Autoroute à péage : ces accidents évitables qui ternissent l’image du Sénégal

Autoroute à péage : ces accidents

Drame à Louga : un accident de la route fait 4 morts
Drame à Louga : un accident de la route fait 4 morts

L’autoroute à péage est une fierté pour le Sénégal. C’est un socle de l’émergence du pays voire la pierre angulaire de son économie pour ne pas dire le vaisseau amiral de son décollage. Mais seulement, l’usage de cette autoroute devient de plus en plus inquiétant. En effet, après la mort largement médiatisée de l’artiste Papis Mballo du groupe Gelongal, Le quotidien Libération a annoncé ce mardi, le décès d’un chef d’entreprise italien.  L’on fait état d’autres victimes de ce joyau, mortes dans l’anonymat sur le tronçon.

D’aucuns, comme l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot,  diront que  nombre de personnes périssent chaque jour sur nos routes, dans des accidents qui n’ont rien à avoir  avec l’autoroute à péage. C’est vrai. Mais nonobstant, si l’on a la possibilité de prendre des mesures pour que des accidents qui surviennent à la hauteur de cette autoroute soient évités, ou du moins que leur occurrence soit réduite, ce ne serait pas une mauvaise chose. Pourquoi ne pas le faire ? Cela est d’autant plus nécessaire que cette autoroute est la principale voie d’accès  à l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd), l’un des aéroports les plus modernes de l’Afrique de l’Ouest. Et comme tout le monde sait, l’aéroport  c’est la vitrine d’un pays. Le Sénégal a aujourd’hui la chance d’avoir une très belle vitrine à travers cette infrastructure. Et cette autoroute est en parfaite symbiose avec le nouvel aéroport. Mais alors…

Ces accidents, s’ils se poursuivent à intervalles de temps plus ou moins réduits, c’est une mauvaise publicité pour le Sénégal à l’étranger. Cela peut installer un sentiment de peur dans la tête des gens, notamment des étrangers.

On va se retrouver dans une situation  où  les gens se passent le mot en se mettant  mutuellement en garde comme quoi, attention lorsque vous empruntez l’autoroute.  Les usagers soient gagnés par la peur à l’idée de devoir emprunter ce trajet. Alors que ça  ne devrait pas être le cas.

Il est donc urgent que tout ce qui doit être fait, le soit le plus rapidement possible afin d’amener la sérénité et la confiance, mais avant tout la sécurité. Tout ça relève du devoir de l’Etat et de Eiffage.

L’on dit que les accidents peuvent ne pas survenir. Mais ce que l’homme doit faire, en termes de prévention, qu’il le fasse rigoureusement. Ce qui ne relève de la responsabilité de l’homme, on n’y peut rien.

Si un chauffeur provoque un  accident à la hauteur de l’autoroute parce qu’il conduit en état d’ébriété, on ne peut en aucun cas accuser le gestionnaire de l’infrastructure de quoi que ce soit. De même un conducteur, s’il somnole au volant et percute une autre voiture en quoi le gestionnaire ou l’Etat seraient-ils responsables. En  revanche, si le conducteur fait un accident parce qu’il essayait d’éviter les vaches errantes, l’Etat et/ou l’entreprise qui a la gestion de l’infrastructure devront assumer toute la responsabilité.

Dans le cas très précis de cet Italien, si l’on se fie à la relation des faits par la presse, les responsabilités semblent partagées entre le camionneur et Eiffage. Puisque dans une certaine mesure, la voiture de la victime aurait percuté un camion non pourvu de feux de signalisation par derrière, mais qui roulait sur une autoroute non éclairée. Si l’autoroute était éclairée, malgré l’anomalie du camion, peut-être le pire ne serait pas produit. Un défaut d’éclairage qui favorise aussi l’installation de malfrats dans les parages, qui attaquent et agressent  tranquillement.

D’autre part, un usager  souligné sur le site leral.net, il a quelques semaines avoir vu un groupe d’enfant traversant allègrement cette autoroute. Ces derniers se seraient probablement introduits à travers les trous des barrages, selon ses suppositions. Cet usager a donc  invité Eiffage à fermer ces points de passages. « J’ai vu sur le péage, un groupe d’enfants qui traversait la route. Je suis sûr qu’ils sont passés à travers les trous des barrages. La gendarmerie qui fait souvent des patrouilles, doit veiller à cela. Mais l’entreprise en charge de l’autoroute est dans l’obligation de fermer ces points de passage pour éviter des drames », exhorte-t-il.

En  somme, l’Etat et Eiffage doivent mettre toutes les normes de sécurité qui s’imposent sur l’infrastructure : éclairage, construction de glissières… pour le reste, on appréciera selon les situations.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire