Affaire Elimane Touré: Audition tous azimuts des policiers et du Big Boss par le juge d’instruction

Affaire Elimane Touré: Audition tous azimuts

Le juge d’instruction désigné pour éclaircir les zones d’ombre entourant le décès, dans les locaux de la police du Port, du transitaire Elimane Touré continue ses auditions. Pendant que le pays tout entier était plongé dans la fièvre des législatives, il a entendu les acteurs de cette affaire funeste.

Après avoir auditionné la famille de la victime, des témoins ont raconté à Kewoulo.info que le juge d’instruction a fait défiler, dans ses bureaux, les nommés Idrissa Sarr, le Big Boss qui avait porté plainte contre Elimane Touré et des policiers du port, qui étaient de garde cette fameuse après-midi. Entendus dans le fond, tout ce beau monde est reparti, chez lui, dans la crainte de nouvelles convocations. A en croire notre source, proche du dossier, « c’est entre le 24 et 28 juillet dernier. »

Avant le déclenchement de cette procédure judiciaire, c’est celle administrative qui a été enclenchée. Et elle a été sans pitié pour tous ceux qui ont eu à gérer ce dossier incandescent. D’abord, c’est l’adjudant Henri Boumi Ciss, le chargé de communication de la police, qui y a laissé son fauteuil. Il a été suivi par presque tout le commissariat spécial du port; en commençant par son chef.

A Yeumbeul aussi, le couperet est tombé net. C’est de cette localité qu’est partie l’affaire Elimane Touré.  Ce jour-là, le policier Doudou Lo était venu chercher le mis en cause avant de le remettre à ses collègues du commissariat spécial du Port, sous les menaces de Idrissa Sarr, le Big Boss. Celui-là même qui a payé le taxi chargé d’acheminer le prévenu « vers l’endroit où il devait être éduqué. »

En attendant que la justice se prononce sur cette douloureuse affaire, l’inspecteur principal de police, le directeur de la police nationale, Omar Maal, a pris les devants en mutant le policier Doudou Lo, loin de Yeumbeul et de ses habitudes dans cette banlieue à risque.

Pour rappel, conduit au commissariat spécial du port, Elimane Touré a été déclaré mort par pendaison, deux heures après son placement en garde à vue. Les policiers avaient déclaré que l’homme s’est tué avec un morceau de drap, ramassé sur place. Et l’autopsie, réalisée plus tard, a révélé que « la mort d’Elimane est due à une asphyxie mécanique due à une pendaison. »

Une conclusion suffisante pour que la famille comme l’opinion crient à un homicide involontaire. Les bavures policières faisant légion au Sénégal, celle concernant Elimane Touré n’a pu être tue.

Laisser un commentaire