Achat des parts de Petrosen: ITOC et Baba Diao veulent mettre la main sur le dernier bijou de famille du Sénégal

Achat des parts de Petrosen: ITOC et Baba Diaw

Texte alternatif de la bannière

Bien que pays côtier, le Sénégal sous Abdoulaye Wade comme sous Macky Sall  est le pays où les produits d’hydrocarbures, en plus d’être les plus élevés, connaissent de graves pénuries. Pionnier dans le domaine du traitement des produits d’hydrocarbures, le Sénégal est l’un des premiers en Afrique noire à avoir installé une raffinerie sur son sol pour permettre son indépendance et une disponibilité énergétique permanente. Mais, la SAR qui est cet outil de notre indépendance risque de tomber entre des mains étrangères.

La côte ouest-africaine est dotée de plusieurs raffineries: la société des Industries de Raffinages, la Sir en Côte d’Ivoire, la Mauritanie a sa Somir, le Togo-sa Togo-Shell etc. Forts de l’expérience de la folle montée du prix des hydrocarbures au lendemain de la guerre qui, en 1973, avait opposé Egyptiens et Israéliens, les dirigeants africains s’étaient rencontrés pour voir les voies et moyens de doter leurs pays respectifs d’industries de raffinage qui devaient assurer leur indépendance.

C’est pour permettre au Sénégal d’avoir sa propre structure de transformation des matières premières et afin que le pays dispose de produits finis qui devaient lui permettre de casser la spirale de la pénurie et de baisser les prix des hydrocarbures pour les industries, les consommateurs et amorcer le développement que, la Sar a été créée. Pour un pays non producteur de pétrole comme le Sénégal, la Sar importe le brut, le raffine et met sur le marché des produits comme le gasoil, le fioul et le jet.

Ces produits sont vendus à des distributeurs que sont: TotalFinaElf, Shell et Mobil. Mais, cet outil de raffinage devient progressivement obsolète de sorte qu’en 1998, la banque mondiale a demandé aux autorités sénégalaises la fermeture de la Sar. Ancien ministre sous Abdou Diouf, un témoin raconte: «la Banque avait dit que la Sar était devenue un gouffre financier et un goulot d’étranglement, et qu’à ce titre elle devait être fermée».

Conscient de la vitalité de cet outil d’indépendance, le président Abdou Diouf avait refusé de mettre la clé sous le paillasson, et avait négocié son maintien, au titre que la Sar était utile à l’économie du pays. Nostalgique et fier de l’œuvre clairvoyante de son ancien patron, l’homme poursuit: «il a demandé, et obtenu de la direction de la Sar, l’investissement et de la modernisation de l’outil de production. La direction de la Sar devait aussi construire des dépôts d’hydrocarbures et surtout pour le gaz butane.»

Mais, si l’outil a été sauvé, les engagements de la direction de la Sar n’ont jamais été respectés. Pendant les quarante années de règne du parti socialiste, comme en cette deuxième moitié du second mandat de Me Abdoulaye Wade, la Sar est abandonnée à elle-même. Ses actionnaires refusent d’investir et l’outil de production, avec l’âge, est devenu de plus en plus obsolète. Aucun dépôt n’a été construit, ni pour le gaz butane ni pour le gasoil, encore moins pour un quelconque produit pétrolier. Pire, abandonnant le chemin de la production, elle s’est engagée progressivement sur la voie du trading.

Elle importe plus de 60% de ses besoins en gasoil, en fioul et plus de 90% de ses besoins en gaz butane du marché international. Elle y ajoute ses coûts de structures, un différentiel trader, et vend ses produits importés aux distributeurs qui, à leur tour, y ajoutent aussi leurs propres marges, des coûts d’importation et des marges qui sont payés par les contribuables sénégalais sous forme de subvention, de manque à gagner et plus tard, pour la première fois au monde, de pertes commerciales.

