Affaire Khalifa Sall : le film du verdict tant attendu par le peuple sénégalais

    Affaire Khalifa Sall : le film du verdict

    Le maire de Dakar Khalifa Sall a été condamné vendredi à cinq ans de prison pour « escroquerie aux deniers publics » et « faux et usage de faux ». Le chef de l’opposition sénégalaise est ainsi écarté, de ce fait, de la présidentielle de 2019.

    Ce matin, vers 07h, le maire de la ville de Dakar a franchi le seuil du palais de justice. Aux environs de 09h, débute le procès. Ce procès a fait plusieurs renvois mais aujourd’hui les principaux prévenus ont été fixé sur leurs sorts.

    Le réquisitoire du parquet à un peu plus d’un mois du verdict

    Le parquet avait requis le 16 février sept ans d’emprisonnement à son encontre, alors que la défense réclamait la relaxe pure et simple pour Khalifa Sall et ses sept collaborateurs, poursuivis pour un détournement présumé de 1,8 milliard de FCFA entre 2011 et 2015 soit 30 millions de FCFA par mois.

    D’abord une suspension de l’audience

    Au début de l’audience, le juge Lamote a exigé la présence de tous les prévenus à la barre. Ce ne sont que les deux percepteurs qui n’étaient pas présents. Mais ces derniers sont finalement venus. Aussitôt, l’audience a repris.

    Khalifa Sall en question

    Poursuivi pour les chefs d’inculpation de « faux et usage de faux sur des documents administratifs », « association de malfaiteurs », « escroquerie portant sur les deniers publics », Khalifa Sall est condamné à cinq ans de prison, ce vendredi.

    …et les 6 autres prévenus

    Par ailleurs, Ibrahima Yatma Diao, de la Division financière et comptable, Amadou Mokhtar Diop, inspecteur des affaires administratives de la Ville de Dakar, ont été condamnés à deux ans de prison, dont un an ferme. Quant à l’assistante de Mbaye Touré, Fatou Touré, elle écope de deux ans dont six mois ferme. C’est dire que seuls Khalifa Sall et son directeur administratif et financier restent en prison, les autres ayant déjà purgé leurs peines.

    Le maire de Dakar Khalifa Sall a été condamné vendredi 30 mars à cinq ans de prison pour escroquerie portant sur des fonds publics et « faux et usage de faux ». Il écope aussi de 5 millions de francs CFA d’amende. Cette décision l’écarte de la course à l’élection présidentielle sénégalaise de février 2019.

    La lecture du verdict

    La lecture du verdict final n’a pris que peu de temps. Mais le juge a rappellé les faits depuis le début. Ainsi à la fin de la lecture du verdict du tribunal – qui l’a relaxé de plusieurs autres chefs d’accusation dont celui de détournement de fonds publics, délit de blanchement de capitaux – a été interrompue par les protestations des partisans du maire, massés dans la salle d’audience.

    Autres chefs d’accusations

    Le juge a relaxé en revanche Khalifa Sall des chefs de blanchiment et d’association de malfaiteurs et déboute l’État du Sénégal. Pour ce dernier, les fonds en question appartenaient à la Ville de Dakar.

    Dans la salle, après le verdict…

    Par ailleurs, un important dispositif sécuritaire a été mobilisé pour éviter d’éventuels accrochages entre civils et forces de l’ordre si toutefois le tribunal condamnait Khalifa Sall. Chose qui est constatée. En effet, les faits ont commencé dans la salle d’audience où après que le juge ait rendu le verdict, les pro-Khalifa ont commencé à crier, semant ainsi le désordre. Il y a eu des altercations entre les forces de l’ordre et les partisans du maire.

    En dehors de la salle

    Nous avons aussi constaté des vives altercations entre policiers et partisans du maire. Du coup, à quelques mètres du palais de justice, les policiers ont lancé des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser la foule.

    Il faut aussi noter que ces accrochages ont été prolongés jusqu’au rond point Médina. Sur place, des bus de transport appartenant à Dakar Dem Dikk que les partisans ont croisé sur leur chemin ont été endommagés.

    A noter que les pro-Khalifa de même que ses avocats décident de poursuivre le combat . Ces derniers ont pour objectif de faire sortir le député-maire de Dakar de prison quelque soit le prix à payer.

     

    Laisser un commentaire