’est ce 26 septembre 2002 que j’ai pu recupéré mes extraits de naissance à la mairie. Ainsi, j’ai fait un crochet au port pour une réservation pour le prochain voyage. Je jure devant Dieu que l’image de ce jour me hante jusqu’à nos jours et je l’emporterai dans ma tombe. A l’embarcadère de Ziguinchor, tous les amis, les camarades de promo avec lesquels je discutais ce jour sont tous morts. Tous sauf un qui est rescapé: Souleymane Moustapha Bassène. Il vit actuellement en France.

Les camarades avec qui j’ai echangé les derniers paroles, ces amis avec qui je m’étais donné rendez-vous au pavillon 12, ne sont jamais venus au rendez-vous. Ils s’appelaient Zacharia Barro, Bacary Touré, le cerveau du groupe Sagna dit « le commun des mortels », Lamine Koma,  Konte, Filoméno, Lamine Seydi… la liste est longue et ma mémoire fébrile. Ce jour là, j’avais prête mon cahier d’Histoire-Géo  à Bacary Touré, mon ami et frère, qui habitait à Peyrissac, à côté de la Borne Fontaine de la Place Bambara. Plus jamais je n’ai revu ce cahier.

Ce qui me torture depuis, c’est que sans le savoir, ce jour-la, je ne parlais qu’avec des morts-vivants au port de Ziguinchor. C’était à une cérémonie d’adieu que j’assistais au Port de Ziguinchor. J’étais là quand le bateau a quitté le port et je suis rentré dans mon quartier, à Lyndiane, retrouver ma famille. Le matin sous un climat annonçant une tragédie, j’ai reçu l’information par les ondes de la RFI que j’aimais écouter tous les matins.Je l’avoue, j’étais un fanatique de « Appel sur l’actualité » de Juan Gomez.

L’info est tombée comme un couperet. 14 ans après, en écrivant ces lignes, j’ai encore des larmes aux yeux… je ne peux plus continuer …merci. Aujourd’hui, je suis soulagé. 14 après cet horrible drame, j’espère que vous prendrez le temps de me lire et de partager ma peine tout en priant pour tous ces disparus.

Souleymane Diallo

Pavillon M, chambre N° 12,

Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Laisser un commentaire