Si les raisons de garder la Sar étaient économiquement justifiées, un outil pour assurer l’indépendance et la disponibilité énergétique du Sénégal ; force est de constater que les résultats attendus n’ont jamais été atteints. De droit sénégalais, la Sar appartient, en cette année 2006, à des privés. « Pire, soutient un agent des services secrets du Sénégal, à cause des jeux d’intérêts que le ministère entretient avec les traders, les domaines aussi sensibles que les hydrocarbures et le gaz butane sont entièrement sous le contrôle des majors. Le ministre de l’Energie n’a aucun moyen d’imposer des orientations, ni de donner des instructions à la direction de la Sar ».

Loin d’être des vils mots, cette vision de cet agent est la triste réalité. C’est d’abord la configuration du capital de la Sar qui est outrageante pour un pays indépendant. Les actions de la Sar, en cet été 2006 sont réparties comme suit : TotalFinaElf Elf 54%, Shell 23,66%, Mobil 11, 66% et les dernières 10% sont octroyés à l’État du Sénégal par le canal de Pétrosen. Les intérêts du Sénégal y sont défendus par Sérigne Mboup, l’ex-directeur général de Pétrosen, un informaticien de formation et réputé proche de Macky Sall et M. Idrissa Bodian, un conseiller du ministre. La direction de «cet outil d’indépendance» est gérée par M. Jean Michel Seck, un Sénégalais. Il a comme Président du Conseil d’administration, M. Camara Touré, un autre compatriote.

Ce dernier a remplacé M. Abdou Siby, «dégagé, selon les propos d’un de ses ardents défenseurs, comme un malpropre après avoir abattu un travail de titan pour Total». Il y avait dans le cercle restreint des décisionnaires, un certain Patrick Faers qui sera lui aussi débarqué de son poste. En dehors de M. Bodian et de M. Sérigne Mboup, tous ces décisionnaires sont des agents affichés de TotalFinaElf, et y ont été mis en place par elle. Donc, dès le début de cette présentation, le jeu est faussé.

Chez moi, en pays Mandingue, la légendaire sagesse reconnue à mon peuple veut qu’un homme ne puisse pas arbitrer le différend qui oppose deux personnes dont l’un aurait, un jour, offert à dîner au juge. En acceptant cette ossature autour de l’outil d’indépendance, en fermant les yeux sur une équipe toute acquise à Total, nous ne pouvons nous attendre qu’à un leurre, un conflit d’intérêt qui ne peut nous être que fatal. « Qui paye commande ». C’est cette vérité que s’appliqueront ces Sénégalais de la Sar. C’est en combattant cette main mise des majors sur la Sar que Samuel Ahmet Sarr, alors directeur général de la Sénélec, s’est révélé aux Sénégalais, et a été soutenu par une bonne partie de mes compatriotes.

Lors d’une des multiples réunions auxquelles il a eu à assister, il avait, à l’aide de sa voix rauque et martiale, déclaré : « cet outil est là pour tuer les industries du Sénégal et les consommateurs Sénégalais. En 2005, la Sénélec a payé plus de 49 milliards de nos Francs, et pourtant la Sar et ses actionnaires continuent à étrangler l’entreprise». Samuel n’avait pas tort, et le mode d’adjudication des marchés lui donnera raison. La Sar, tous les 15 jours en moyenne, lançait des appels d’offres pour l’approvisionnement du pays. Les traders et les majors inscrits sur la liste des fournisseurs répondaient par courrier et souvent par fax.

Une commission composée de trois personnes, Jean Michel Seck, Camara Touré et Patrick Faers, se réunissait, analysait les offres et attribuait les marchés. Lors de notre enquête auprès du personnel de la Sar, nous avons appris que toutes ces trois personnes, qui composaient cette commission d’attribution, sont membres de TotalFinaElf. Camara Touré, nouveau président du Conseil, a été pendant presque 10 ans directeur général de la Sar. Traditionnellement ce poste de PCA est dévolu à un citoyen Sénégalais, administratif ou politique : mais cet administrateur ne devait avoir aucune accointance avec le milieu pétrolier.

C’est cet outil là que Itoc et Baba Diao veulent, avec la complicité de Macky Sall dont il est le premier conseiller, contrôler désormais en mettant la main sur les petites parts du Sénégal.

Nous y reviendrons ….

Laisser un commentaire