Afrobasket/Bamako 2017 : Ce qu’il faut aux « Lionnes » du Sénégal en quart…

Afrobasket/Bamako 2017 : Ce qu’il faut aux "Lionnes"

0

Les « Lionnes » ont signé leur troisième succès consécutif devant la République démocratique du Congo. Un adversaire qui depuis 1994 n’a pas gagné l’Afrobasket et qui n’a du son salue qu’à sa régularité dans cette compétition africaine chez les dames. Mais en quart de finale, l’équipe du sélectionneur Gaye devra redoubler plus d’effort, si…

Le Sénégal s’est fait ainsi respecté par son rang de détenteur du titre de la joute de 2015 à Yaoundé, au Cameroun. Mais l’équipe nationale sénégalaise sou la houlette de Tapha Gaye a encore du pain sur la planche. Après une deuxième période pénible contre le Mozambique surtout en troisième quart temps quand elles n’ont marqué que 9 pts. Pourtant à la pause, capitaine Aya et sa bande ont rejoint les vestiaires avec 27 points de plus que son adversaire. Elles s’en ont sorties difficilement alors. C’est un peu le même scénario contre la RDC, lors de leur troisième match ce dimanche. Les congolaises ont bien contenu les sénégalaises. Seulement l’expérience des « Lionnes » a prévalu. Laquelle a offert la victoire finale de cette rencontre aux filles de Moustapha Gaye avec un écart de sept points, (70-63).

La prestation précaire de son équipe montre, selon le sélectionneur national, qu’en « Afrique, les équipes se valent maintenant. » Il redit à la presse-missionnaire à Bamako : « Je remercie le bon Dieu de nous avoir donné la victoire parce qu’on a échoué. C’était un match compliqué dans l’approche. Et les sénégalais apprécieront. Je pense qu’on donnera un peu de crédits à mes déclarations quand je dis que qu’en Afrique, on est plus les meilleurs comme il y’a dix ans. Les équipes se valent. Le plus important c’était de bien négocier pour gagner le match. Les équations étaient multiples parce que la 14 congolaise, aucune joueuse dans la compétition ne peut la retenir, c’est la meilleure. Nous étions confrontés à des équations mais on a su travailler en équipe ».

Pour les quarts de finales, l’équipe sénégalaise devra se montrer plus respectueux. Car, les qualifiés à ce stade du tournoi, sont plus coriaces encore. Car, les autres pays qualifiés à l’instar du Nigéria, l’Angola, du Mali sont ses véritables sparing-partners. Tapha Gaye prévient : « Les équipes du Mozambique et Rd Congo que nous avons rencontrés ne sont pas de manchots. Nous sommes le Sénégal certes mais il nous faut de l’humilité. Les autres équipes ont travaillé et ont progressé. Gagner devient difficile ».

A signaler que ce lundi est jour de repos pour tout le monde.

Laisser un commentaire