Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l’apartheid, est mort

Ahmed Kathrada, discret héros

Ahmed Kathrada, fils d’émigrés indien, grand militant de la lutte contre l’apartheid, ancien député et compagnon de route de Nelson Mandela, s’est éteint mardi à l’âge de 87 ans à Johannesburg.

Il était simplement «Kathy» pour ses amis de la classe politique sud-africaine dont beaucoup se souviennent encore avec émotion du bel hommage que ce proche parmi les proches avait rendu à Mandela lors de la disparition de l’icône en 2013. Compagnon de route du père de la nation arc-en-ciel depuis les années 1940, « Kathy » faisait partie avec Madiba et Walter Sisulu des huit accusés du célèbre procès de Rivonia. Condamnés tous à perpétuité, ils ont partagé 26 ans de leur vie en prison, d’abord sur Robben Island, au large du Cap, avant d’être transférés en 1982 dans la prison de Pollsmoor à Cape Town.

Ancien député et conseiller du président Mandela pendant son seul mandat à la tête de l’Afrique du Sud (1994-1999), Ahmed Kathrada faisait partie du premier cercle des dirigeants historiques du Congrès national africain (ANC). Mais contrairement à nombre d’autres figures de la « libération » sud-africaine, il a toujours refusé la lumière et les honneurs d’un poste prestigieux.

Surnommé « Oncle Kathy », il s’était notamment illustré à la fin des années 1980 lors des négociations entre l’ANC et le régime blanc qui ont abouti au début des années 1990 à la chute de l’apartheid et aux premières élections libres du pays en 1994.

« Le camarade Kathy était une bonne âme, humaine et humble », a réagi son compagnon d’armes et membre de sa fondation, Derek Hanekom. « C’était un révolutionnaire déterminé qui a donné sa vie entière au combat pour la liberté dans notre pays », a-t-il ajouté.

Ahmed Kathrada est né le le 21 août 1929 dans une petite ville de ce qui était alors la province du Transvaal occidental, dans une famille d’immigrés indiens. Dès l’âge de 17 ans, il quitte l’école pour travailler à plein temps pour le Conseil de la résistance passive du Transvaal et entrer en résistance contre les lois sur l’habitat séparé, inspiré par le combat de Gandhi.

En 1963, il est arrêté avec Nelson Mandela et une bonne partie de l’état-major de l’ANC dans leur quartier général clandestin de Johannesburg, et inculpé de sabotage. L’année suivante, Ahmed Kathrada est condamné à la réclusion à perpétuité et incarcéré, avec ses frères d’armes, à Robben Island. Tout au long de sa vie, il est resté très pudique sur les conditions de sa détention. « La liberté n’est pas tombée du ciel, nous avons combattu pour cette liberté, fait des sacrifices », dira-t-il simplement. Depuis la mort de Nelson Mandela en 2013, « Oncle Kathy » était l’un des trois derniers survivants (sur huit) du procès dit de « Rivonia ».

À la retraite politique de Nelson Mandela en 1999, il est retourné à l’anonymat. D’abord à la tête du musée de Robben Island, puis de sa fondation pour la promotion des droits humains. Récemment, il était sorti du silence et de sa retraite pour critiquer la marche prise par l’ANC sous la direction de l’actuel président Jacob Zuma. En 2016, il avait pris la plume pour lui demander de démissionner après sa condamnation dans l’affaire de la rénovation de sa résidence privée par des fonds publics. Il n’avait pas manqué non plus de dénoncer la corruption qui gangrène son parti.

Laisser un commentaire